Relations avec le Monténégro (archives)

  • Mis à jour le: 14 Dec. 2017 12:21

Le Monténégro a adhéré à l’Alliance le 5 juin 2017, date du dépôt officiel de son instrument d’accession au traité de Washington (ou Traité de l’Atlantique Nord) auprès du département d’État américain.

Le secrétaire général de l'OTAN, M. Stoltenberg, et le président du Monténégro, M. Vujanović

Points principaux

  • Peu après avoir recouvré son indépendance en juin 2006, le Monténégro a adhéré au Partenariat pour la paix (PPP) en décembre de la même année.
  • Le pays a été invité à participer au plan d'action pour l'adhésion en décembre 2009.
  • En décembre 2015, le Monténégro a été invité à entamer des pourparlers d’adhésion à l’Alliance, et son protocole d’accession a été signé par les ministres des Affaires étrangères des pays de l'OTAN le 19 mai 2016.
  • Le protocole d’accession a ensuite dû être ratifié par tous les parlements des pays membres de l’OTAN.
  • Le Monténégro est devenu membre à part entière de l’Alliance le 5 juin 2017, date du dépôt à Washington de son instrument d’accession.
  • Le Monténégro a activement soutenu, de 2010 à fin 2014, l'opération dirigée par l'OTAN en Afghanistan, et il soutient maintenant la mission de suivi consistant à offrir formation, conseil et assistance aux forces de sécurité afghanes.

Pour en savoir plus

  • Sur la voie de l'intégration

    Les Alliés sont déterminés à laisser la porte de l'OTAN ouverte aux partenaires des Balkans occidentaux qui souhaitent adhérer à l'Alliance, partagent ses valeurs et sont désireux et capables d'assumer les responsabilités et les obligations liées au statut de membre. L'intégration euro‑atlantique est considérée comme le meilleur moyen d'assurer dans la région une sécurité et une stabilité sur le long terme ne nécessitant pas d'intervention extérieure.

    Le plan d'action pour l'adhésion (MAP) est un programme par lequel l'OTAN donne des avis, une aide et un soutien pratique spécialement adaptés aux besoins individuels des pays désireux de devenir membres de l'Alliance. La participation au MAP ne préjuge en rien de la décision de l'Alliance concernant l'adhésion future.

    Le Monténégro a entamé son premier cycle MAP à l'automne 2010 en soumettant son premier programme national annuel (ANP). Le processus a permis au pays de recenser les défis majeurs auxquels il devait s'attaquer, qui portaient notamment sur le renforcement de l'état de droit, sur le respect des normes OTAN dans la réforme du secteur de la sécurité, et sur la lutte contre la corruption et la criminalité organisée.

    Les Alliés ont décidé, en décembre 2015, d'inviter le pays à entamer des pourparlers d'adhésion à l'Alliance. Ils ont déclaré qu'ils comptaient sur de nouvelles avancées en matière de réforme – en particulier dans le domaine de l'état de droit – et que l'OTAN continuerait d'offrir soutien et assistance au travers du MAP.

    Le 19 mai 2016, les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Alliance ont signé le protocole d'accession du Monténégro, qui a ainsi obtenu le statut de « pays invité », ses représentants pouvant dès lors prendre part aux réunions de l'Alliance en qualité d'observateurs.

    Une fois le protocole d’accession ratifié par les 28 pays membres de l'OTAN, le Monténégro a pu accéder au traité de Washington et devenir membre à part entière de l'Alliance, ce qui a été officialisé avec le dépôt de l’instrument d’accession auprès du département d’État américain.

  • Principaux domaines de coopération

    Coopération dans le domaine de la sécurité

    La coopération entre l'OTAN et le Monténégro a également pour objectif majeur de faire en sorte que les forces de ce pays soient mieux à même d'opérer avec celles de pays de l'OTAN et d'autres partenaires, notamment dans le cadre de missions de maintien de la paix et de gestion de crise. La participation à l'établissement de plans conjoints, à des entraînements et à des exercices militaires dans le cadre du PPP constitue un élément essentiel à cet égard.

    En février 2010, le Monténégro a décidé de fournir des troupes à la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS), dirigée par l'OTAN, troupes qui ont été déployées avec une unité croate. Depuis l'achèvement de l'opération de la FIAS fin 2014, le Monténégro contribue à la mission de suivi (« Resolute Support ») qui consiste à offrir formation, conseil et assistance aux forces de sécurité afghanes. Le Monténégro a offert, entre autres, plus de 1 600 armes et 250 000 munitions pour aider à équiper et à entraîner l'armée nationale afghane. Le gouvernement s'est par ailleurs engagé à fournir un soutien financier pour le développement futur des forces de sécurité nationales afghanes.

