Les femmes, la paix et la sécurité

  • Mis à jour le: 11 Jul. 2018 09:38

L’OTAN manifeste son engagement en faveur de l’égalité des genres à travers la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur les femmes, la paix et la sécurité. Ces résolutions (1325, 1820, 1888, 1889, 1960, 2106, 2122 et 2422) mettent en lumière l’effet disproportionné des conflits sur les femmes et les filles et préconisent la participation pleine et entière des femmes, sur un pied d'égalité, aux efforts menés à tous les niveaux, depuis la prévention des conflits jusqu'à la reconstruction, et elles appellent à protéger les femmes et les filles contre les violences sexuelles dans les conflits.

Kandahar Airfield, Afghanistan, 06 June 2007  Vehicle Maintenance section performs inspections  Canadian Forces technicians verify the function of a Remote Weapons System atop an RG 31 Armoured Personnel Vehicle at the Vehicle Maintenance section, Kandahar Airfield, Afghanistan. Weapons Technician Corporal Naomi Okimawininew (left) and Electronics/Optronics Technician Corporal Warren Westall, both from Deep River, Ontario, are currently serving with the Canadian Forces' Joint Task Force Afghanistan.  The Vehicle Maintenance section performs inspections, maintenance and repairs on trucks and armoured vehicles of all types used by the Canadian Forces in Afghanistan.  About 2500 members of the Canadian Forces (CF) are currently serving as part of Joint Task Force Afghanistan. Most of the soldiers are stationed at Kandahar Airfield and at Camp Nathan Smith, Canada’s Provincial reconstruction Team (PRT) in Kandahar City. Other personnel are assigned to various military headquarters, a support base, and civilian organizations.  They play a key role in the NATO-led International Security Assistance Force mission whose goal is to improve the security situation in Afghanistan and assist in rebuilding the country.  Canadian Forces Image Number IS2007-7128 By MCpl Kevin Paul, Canadian Forces Combat Camera ____________________________________________Traduction  Aérodrome de Kandahar, Afghanistan, 6 juin 2007  La section de maintenance des véhicules procède à des inspections  Des techniciens des Forces canadiennes vérifient le fonctionnement d’un système de télécommande de tir dans la partie supérieure d’un véhicule blindé RG 31 à la section de maintenance des véhicules de l’aérodrome de Kandahar en Afghanistan. Le Caporal Naomi Okimawininew (à gauche), technicienne d’armement, et le Caporal Warren Westall, technicien en électronique/optoélectronique, les deux originaires de Deep River (Ontario), font actuellement partie de la Force opérationnelle int

 

Point principaux

  • Au sommet du pays de Galles, en 2014, les dirigeants des pays de l'Alliance sont convenus que l'intégration de la dimension de genre dans les trois tâches fondamentales essentielles de l'OTAN – défense collective, gestion de crise et sécurité coopérative – contribuerait à rendre l'OTAN plus moderne, plus préparée et plus réactive.
  • L'OTAN et ses partenaires sont conscients de l'importance de garantir une participation active et significative des femmes à la prise de décision et au fonctionnement des institutions de sécurité.
  • L’OTAN favorise l’inclusion de la dimension de genre dans ses tâches et ses fonctions.
  • Au sein du Conseil de partenariat euro-atlantique (CPEA), les pays membres et les partenaires de l’OTAN ont lancé des travaux dans ce domaine en 2007 avec l’adoption d’une politique spécifique à l'appui de la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité.
  • Au fil des ans, cette politique a été actualisée compte tenu de l'évolution des priorités internationales, des plans d'action ont renforcé sa mise en œuvre, et un nombre croissant de pays partenaires dans le monde se sont associés à ces efforts.
  • La dimension de genre est une priorité importante de l'OTAN dans sa coopération avec d’autres organisations internationales – en particulier l’Union africaine (UA), l’Union européenne (UE), l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et l’Organisation des Nations Unies (ONU) – et avec la société civile.
  • La Commission consultative OTAN de la société civile offre aux femmes un espace de dialogue avec l’OTAN sur les questions de sécurité et de défense.
  • La représentante spéciale du secrétaire général de l'OTAN joue le rôle de coordonnatrice de haut niveau pour les contributions de l'OTAN à l’agenda « femmes, paix et sécurité ».

Pour en savoir plus

  • Réponse à l'appel à l'action

    Le mandat en faveur des femmes, de la paix et de la sécurité est fondamental pour les valeurs communes de l'OTAN que sont la liberté individuelle, la démocratie, les droits de l'homme, et pour le respect des obligations au regard de la Charte des Nations Unies. Dans le droit fil des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, l'OTAN entend traiter la question de l'inégalité entre les sexes et intégrer les priorités relatives aux femmes, à la paix et à la sécurité dans les trois tâches fondamentales de l'Alliance, à savoir la défense collective, la gestion de crise et la sécurité coopérative.

