Mission Resolute Support en Afghanistan

  • Mis à jour le: 05 Jul. 2018 09:53

Une fois la mission de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) terminée, fin 2014, une mission de suivi dirigée par l’OTAN et baptisée « Resolute Support » a été lancée, le 1er janvier 2015, dans le but de poursuivre les activités de formation, de conseil et d’assistance au profit des forces et des institutions de sécurité afghanes. Au sommet de Varsovie, en 2016, les dirigeants des pays de l’Alliance ont décidé de maintenir la mission Resolute Support (RSM) au-delà de 2016.

Près de 16 000 personnels de 39 États membres de l'OTAN et de pays partenaires sont actuellement déployés à l'appui de la mission Resolute Support (RSM). Au sommet de Bruxelles, en juillet 2018, l’OTAN accueillera deux nouveaux pays fournisseurs de troupes : les Émirats arabes unis et le Qatar, qui feront passer l’effectif de la RSM à 41 pays.

La RSM possède un pôle principal (Kaboul/Bagram) et quatre pôles régionaux (Mazar-i-Charif, Herat, Kandahar et Laghman). Elle mène principalement des activités de formation, de conseil et d'assistance au niveau des ministères chargés de la sécurité, au sein d'autres institutions nationales, ainsi qu'aux échelons supérieurs de l'armée et de la police. Elle travaille main dans la main avec différents éléments de l'armée de terre, de la police et des forces aériennes afghanes.

Les tâches principales de la RSM sont les suivantes :

  • soutenir la planification, la programmation et la budgétisation ;
  • assurer la transparence, le respect de l’obligation de rendre compte, et le contrôle ;
  • contribuer à l'application des principes de l'état de droit et de la bonne gouvernance ;
  • contribuer à la mise en place et au soutien des processus qui concernent, entre autres, la génération de force, le recrutement, la formation, la gestion et le perfectionnement du personnel.

Décisions clés concernant la RSM

La décision de lancer une mission de suivi « non combattante » dirigée par l’OTAN afin de continuer à soutenir le développement des forces de sécurité afghanes après la fin de la mission de la FIAS en décembre 2014 a été prise conjointement par les Alliés et les partenaires et le gouvernement afghan au sommet de Chicago, en 2012. Cet engagement a été réaffirmé au sommet du pays de Galles, en 2014.

Le cadre juridique de la mission est fixé par une convention sur le statut des forces (SOFA), qui a été signée à Kaboul le 30 septembre 2014 par le président afghan et par le haut représentant civil de l’OTAN en Afghanistan, puis ratifiée par le Parlement afghan le 27 novembre 2014. La SOFA en question définit les conditions dans lesquelles les forces de l'OTAN seront déployées en Afghanistan pour la mission Resolute Support, ainsi que les activités qu'elles devront y mener.

L'accord conclu entre l'OTAN et l'Afghanistan sur la mise en place de la nouvelle mission a été salué dans la résolution 2189 du Conseil de sécurité de l'ONU. Adoptée à l'unanimité le 12 décembre 2014, cette résolution souligne qu'il importe de continuer à apporter un soutien international à la stabilisation de la situation en Afghanistan.

En décembre 2015, à la ministérielle Affaires étrangères tenue par les pays de l’Alliance et leurs partenaires de la RSM, il a été décidé de maintenir la présence de Resolute Support, y compris dans les diverses régions d'Afghanistan, en 2016. Six mois plus tard, en mai 2016, les ministres sont convenus de maintenir cette présence au-delà de 2016 – décision confirmée par les dirigeants des pays de l’Alliance au sommet de l’OTAN tenu à Varsovie en juillet.

À la ministérielle Défense tenue en novembre 2017, les pays fournisseurs de troupes dans le cadre de la RSM ont confirmé que le nombre de soldats déployés passerait d'environ 13 000 à environ 16 000.

Au-delà de la mission de formation, de conseil et d'assistance, les pays de l'Alliance et les pays partenaires ont pris l’engagement d’aider la communauté internationale dans son ensemble à assurer le soutien financier à long terme des forces de sécurité afghanes, jusqu'à fin 2020 (voir le fonds d'affectation spéciale pour l'armée nationale afghane (ANA)). Les Alliés sont convenus que le sommet 2018 de Bruxelles serait l’occasion de réaffirmer leur engagement à contribuer au soutien financier des forces de sécurité afghanes au-delà de 2020.