    Réforme des secteurs de la défense et de la sécurité

    La réforme des secteurs de la défense et de la sécurité reste un élément clé de la coopération. L'Alliance dans son ensemble et les Alliés à titre individuel ont acquis des compétences considérables dans ce domaine, et le Monténégro peut en tirer parti. Les Alliés apportent en outre leur soutien au processus plus large de réformes démocratiques, institutionnelles et judiciaires en cours dans le pays.

    En 2013, le Monténégro a mené une nouvelle revue de défense stratégique et a élaboré un plan de développement à long terme pour ses forces armées. Ces documents ont jeté les bases d'une réforme complète du dispositif de défense du pays.

    La participation du Monténégro au processus de planification et d'examen (PARP) du PPP l'aide à constituer des forces qui seront parfaitement aptes à mener des opérations de maintien de la paix et de secours en cas de catastrophe avec les forces des pays de l'OTAN et des pays partenaires.

    Le pays participe en outre au programme de l'OTAN pour le développement de l'intégrité, qui porte sur le renforcement de la bonne gouvernance dans les secteurs de la défense et de la sécurité. Ce programme a pour objectif d'aider les pays à renforcer l'intégrité et à réduire les risques de corruption dans le secteur de la sécurité grâce à la sensibilisation, à la promotion des bonnes pratiques et à l'élaboration d'outils concrets, permettant ainsi d'améliorer la transparence et la responsabilité.

    Par ailleurs, le pays collabore avec l'OTAN à la promotion de la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui met en lumière l'effet disproportionné de la guerre et des conflits sur les femmes et les enfants. La résolution 1325 préconise que les femmes participent pleinement et sur un pied d'égalité aux efforts menés à tous les niveaux, depuis les premiers stades de la prévention des conflits à la reconstruction post‑conflit en passant par le maintien de la paix et de la sécurité.

    Le Monténégro participe à diverses initiatives dans le domaine de la cyberdéfense.

    Les armes et munitions excédentaires ou obsolètes restent un grave problème pour le Monténégro, en termes tant de sécurité que de préoccupations environnementales. Les pays membres et les pays partenaires de l'OTAN ont déjà apporté leur soutien à des projets concrets sur fonds d'affectation spéciale dans ce domaine, notamment un projet d'élimination de mines terrestres antipersonnel mené aussi bien en Serbie qu'au Monténégro. Un nouveau projet sur fonds d'affectation spéciale avec le Monténégro, lancé au cours de l'été 2016, a pour but de contribuer à la démilitarisation, dans des conditions sûres, d'environ 416 tonnes de munitions.

    Plans civils d'urgence

    En coopération avec le Centre euro‑atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC) de l'OTAN, le Monténégro procède actuellement à la mise en place d'un système national d'alerte précoce, à la création d'un centre de crise national et au développement de ses capacités d'intervention d'urgence.

    Du 31 octobre au 4 novembre 2016, le Monténégro a accueilli un exercice sur le terrain consacré à la gestion des conséquences, le « Crna Gora 2016 ». Cet exercice a été organisé par l'EADRCC, en collaboration avec la Direction Affaires opérationnelles du Monténégro (Section Gestion des situations d'urgence, ministère de l'Intérieur).

    Coopération scientifique dans le domaine de la sécurité

    Depuis 2006, le Monténégro participe activement au programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS), qui permet une collaboration étroite sur des sujets d'intérêt commun en vue de renforcer la sécurité des pays de l'OTAN et des pays partenaires. En facilitant la coopération internationale, en particulier les activités d'envergure régionale, ce programme vise à apporter une réponse aux défis de sécurité émergents, à soutenir les opérations dirigées par l'OTAN et à développer les capacités d'alerte précoce et de prévision aux fins de la prévention des catastrophes et des crises.

    C'est ainsi qu'aujourd'hui, des scientifiques et des experts monténégrins participent aux travaux menés sur des questions de sécurité très diverses, comme la sécurité environnementale ou la prévision et la prévention des catastrophes naturelles et autres.

    Information du public

    Condition indispensable en vue de l'adhésion à l'OTAN, l'opinion publique monténégrine doit être bien informée des avantages que présentent la coopération avec l'OTAN et le statut de membre de l'Alliance. La Division Diplomatie publique de l'OTAN coopère activement avec les autorités monténégrines ainsi qu'avec divers partenaires de la société civile, des représentants des médias, des membres du parlement et des municipalités locales, etc. Des programmes de diplomatie publique, tels que des visites au siège de l'OTAN, des séminaires, des tournées de conférences, et des programmes éducatifs destinés aux jeunes, ont pour but de mieux faire connaître au public l'OTAN et le processus d'adhésion.

  • Cadre de la coopération

    Depuis qu'il a recouvré son indépendance en 2006, le Monténégro a entrepris un vaste programme de réformes structurelles et institutionnelles. Les instruments disponibles dans le cadre du PPP peuvent grandement aider à mener à bien ce processus. Initialement, le pays a choisi d'axer davantage la coopération sur les réformes, en élaborant un plan d'action individuel pour le Partenariat (IPAP) avec l'OTAN en 2008. Il a mené à bien un cycle IPAP entre 2008 et 2010 avant de passer, à l'automne 2010, à un ANP dans le cadre du MAP.