    L'OTAN s'emploie activement à intégrer la dimension de genre dans l'analyse, la planification, l'exécution et l'évaluation de ses opérations et missions. C’est également un axe important de la coopération de l'OTAN avec les pays partenaires, tant pour la préparation des troupes qui seront déployées dans les opérations et les missions dirigées par l'OTAN que pour la coopération plus large en matière de renforcement des capacités de défense. L'OTAN s'emploie aussi à promouvoir une plus grande égalité hommes-femmes et à accroître la présence des femmes dans les institutions de défense et de sécurité au sein de l'Organisation et dans ses pays membres.

    L’OTAN coopère avec d'autres organisations internationales pour faire progresser l'ensemble des initiatives en faveur des femmes, de la paix et de la sécurité. Le cadre pour l’accélération de la mise en œuvre de la résolution 1325 au niveau régional sert de plateforme conjointe à l’OTAN, à l’UE, à l'OSCE, à l’ONU et à l’UA pour le partage des meilleures pratiques en ce qui concerne les femmes, la paix et la sécurité. L'OTAN est également consciente du rôle important que les organisations de la société civile continuent de jouer dans le contrôle de l'autonomisation des femmes et des filles et de la protection de leurs droits. Pour aider l’OTAN à mieux mettre en œuvre les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, la Commission consultative de la société civile (CSAP) a été créée. La CSAP formule des recommandations générales sur l'intégration de la dimension de genre dans les tâches fondamentales de l'OTAN et assure la liaison avec des organisations de femmes dans des contextes nationaux.

    Plusieurs projets liés à la dimension de genre dans le cadre du programme pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS) de l'OTAN font appel à des réseaux d'experts civils de pays membres ou de pays partenaires de l'Alliance, offrant un forum pour le partage des connaissances et la résolution de questions d’intérêt commun.

  • Politique générale et plan d'action

    L'engagement actif de l'OTAN et de ses partenaires en faveur des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur les femmes, la paix et la sécurité s’est concrétisé par une politique formelle OTAN/CPEA en la matière, diffusée pour la première fois en décembre 2007, afin d’appuyer l'application de ces résolutions.

    Un premier plan d’action pour la mise en œuvre de cette politique a été entériné au sommet de Lisbonne, en 2010, à l'occasion du dixième anniversaire de la résolution 1325. Ce plan d’action est actualisé tous les deux ans depuis 2014 afin d’en refléter la mise en œuvre. La politique et le plan d'action ont été révisés en 2018 dans la perspective de leur entérinement par les chefs d'État et de gouvernement au sommet de Bruxelles, en juillet 2018. Les Alliés, avec les pays du CPEA, ainsi que l’Afghanistan, l'Australie, le Japon, la Jordanie, la Nouvelle­Zélande et les Émirats arabes unis, se sont engagés à les mettre en œuvre. D'autres partenaires intéressés seront invités à adhérer eux aussi à cette politique et à ce plan d’action révisés après le sommet de Bruxelles.

    Dans le cadre de cette politique OTAN/CPEA, l’OTAN et ses partenaires prennent acte de l'agenda « femmes, paix et sécurité » et soutiennent les mesures en faveur de l'égalité des genres au travers des principes directeurs suivants :

    intégration : l'égalité des sexes doit être considérée comme faisant partie intégrante des politiques, programmes et projets OTAN, régis par des mécanismes efficaces d'intégration de la dimension de genre. Pour parvenir à l'égalité des sexes, il est nécessaire de prendre conscience du fait que chaque politique, programme ou projet concerne aussi bien les femmes que les hommes ;

    inclusivité : la représentation des femmes à l'échelle de l'OTAN et au sein des forces nationales est nécessaire pour gagner en efficacité opérationnelle et accroître les chances de succès. L’OTAN s’emploiera à augmenter la participation des femmes à toutes les tâches menées à l’État-major militaire international et au Secrétariat international, à tous les niveaux ;

    intégrité : les inégalités systémiques sont prises en compte afin de garantir un traitement juste et équitable des hommes et des femmes à l'échelle de l'Alliance. La redevabilité pour tous les efforts de sensibilisation et de mise en œuvre de l’agenda « femmes, paix et sécurité » sera considérée comme prioritaire, conformément aux cadres internationaux.

    L'OTAN et ses partenaires se donnent pour objectif de contribuer à la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur les femmes, la paix et la sécurité en intégrant cette politique dans les activités quotidiennes de leurs structures civiles et militaires.

    Coopération avec les pays partenaires

    À travers leurs programmes de coopération avec l'OTAN, les partenaires sont encouragés à adopter des objectifs spécifiques qui reflètent les principes des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, et qui en appuient la mise en œuvre. Ils sont également invités à tirer parti des activités de formation et d'entraînement élaborées par le Commandement allié Transformation, qui a veillé à ce que la dimension de genre soit incluse dans le programme des centres de formation et des centres d'excellence de l'OTAN, ainsi que dans la formation prédéploiement.

