Compendium OTAN-Russie sur les données économiques et financières concernant la défense

Dépenses de défense des pays du COR (1985-2006)

  • 18 Dec. 2006
  • |
  • Communiqué de presse (2006) 159
  • Issued on 18 Dec. 2006
  • |
  • Mis à jour le: 14 Oct. 2009 11:24

Les chiffres indiqués dans le Tableau 1 sont fondés sur la définition OTAN des dépenses de défense et représentent les paiements réellement effectués ou qui doivent l'être au cours de l'année fiscale. Ces chiffres peuvent accuser des variations sensibles par rapport aux chiffres correspondants qui figurent dans les documents budgétaires nationaux, en raison des différences existant entre les définitions nationales et la définition OTAN des dépenses de défense. Les données relatives aux pays qui fournissent une assistance militaire incluent les dépenses liées à cette assistance. En revanche celles-ci ne sont pas comptabilisées dans les dépenses des pays bénéficiaires. Les dépenses effectuées pour la recherche et le développement sont incluses dans les dépenses d'équipement et les pensions versées aux retraités sont comprises dans les dépenses effectuées pour le personnel.

Les dépenses de défense à partir de 2002 et les chiffres concernant le personnel à partir de 2003 ont été calculés sur base de la définition de l'OTAN révisée approuvée en 2004, qui exclut les dépenses relatives à la catégorie "Autres forces", lesquelles sont prises en compte dans les montants totaux communiqués à l’OTAN, sauf en ce qui concerne les éléments des « Autres forces » qui sont structurés, équipés et entraînés pour le soutien de forces de défense, et qui pourraient être déployés. La plupart des pays ont communiqué leurs dépenses de défense selon cette nouvelle définition et, dans certains cas (Grèce, Hongrie, Portugal et Turquie), il en résulte une nette diminution de ces dépenses. Cependant, quelques autres pays (France, Italie, Luxembourg et Pays-Bas) continuent d’éprouver des difficultés à remplir cette exigence et les données qu’ils ont fournies ne répondent pas tout à fait à la nouvelle définition OTAN des dépenses de défense. Les données communiquées par la Fédération de Russie répondent à l'ancienne définition OTAN.

Sommaire

Tableau 1: Montant des dépenses de défense
Tableau 2: Variation en volume du produit intérieur brut (PIB) et des dépenses de défense
Tableau 3: Part des dépenses de défense dans le PIB
Tableau 4: PIB et dépenses de défense par habitant
Tableau 5: Répartition des dépenses de défense par catégorie
Tableau 6: Forces armées

Guide de lecture

Membre de l'Alliance, la France ne fait pas partie de la structure militaire intégrée et ne participe pas aux travaux communs de planification des forces. Les données concernant la défense de la France n'ont qu'une valeur indicative. Suite à la mise en oeuvre de la réforme budgétaire et de la nouvelle loi organique relative aux lois de finances, à partir de 2006, les dépenses de défense et les effectifs sont calculés selon une nomenclature spécifique.

L'Islande n'a pas de forces armées.

La République tchèque, la Hongrie et la Pologne sont membres de l'Alliance depuis 1999.

A partir de 2001, le Royaume Uni a changé son système de comptabilité basé sur les décaissements en un système de comptabilité basé sur les coûts des ressources.

Pour neuf pays européens membres de l’OTAN, les valeurs monétaires sont exprimées en monnaies nationales jusque 2001. A partir de 2002, elles sont exprimées en euros.

La Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la République slovaque et la Slovénie sont membres de l’Alliance depuis 2004.

A partir de 2005, les valeurs monétaires de la Roumanie et de la Turquie sont exprimées en nouvelles unités monétaires.

Pour supprimer toute ambiguïté, l'année fiscale a été désignée par le millésime de l'année qui contient le plus grand nombre de mois; p.e. 2005 représente l'année fiscale 2005/2006 pour le Canada et le Royaume-Uni et l'année fiscale 2004/2005 pour les Etats-Unis.

Du fait des arrondis, les totaux peuvent ne pas coïncider avec la somme de leurs composantes.

Signes conventionnels:

e estimation - nul
.. non disponible // sans objet
| rupture de série . point décimal