Relations avec l’Arménie

  • Mis à jour le: 08 Nov. 2018 12:25

L’Arménie contribue aux opérations dirigées par l'OTAN et coopère avec les Alliés et divers pays partenaires dans de nombreux autres domaines. L’une des grandes priorités de l’OTAN consiste à consolider le dialogue politique et à fournir des avis et une assistance ciblés à l’appui du vaste processus de réforme engagé en Arménie en faveur de la démocratie, des institutions et du secteur de la défense.

NATO Secretary General Jens Stoltenberg with the Armenian Minister of Foreign Affairs, Edward Nalbandian (centre) and the Armenian Minister of Defence, Mr. Seyran Ohanyan (left)

  • Les relations entre l'OTAN et l’Arménie ont débuté en 1992, lorsque le pays a adhéré au Conseil de coopération nord-atlantique. À ce forum a succédé en 1997 le Conseil de partenariat euro-atlantique, qui réunit tous les Alliés et tous les pays partenaires de la zone euro-atlantique.
  • L'adhésion de l’Arménie au Partenariat pour la paix (PPP) en 1994 marque le début de la coopération bilatérale.
  • Le programme de coopération du pays avec l'OTAN est décrit dans un plan d’action individuel pour le partenariat (IPAP), qui est défini d'un commun accord pour une période de deux ans. L’IPAP couvrant un large éventail de domaines, l’Arménie est amenée à coopérer avec l’OTAN non seulement sur des questions de défense, mais également sur des questions politiques et de sécurité, ou encore sur des dossiers liés aux principes démocratiques, à l’état de droit et à la lutte contre la corruption.
  • L’Arménie adapte sa participation au PPP à ses besoins en inscrivant chaque année dans son programme individuel de partenariat et de coopération les activités qui l’aideront à atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés dans son IPAP.
  • Le pays contribue activement aux opérations dirigées par l'OTAN en Afghanistan et au Kosovo.
  • L’OTAN n'a pas de rôle direct dans les négociations visant à mettre un terme au conflit du Haut-Karabakh. Celles-ci sont menées dans le cadre du groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Toutefois, l’OTAN encourage toutes les parties à