    Même si l’Alliance ne peut influer sur les mesures ou les politiques adoptées à l’échelle nationale, tous les personnels – issus des pays membres ou des pays partenaires de l'Alliance – déployés dans le cadre des opérations et missions dirigées par l’OTAN ou en poste dans les structures de l'OTAN doivent avoir reçu une formation appropriée et respecter les règles de comportement en vigueur. Plusieurs pays ont organisé une formation sur la dimension de genre à l'intention de leurs experts et mené des campagnes de sensibilisation générale aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité avant le déploiement de leurs forces.

    Les travaux entre les pays de l'Alliance et les pays partenaires ne consistent pas seulement à accroître la sensibilisation à la dimension de genre dans les opérations de gestion de crise ou de soutien de la paix. Une attention croissante est aussi accordée au renforcement de la dimension de genre, y compris la promotion de l'égalité des sexes et la présence des femmes dans les institutions de défense et de sécurité, et dans les forces armées.

    La dimension de genre dans les opérations

    Les résolutions sur les femmes, la paix et la sécurité sont également mises en œuvre dans le cadre de la gestion de crise et dans les opérations et missions dirigées par l'OTAN. L'Alliance a nommé des conseillers pour les questions de genre dans ses deux commandements stratégiques – le Commandement allié Opérations et le Commandement allié Transformation – ainsi que dans les commandements subordonnés et dans les opérations et missions dirigées par l’OTAN. Ces conseillers aident les commandants à faire en sorte que la dimension de genre soit prise en compte dans tous les aspects d'une opération.

    En 2015, l'OTAN et ses partenaires ont adopté des directives militaires pour la prévention et la lutte contre la violence sexuelle et sexiste liée aux conflits. En outre, les questions de genre sont de plus en plus souvent prises en compte dans les exercices. Par exemple, la dimension de genre a été intégrée – pour la première fois – dans les objectifs de l'exercice OTAN de gestion de crise 2015. Ces exercices annuels visent à mettre en pratique les procédures de gestion de crise de l'Alliance au niveau politico-stratégique et font intervenir des personnels civils et militaires des capitales des pays de l’Alliance, du siège de l’OTAN et des deux commandements stratégiques.

  • Mise en œuvre de l’agenda « femmes, paix et sécurité » à l'OTAN

    La mise en œuvre des résolutions sur les femmes, la paix et la sécurité concerne plusieurs divisions et organes de gouvernance du siège de l'OTAN et des commandements stratégiques. Ces différentes entités sont chargées du suivi et du compte rendu des progrès réalisés par l'Alliance. À cet effet, une équipe spéciale sur les femmes, la paix et la sécurité a été créée sous la supervision et la responsabilité de la représentante spéciale pour les femmes, la paix et la sécurité.

    En résumé, les outils dont l'OTAN dispose pour mettre en application les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sont les suivants :

    • la représentante spéciale du secrétaire général pour les femmes, la paix et la sécurité, qui joue le rôle de coordonnatrice de haut niveau pour tout ce qui touche aux travaux de l'OTAN sur les questions de genre/les femmes, la paix et la sécurité. Ce poste a été créé en 2012, et il est devenu permanent en septembre 2014. Il est actuellement occupé par Mme Clare Hutchinson ;
    • une équipe spéciale composée de civils et de militaires de différents services du siège de l’OTAN ;
    • du côté militaire, un conseiller pour les questions de genre à l’État-major militaire international et un comité consultatif d’experts (Comité OTAN sur la dimension de genre), chargés de promouvoir l’intégration de la dimension de genre dans la conception, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation des politiques, des programmes et des opérations militaires ;
    • un groupe de travail dirigé par le Commandement allié Opérations, chargé d’évaluer les moyens de prendre davantage en compte les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité dans la planification et l’exécution des opérations ;
    • des conseillers pour les questions de genre déployés à différents niveaux de la structure de commandement militaire de l’OTAN, y compris dans les QG opérationnels ;
    • plusieurs comités compétents, qui élaborent et revoient les politiques générales et spécifiques ;
    • le programme pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS) de l'OTAN, qui promeut une coopération concrète et pratique entre les pays membres et les pays partenaires de l’OTAN sur les questions liées au genre, dans le cadre de projets collaboratifs pluriannuels, de stages de formation, de stages d'étude et d'ateliers ;
    • la CSAP, pour soutenir et orienter les travaux sur les femmes, la paix et la sécurité au sein de l’OTAN et donner des avis sur l’intégration de la dimension de genre dans les tâches fondamentales de l'OTAN.