Relations avec la Serbie

  • Mis à jour le: 07 May. 2019 11:46

La Serbie approfondit actuellement le dialogue politique et la coopération avec l'OTAN sur des questions d'intérêt commun, avec un accent particulier sur le soutien aux réformes démocratiques, institutionnelles et de défense. Contrairement à d'autres partenaires des Balkans occidentaux, la Serbie n'aspire pas à devenir membre de l'Alliance.

  • L'OTAN respecte pleinement la politique de neutralité militaire de la Serbie.
  • La coopération et le dialogue sont en constant progrès depuis 2006, année où la Serbie a adhéré au Partenariat pour la paix (PPP) et est devenue membre du Conseil de partenariat euro-atlantique (CPEA), forum multilatéral dédié au dialogue, qui réunit tous les Alliés et les pays partenaires de la zone euro-atlantique.
  • La coopération avec la Serbie s'est intensifiée avec l'adoption, en 2015, de son premier plan d'action individuel pour le partenariat de deux ans.
  • Le Bureau de liaison militaire de l'OTAN à Belgrade, créé en décembre 2006, apporte son soutien aux réformes de la défense menées par la Serbie, facilite la participation de la Serbie aux activités relevant du PPP et contribue aux activités de diplomatie publique menées par l'OTAN dans la région.
  • Le Kosovo reste un élément clé du dialogue. En effet, la Force pour le Kosovo (KFOR) dirigée par l'OTAN continue de maintenir sur place un environnement sûr et sécurisé en application de la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l'ONU. Les forces armées serbes coopèrent avec la KFOR depuis de nombreuses années par l'intermédiaire de la Commission mixte d'application, sur la base de l'accord militaro-technique de 1999.
  • L'OTAN soutient pleinement la poursuite du dialogue mené avec la médiation de l'Union européenne en vue de la normalisation des relations entre Belgrade et Pristina.

Principaux domaines de coopération

La coopération entre la Serbie et l'OTAN s'exerce au bénéfice des deux parties dans les domaines énumérés ci-après.

Renforcement des capacités et de l'interopérabilité

  • La Serbie a adhéré au processus de planification et d'examen du PPP (PARP) en 2007 afin de développer la capacité de ses forces à participer à des opérations multinationales placées sous mandat de l'ONU et à des opérations de gestion de crise dirigées par l'UE. Le PARP sert également d'outil d'accompagnement et d'évaluation des progrès accomplis sur le plan militaire et dans le secteur de la défense.
  • Depuis 2012, la Serbie participe activement au programme pour le développement de l'intégrité (BI), afin d'améliorer l'intégrité, la transparence et l'obligation de rendre compte et aussi de réduire le risque de corruption dans les secteurs de la défense et de la sécurité. Le ministère de la Défense serbe partage aussi son expérience avec d'autres pays participant au processus d'auto-évaluation et d'évaluation collégiale du développement de l'intégrité et a contribué activement à l'élaboration du programme de référence pour le développement de l'intégrité, publié en 2016.
  • Depuis 2014, la Serbie participe au programme de renforcement de la formation « défense » (DEEP), qui lui apporte un soutien dans ses activités visant à mettre en place un système de formation « défense » complet et moderne.  Grâce à ce programme, la Serbie est à présent un pays pourvoyeur de sécurité dans le domaine de la formation et de l'entraînement, et elle contribue au programme DEEP mené avec d'autres pays, notamment avec l'Arménie.
  • Depuis 2014 également, la Serbie participe, dans le cadre de l'initiative pour l'interopérabilité avec les partenaires, à la plateforme d'interopérabilité, qui réunit les Alliés et 24 pays partenaires.
  • La Serbie met son expertise à la disposition des pays de l'Alliance et des pays partenaires et propose des formations au Centre de formation aux incidents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) de Kruševac, qui a été reconnu en 2013 comme centre OTAN de formation et d'entraînement des partenariats.
  • En décembre 2017, la Serbie, en coordination avec plusieurs pays de l'Alliance, a donné un cours pilote visant à former du personnel médical civil et militaire iraquien, dans le cadre de l'initiative de renforcement des capacités de défense et des capacités de sécurité se rapportant à la défense.

Autres domaines de coopération

  • Les Alliés ont participé à la réalisation en Serbie d'un certain nombre de projets financés par un fonds d'affectation spéciale OTAN. Un de ces projets, achevé en 2003, a permis de détruire 28 000 armes légères et de petit calibre excédentaires, et un autre, terminé en juin 2007, a permis de détruire en toute sécurité 1,4 million de mines antipersonnel et de munitions. Un troisième projet visant à détruire environ 8 000 tonnes de munitions et d'explosifs excédentaires est en cours d'exécution. Un autre projet, d'une durée de cinq ans, mené à bien par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et achevé en 2011, a aidé près de 6 000 militaires dégagés des cadres en Serbie à créer une petite entreprise.
  • Depuis 2007, la Serbie participe activement au programme pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS). C'est ainsi qu'aujourd'hui, des scientifiques et des experts serbes participent aux travaux menés sur des questions de sécurité très diverses, comme la sécurité énergétique, la lutte contre le terrorisme et la défense contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires.
  • La Serbie participe activement aux activités du Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC) dans le but d'améliorer la préparation de son secteur civil, ses capacités nationales de gestion des situations d'urgence, et aussi l'interopérabilité en prévision d'une participation à des opérations internationales de secours en cas de catastrophe. En décembre 2015, la Serbie a demandé à l'EADRCC une aide internationale pour gérer un afflux de réfugiés. Six Alliés ont apporté un soutien. La Serbie a accueilli l'exercice sur le terrain SRBIJA 2018 consacré à la gestion des conséquences, lequel a permis à environ 2 000 participants venus de 40 pays de mettre en pratique la coopération internationale dans un scénario de tremblement de terre. La Serbie a également pris part à cinq autres exercices de l'EADRCC.
  • En 2017, la Serbie a lancé son deuxième plan d'action national sur les femmes, la paix et la sécurité couvrant la période 2017-2020. La Serbie est associée à la politique et au plan d'action OTAN/CPEA sur les femmes, la paix et la sécurité, approuvés au sommet de l'OTAN tenu à Bruxelles, en 2018. Par ailleurs, la Serbie a mené, avec les États-Unis, plusieurs ateliers d'experts, financés par l'OTAN, qui visaient à définir une série d'indicateurs devant aider à évaluer comment les pays de l'Alliance et les pays partenaires intègrent la dimension de genre dans les opérations militaires.
  • La Serbie et l'OTAN  ont pour objectif de promouvoir auprès du public la coopération entre l'OTAN et la Serbie. Le Bureau de liaison militaire à Belgrade joue un rôle important dans ce processus.