Soutien médical

  • Mis à jour le: 23 Jan. 2018 16:30

Les services de santé militaires offrent des soins médicaux, y compris à titre préventifs, aux troupes déployées, mais également un soutien psychologique et des soins vétérinaires. Ils offrent par ailleurs une aide essentielle au déploiement couvrant notamment la protection sanitaire des forces, le renseignement médical, ainsi que la logistique et les approvisionnements médicaux. La coopération civile-militaire, principalement en cas de catastrophe, de pertes massives ou de mouvements de population, peut également faire partie des missions des services de santé militaires. Le soutien médical est l'un des principaux domaines de planification pour les opérations.

 

Point principaux

  • Le système de soutien médical militaire vise à préserver ou à rétablir la santé du personnel de l'OTAN et, dès lors, à assurer la capacité opérationnelle des forces de l'Alliance.
  • Les pays qui mettent des forces à la disposition de l'OTAN restent responsables du soutien médical de leurs propres forces, mais au moment du transfert d'autorité, le commandant OTAN devient lui aussi responsable de la santé de ces forces et il doit déterminer les besoins en termes de soutien médical.
  • Le soutien médical à l'OTAN englobe le soutien médical tactique, la médecine générale, la protection sanitaire des forces, la logistique et les approvisionnements médicaux, le renseignement médical, la dimension médicale de la guerre CBRN (chimique, biologique, radiologique et nucléaire) et enfin la coopération civilo militaire, principalement en cas de catastrophe, de pertes massives ou de mouvements de population.
  • Sous la conduite de son président, le COMEDS se réunit deux fois par an en session plénière avec des participants venant des pays membres et des pays partenaires.
  • À l'OTAN, l'organe responsable du soutien médical au plus haut niveau est le Comité des chefs des services de santé militaires au sein de l'OTAN (COMEDS), qui relève du Comité militaire.

 

  • Le soutien médical en pratique

    Le système de soutien médical militaire vise à préserver ou à rétablir la santé du personnel de l'OTAN et, dès lors, à assurer la capacité opérationnelle des forces de l'Alliance.

    En d'autres termes, le soutien médical ne consiste pas uniquement à fournir des soins curatifs au personnel déployé, il couvre également tout l'éventail des soins, y compris préventifs, qui relèvent de la médecine humaine et de la médecine vétérinaire. Le soutien médical militaire englobe le soutien médical tactique, la médecine générale, la protection sanitaire des forces avant et pendant un déploiement, la logistique et les approvisionnements médicaux, le renseignement médical et la dimension médicale de la guerre CBRN. La coopération civilo-militaire dans le domaine médical est très importante en cas de catastrophe, de pertes massives ou de mouvements de population, le soutien médical militaire pouvant être associé aux opérations de secours.

    Dans le cadre d'une opération de l'OTAN, le soutien médical est généralement assuré par les pays, alliés ou partenaires, fournisseurs de troupes, qui doivent également veiller à disposer d'un personnel médical suffisant, bien formé et capable de fournir des services médicaux de pointe. Toutefois, le commandement et le contrôle du soutien médical constituent une fonction relevant de l'OTAN, qui est remplie par les Branches Soutien médical interarmées (JMed) au sein des commandements alliés. Étant donné que le soutien médical est un élément transversal des opérations, les chefs de ces Branches JMed sont les conseillers médicaux des commandants. En conséquence, ces derniers peuvent compter sur des avis précis et fiables concernant l'ensemble des questions et des problèmes de nature médicale qui sont essentiels pour la planification et la conduite d'une mission.

    Les conseillers médicaux de l'État-major militaire international (EMI) et du Commandement allié Transformation (ACT) soutiennent le développement des capacités de l’OTAN dans le domaine médical. L'objectif est d'aider les Alliés à atteindre le niveau d'ambition de l'OTAN en matière de soutien médical, de favoriser le développement de nouvelles capacités et d'améliorer la coopération sur le plan des capacités multinationales.

