Opérations de soutien de la paix dans l'ex-République yougoslave de Macédoine¹

  • Mis à jour le: 18 Nov. 2014 14:49

À la demande de l'ex-République yougoslave de Macédoine*, l'OTAN a entrepris trois opérations distinctes visant à apaiser les tensions entre la minorité albanophone du pays et les forces nationales de sécurité.


Highlights

  • À la demande du président de l'époque, l'OTAN a mené trois opérations de court terme destinées à contribuer à apaiser les tensions entre la minorité ethnique albanaise du pays et les forces de sécurité nationales.
  • L'opération Essential Harvest (22 août – 26 septembre 2001) a contribué au désarmement des extrémistes d'origine albanaise, sur une base volontaire.
  • L'opération Amber Fox (27 septembre 2001 – 15 décembre 2002) avait pour mission de veiller à la protection des observateurs internationaux de l'UE et de l'OSCE qui supervisaient la mise en application de l'Accord-cadre d'Ohrid.
  • L'opération Allied Harmony (16 décembre 2002 – 31 mars 2003) a apporté un soutien constant aux observateurs internationaux et aidé le gouvernement à assumer la responsabilité de la sécurité dans l'ensemble du pays.
  • L'OTAN conserve un QG militaire à Skopje, qui apporte un soutien à la réforme du secteur de la sécurité.

Le 13 août 2001, le gouvernement de Skopje et les représentants de la minorité albanophone ont signé l'Accord cadre d'Ohrid, en vertu duquel le gouvernement s'engageait à améliorer le respect des droits de la population albanophone. En retour, les représentants de cette dernière acceptaient de renoncer à leurs revendications séparatistes et à remettre leurs armes à une force de l'OTAN. Cet accord marquait le début d'une brève présence militaire de l'OTAN dans le pays (2001-2003).

C'est en 1995 que l'ex-République yougoslave de Macédoine¹ est devenue l'un des pays partenaires de l'OTAN, et elle participe depuis 1999 au Plan d'action pour l'adhésion. L'OTAN a mis en place un quartier général militaire à Skopje, chargé d'aider à la réforme du secteur de la sécurité. Au sommet de Bucarest, en 2008, les dirigeants des pays de l'OTAN ont décidé d'adresser à l'ex-République yougoslave de Macédoine¹ une invitation à adhérer à l'Alliance dès qu'une solution mutuellement acceptable aura été trouvée avec la Grèce à la question de son nom.

Pour en savoir plus

  • Trois opérations distinctes de l'OTAN

    Définition du contexte général

    La violence a éclaté dans le pays lorsque les extrémistes albanophones ont exigé des autorités gouvernementales qu’elles accordent plus de droits à la communauté albanophone. Le 20 juin 2001, le président Boris Trajkovski a adressé à Lord Robertson, alors secrétaire général de l'OTAN, une lettre dans laquelle il demandait l'aide de l'OTAN pour éviter la guerre civile. Il souhaitait que l'OTAN aide son gouvernement à démilitariser l'Armée de libération nationale (UCK) et à désarmer les groupes albanophones opérant sur le territoire de son pays. Des efforts diplomatiques et des pourparlers de paix avaient bien été entrepris, mais ils se trouvaient au point mort, bloqués par une série de questions délicates, notamment sur le point de savoir si la langue albanaise serait reconnue comme langue officielle.

    L'OTAN a adopté une double approche: elle a condamné les attaques, tout en invitant instamment le gouvernement à adopter des réformes constitutionnelles visant à accroître la participation des albanophones dans la société et dans la vie politique. L'OTAN a approuvé l'opération le 29 juin, mais elle a subordonné son déploiement à "l'issue positive" du dialogue politique entre les diverses parties du pays et le respect du cessez-le-feu. C'est à ce moment seulement que l'OTAN enverrait des troupes disposant de "solides règles d'engagement” pour collecter les armes des extrémistes albanophones.

    Le 15 août, deux jours après la signature de l'accord cadre politique - l'accord cadre d'Ohrid - le Conseil de l'Atlantique Nord autorisait le déploiement immédiat sur le terrain du quartier général de la force opérationnelle Harvest. Cette opération était la première des trois qui seraient finalement lancées:

    • Opération Essential Harvest;
    • Opération Amber Fox; et
    • Opération Allied Harmony.

    Collecte des armes

    L'opération Essential Harvest a été officiellement lancée par l'OTAN le 22 août; les opérations ont effectivement débuté le 27 août.

    La mission, d'une durée de 30 jours, avait pour but de désarmer les insurgés albanophones qui avaient accepté de le faire. Quelque 3 500 hommes de l’OTAN, et le soutien logistique requis, ont été envoyés dans le pays. Près de 4 000 armes et plusieurs centaines de milliers d'autres articles, notamment des mines et des explosifs, ont été collectés. L'opération s'est achevée le 26 septembre 2001.

    Protection des observateurs internationaux

    Après la fin de l'opération Essential Harvest, les Alliés ont lancé l'Opération Amber Fox. Le plan d'opérations a été approuvé le 26 septembre 2001, et la mission a officiellement débuté le lendemain.

    L'opération Amber Fox avait pour mandat de contribuer à la protection des observateurs internationaux de l'Union européenne et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe qui supervisaient la mise en œuvre de l'accord d'Ohrid.

    La mission, déployée sous la direction de l'Allemagne, avec la participation d'autres pays membres de l'OTAN, était composée de 700 soldats Alliés, qui ont rejoint les 300 hommes déjà basés dans le pays. Le mandat initial de l'opération Amber était de trois mois, mais il a été par la suite prolongé jusqu'au 15 décembre 2002.

    Réduire le risque de déstabilisation

    Répondant à une demande supplémentaire du président Trajkovski, le Conseil de l'Atlantique Nord a décidé de poursuivre son appui à l'ex-République yougoslave de Macédoine* en lançant une nouvelle mission qui contribuerait à réduire le risque de déstabilisation.

    Tout en reconnaissant qu'un terme pouvait être mis à l'opération Amber Fox, le Conseil est convenu qu'une présence militaire internationale de suivi était encore requise dans le pays.

    L'opération Allied Harmony a été lancée le 16 décembre, avec pour mission d'apporter son soutien aux observateurs internationaux et d'aider le gouvernement à assumer la responsabilité de la sécurité dans tout le pays.

    Le 17 mars 2003, le Conseil de l'Atlantique Nord a décidé de mettre un terme à l'opération Allied Harmony à compter du 31 mars, et de transférer à l'Union européenne la responsabilité du maintien d'une présence militaire internationale.

  • QG de l’OTAN (Skopje)

    L'OTAN demeure résolue à aider à l'intégration de l'ex-République yougoslave de Macédoine* dans les structures euro-atlantiques. À cet effet, l'Alliance maintient un haut représentant civil et un haut représentant militaire au QG de l'OTAN à Skopje, qui apportent tous deux leur aide à la réforme du secteur de la sécurité et à l'adaptation aux normes de l'OTAN.

  1. La Turquie reconnaît la République de Macédoine sous son nom constitutionnel.