L'OTAN cherche les moyens de prévoir, reconnaître et prévenir les actes de piraterie

  • 20 Sep. 2010 - 25 Sep. 2010
  • |
  • Mis à jour le: 17 Sep. 2010 15:23

Du 20 au 25 septembre, 70 experts des pays membres de l'OTAN, des pays partenaires et des pays du Dialogue méditerranéen participeront à un stage d'étude de haut niveau financé par l'OTAN à Hammamet (Tunisie). Ils étudieront comment un système de renseignement humain en collaboration, pourrait contribuer à endiguer l'augmentation des actes de piraterie moderne.

Un accroissement spectaculaire du nombre d'attaques maritimes a mis en évidence la vulnérabilité des navires face aux arraisonnements hostiles. Contenir ce danger est essentiel pour le commerce et la sécurité dans le monde.

Des conférenciers de l'Office of Naval Research des États-Unis, d'Eurocrime, de l'université Texas A&M et de la World Maritime University se joindront à leurs confrères pour expliquer comment les systèmes de renseignement humain en collaboration permettent d'améliorer l'aptitude des pays à prévoir et à prévenir un incident ou, en cas d'échec, à percevoir rapidement la nature et l'ampleur de l'incident afin d'y apporter une meilleure réponse collective.

Les éléments ci-après sont inhérents au concept de systèmes d'information et de soutien en collaboration :

  • les concepts d'intégration des systèmes humains,
  • les méthodes d'ingénierie des systèmes cognitifs,
  • les technologies pour environnement en collaboration,
  • les technologies d'exploitation des données et des connaissances traduites en concepts/approches de systèmes de soutien aux décisions (où l'homme fait partie intégrante du système).

Dans le cadre de la gestion des crises et de l'environnement de lutte contre la piraterie, les décideurs de tous niveaux, ainsi que leur personnel, peuvent utiliser des capacités de soutien du renseignement humain en collaboration, aux fins suivantes :

  • mieux comprendre les vulnérabilités de l'environnement maritime,
  • développer rapidement une compréhension commune de l'environnement opérationnel,
  • élaborer des critères d'évaluation,
  • améliorer les procédures commerciales existantes destinées à traiter les questions liées à la sécurité et à permettre une meilleure perception de la situation et une coopération inter-agences approfondie,
  • contribuer à sensibiliser l'équipage à la sécurité et à le former à la détection,
  • améliorer les capacités de dissuasion, d'interdiction et/ou de réaction,
  • contribuer à de meilleurs services de police.

Financée par le programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité, cette activité se tiendra dans le pays situé le plus au nord de l'Afrique – la Tunisie, qui est un pays où se pratique tant la navigation côtière que maritime et où la priorité absolue est accordée à la sécurité en mer et aux questions de piraterie.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site www.nato.int/science (voir le point « Calendrier » pour les coordonnées des organisateurs).