  • Comité des chefs des services de santé militaires au sein de l’OTAN (COMEDS)

    Outre le soutien médical qu'il offre dans le cadre des opérations de l'OTAN, le COMEDS représente les services de santé des pays membres auprès du Comité militaire de l'OTAN. Créé en 1994, le COMEDS donne des avis au Comité militaire sur toutes les questions médico-militaires qui concernent l'OTAN, et il lui soumet un rapport annuel. Étant donné qu'il n'y a pas d'équivalent du côté civil, le COMEDS peut être amené, si nécessaire, à faire rapport au Conseil de l’Atlantique Nord, la plus haute instance décisionnelle politique de l’Alliance.

    Le COMEDS se réunit deux fois par an en session plénière. Il est dirigé par un président, choisi parmi les chefs des services de santé des pays membres pour un mandat de trois ans. Le secrétaire du COMEDS, désigné pour une période de trois ans indépendamment du président, exerce au siège de l'OTAN, à temps plein, la fonction d'administrateur exécutif du COMEDS.

    Le COMEDS définit les orientations de la doctrine médicale alliée et du développement de l'interopérabilité au sein de l'OTAN et de ses pays membres. Pour ce faire, il collabore avec le Bureau OTAN de normalisation (NSO) et plusieurs groupes de travail et panels composés d'experts venant des pays de l'Alliance et des pays partenaires.

    Ensemble, le COMEDS et les conseillers médicaux de l'OTAN dans les commandements stratégiques cherchent à améliorer le soutien médical sur le plan multinational. Étant donné que les troupes déployées et les moyens médicaux ne proviennent généralement pas des mêmes pays, le défi consiste à faire bénéficier chacun des normes les plus élevées en matière de soins médicaux, y compris préventifs, en offrant un soutien médical global et unifié, reposant sur des moyens nationaux harmonisés. C'est ce à quoi tente de répondre l'interopérabilité dans le domaine médical, au moyen d'accords de normalisation (STANAG).

  • Autres formes de soutien

    Agissant en soutien de la communauté des services médicaux, le Centre d’excellence pour la médecine militaire (MILMED COE) de Budapest (Hongrie), avec son antenne à Munich (Allemagne), prend part à la formation dans le domaine médico-militaire, au processus de retour d’expérience et au développement de l'interopérabilité.

    Par ailleurs, la formation et les exercices à l'échelle internationale contribuent à améliorer le soutien médical multinational. L'École de l’OTAN à Oberammergau (Allemagne) et le MILMED COE organisent de nombreux stages OTAN dans le domaine médical. Des exercices OTAN dans le domaine médical sont également organisés régulièrement. Ainsi, les exercices Vigorous Warrior constituent pour le personnel médical l'occasion de s'adonner à des activités de formation multinationales, tandis que les exercices Clean Care visent davantage la dimension médicale de la guerre CBRN. Ces exercices ont lieu une année sur deux en alternance depuis presque dix ans. Les responsables des services de santé offrent par ailleurs un soutien en temps réel pour tous les exercices de l'OTAN.
  • Perspectives

    La communauté médicale de l'OTAN se prépare à relever les nouveaux défis. Un document de l'ACT intitulé « Cadre pour les opérations futures de l’Alliance » dresse la liste des événements, crises ou conflits potentiels auxquels l'OTAN pourrait être confrontée dans les 15 années à venir. Bon nombre d'entre eux intéressent directement les services de santé militaires. Du point de vue médical, des scénarios tels que les migrations de masse, le recours aux armes de destruction massive ou les troubles dans les mégalopoles, représentent un très grand défi dans la mesure où ils incitent les services de santé à s'adapter et à s'améliorer en permanence, ainsi qu'à trouver de nouveaux traitements, processus ou moyens.

    En collaboration avec l'Organisation OTAN pour la science et la technologie (STO) et l'ACT pour le développement de capacités médicales (initiatives de défense intelligente, volet médical du concept de pays-cadre), le Conseil consultatif du COMEDS sur le soutien médical du futur (CFAB) s'associe aux travaux qui visent à se préparer aux défis futurs dans le domaine médico-militaire.