    Le Monténégro participe en outre au PARP du PPP depuis 2006. Le rôle du PARP est d'offrir un instrument structuré permettant de recenser les forces et les capacités susceptibles d'être mises à la disposition de l'Alliance pour des activités d'entraînement, des exercices et des opérations à caractère multinational. Le PARP constitue également le principal mécanisme d'accompagnement et d'évaluation des progrès accomplis sur le plan militaire et dans le secteur de la défense. Le PARP est un processus biennal ouvert à tous les partenaires sur une base volontaire.

    Pour faciliter la coopération, le Monténégro a établi une mission auprès de l'OTAN ainsi qu'un bureau de liaison au Grand quartier général des puissances alliées en Europe (SHAPE).

  • Chronologie

    Février 2003 : La République fédérale de Yougoslavie est remplacée par une union moins structurée appelée Serbie‑et‑Monténégro.

    3 juin 2006 : Après le référendum du 21 mai en faveur de l'indépendance, le Parlement monténégrin déclare officiellement l'indépendance du pays.

    Novembre 2006 : Au sommet de Riga, les pays de l'Alliance invitent le Monténégro à adhérer au PPP.

    Décembre 2006 : Le Monténégro adhère au PPP.

    2007 : Le Monténégro offre des armes et des munitions afin d'aider l'OTAN à équiper et à entraîner l'armée nationale afghane.

    Avril 2008 : Au sommet de Bucarest, les dirigeants des pays de l'Alliance décident d'entamer un dialogue intensifié avec le Monténégro sur ses aspirations à l'adhésion et les réformes à mener en ce sens.

    Juillet 2008 : Le Monténégro conclut un IPAP avec l'OTAN, qui porte sur l'ensemble des questions politiques, militaires, financières et de sécurité liées à ses aspirations à l'adhésion.

    Décembre 2009 : Les ministres des Affaires étrangères des pays de l'OTAN invitent le Monténégro à participer au MAP.

    Février 2010 : Le Monténégro décide de contribuer à la FIAS, en Afghanistan.

    Automne 2010 : Le Monténégro soumet son premier ANP, dans le cadre du MAP.

    29 juin 2011 : Le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen se rend à Budva (Monténégro), où il rencontre le président Filip Vujanović et le premier ministre Igor Lukšić. Lors de son voyage, il prononce, à une réunion de la Charte adriatique, un important discours intitulé « L'OTAN et les Balkans occidentaux ».

    21 mars 2012 : Le premier ministre Lukšić prend la parole devant le Conseil de l'Atlantique Nord.

    27 juin 2012 : Après s'être entretenu avec le ministre monténégrin des Affaires étrangères, Milan Roćen, et avec la ministre de la Défense, Milica Pejanović‑Durišić, le secrétaire général salue la détermination du Monténégro à mettre en œuvre les réformes nécessaires pour atteindre les normes fixées pour l'adhésion à l'OTAN.

    26 mars 2013 : Le premier ministre monténégrin, Milo Đukanović, effectue une visite au siège de l'OTAN, où il rencontre le secrétaire général et participe à une réunion du Conseil de l'Atlantique Nord.

    16 octobre 2013 : Le président Filip Vujanović effectue une visite au siège de l'OTAN, où il rencontre le secrétaire général pour faire le point sur l'avancement du programme de réformes du Monténégro et sur la coopération croissante entre l'OTAN et ce pays.

    Mars 2014 : Le premier ministre Milo Đukanović s'entretient avec le secrétaire général de l'OTAN et prend la parole devant le Conseil de l'Atlantique Nord au siège de l'OTAN.

    Mai 2014 : Le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen effectue une visite à Podgorica pour s'entretenir avec le président Filip Vujanović, avec le premier ministre Milo Đukanović, avec le ministre des Affaires étrangères Igor Lukšić et avec le président du Parlement Ranko Krivokapić.

    Juin 2014 : Après la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'OTAN, le secrétaire général annonce que l'OTAN ouvrira un dialogue intensifié et ciblé avec le Monténégro et décidera au plus tard d'ici la fin 2015 de l'opportunité d'inviter ce pays à adhérer à l'Organisation.

    Septembre 2015 : Au sommet du pays de Galles, les dirigeants des pays de l'OTAN entérinent les décisions prises par les ministres des Affaires étrangères en juin et ils invitent dans le même temps le Monténégro à poursuivre ses efforts pour relever les défis qui subsistent en vue de l'adhésion à l'OTAN.

    15 avril 2015 : Le premier ministre du Monténégro, Milo Đukanović, effectue une visite au siège de l'OTAN. Il rencontre le secrétaire général Jens Stoltenberg et participe à une