Relations avec l’Arménie

  • Mis à jour le: 08 Nov. 2018 12:25

L’Arménie contribue aux opérations dirigées par l'OTAN et coopère avec les Alliés et divers pays partenaires dans de nombreux autres domaines. L’une des grandes priorités de l’OTAN consiste à consolider le dialogue politique et à fournir des avis et une assistance ciblés à l’appui du vaste processus de réforme engagé en Arménie en faveur de la démocratie, des institutions et du secteur de la défense.

NATO Secretary General Jens Stoltenberg with the Armenian Minister of Foreign Affairs, Edward Nalbandian (centre) and the Armenian Minister of Defence, Mr. Seyran Ohanyan (left)

  • Les relations entre l'OTAN et l’Arménie ont débuté en 1992, lorsque le pays a adhéré au Conseil de coopération nord-atlantique. À ce forum a succédé en 1997 le Conseil de partenariat euro-atlantique, qui réunit tous les Alliés et tous les pays partenaires de la zone euro-atlantique.
  • L'adhésion de l’Arménie au Partenariat pour la paix (PPP) en 1994 marque le début de la coopération bilatérale.
  • Le programme de coopération du pays avec l'OTAN est décrit dans un plan d’action individuel pour le partenariat (IPAP), qui est défini d'un commun accord pour une période de deux ans. L’IPAP couvrant un large éventail de domaines, l’Arménie est amenée à coopérer avec l’OTAN non seulement sur des questions de défense, mais également sur des questions politiques et de sécurité, ou encore sur des dossiers liés aux principes démocratiques, à l’état de droit et à la lutte contre la corruption.
  • L’Arménie adapte sa participation au PPP à ses besoins en inscrivant chaque année dans son programme individuel de partenariat et de coopération les activités qui l’aideront à atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés dans son IPAP.
  • Le pays contribue activement aux opérations dirigées par l'OTAN en Afghanistan et au Kosovo.
  • L’OTAN n'a pas de rôle direct dans les négociations visant à mettre un terme au conflit du Haut-Karabakh. Celles-ci sont menées dans le cadre du groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Toutefois, l’OTAN encourage toutes les parties à poursuivre leurs efforts en vue de parvenir à un règlement pacifique du conflit.

Principaux domaines de coopération

La coopération entre l’Arménie et l’OTAN s’exerce au bénéfice des deux parties dans les domaines énumérés ci-après.

Renforcement des capacités et de l'interopérabilité

  • La participation de l’Arménie, depuis 2002, au processus de planification et d’examen (PARP) du PPP permet de développer l’aptitude des forces arméniennes à opérer aux côtés de celles des pays de l’OTAN.
  • Veiller au contrôle démocratique des forces armées est une priorité essentielle pour l’Arménie, qui, pour appuyer ses efforts, participe aux activités relevant du plan d’action du Partenariat pour l’établissement d’institutions de défense (PAP-DIB). L’OTAN aide par ailleurs le ministère arménien de la Défense à recruter du personnel civil.
  • Depuis 2008, l’Arménie participe au programme de renforcement de la formation « défense » (DEEP) de l’OTAN, qui l’aide à réformer ses établissements de formation militaire professionnelle. L’Arménie s’est appuyée sur le DEEP pour établir et revoir le concept de formation militaire, élaborer plusieurs stages spécialisés et créer l’Université nationale de recherche pour la défense, à Erevan.
  • En 2013, le ministère arménien de la Défense a adhéré au programme OTAN pour le développement de l’intégrité. Dès qu’il aura mené à bien le processus OTAN d'autoévaluation et d'évaluation collégiale (lancé en 2014), le pays bénéficiera d’un soutien sur mesure axé sur le développement de l'intégrité afin qu’il puisse améliorer les pratiques de bonne gouvernance et réduire les risques de corruption dans le secteur de la défense.
  • L’OTAN et différents pays membres ont appuyé les efforts déployés par l’Arménie pour améliorer l’interopérabilité de son bataillon de maintien de la paix avec les forces des pays de l’Alliance et faire de ce bataillon une brigade composée d’unités d’appui tactique et d’unités de soutien logistique du combat.
  • Dans le cadre de l’initiative pour l'interopérabilité avec les partenaires, l’Arménie participe depuis 2014 à la plateforme d'interopérabilité, qui rassemble les Alliés et 24 pays partenaires contribuant activement à des opérations de l’OTAN.

Soutien aux opérations et missions dirigées par l'OTAN

Autres domaines de coopération

  • L’Arménie collabore avec le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC) de l’OTAN pour renforcer son état de préparation aux situations d'urgence et ses capacités de réponse, être en mesure de faire face aux catastrophes et aux menaces asymétriques, améliorer la planification de circonstance et contribuer aux opérations internationales de secours en cas de catastrophe. L’OTAN et l’Arménie ont en outre travaillé à la mise en place, à Erevan, d’un centre national de gestion de crise.
  • Depuis 1993, l'Arménie participe au programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS). Parmi les principaux domaines de coopération figurent la défense contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN), ainsi que la prévision et la prévention des catastrophes.
  • L’Arménie organise chaque année une « semaine OTAN » afin de mieux faire connaître l’Organisation et la coopération entre le pays et l’Alliance. Un centre d’information sur l’OTAN a été ouvert officiellement à Erevan en 2007 avec l’appui du gouvernement arménien et de l’Organisation.