Dissuasion et défense

  • Mis à jour le: 06 Jul. 2018 09:29

L'OTAN est une alliance politique et militaire ayant pour mission principale d'assurer la protection des populations de ses pays et de promouvoir la sécurité et la stabilité dans la région de l’Atlantique Nord. Comme expliqué dans le Concept stratégique de 2010, les trois tâches essentielles de l'Alliance sont la défense collective, la gestion de crise et la sécurité coopérative.

Aujourd'hui, l'Alliance est confrontée à un environnement de sécurité qui est plus varié, plus complexe, plus évolutif et plus exigeant que jamais. Elle se retrouve face à des défis et à des menaces émanant de l'est et du sud, d'acteurs étatiques et non étatiques ; de forces militaires, et d'attaques terroristes, cyber ou hybrides.

La Russie est devenue plus assertive avec l'annexion illégale de la Crimée et la déstabilisation de l'est de l'Ukraine, mais aussi avec le renforcement de son dispositif militaire à proximité des frontières de l'OTAN. Parallèlement à cela, au sud, la situation sécuritaire au Moyen-Orient et en Afrique s'est détériorée sous l'effet d'une combinaison de facteurs qui entraînent des pertes en vies humaines, alimentent les flux migratoires à grande échelle, et inspirent les attentats terroristes perpétrés dans les pays de l'Alliance et ailleurs.

L'Alliance doit être en mesure de faire face, de manière simultanée, à tous les types de défis et de menaces actuels et futurs, d'où qu'ils viennent. Voilà pourquoi elle renforce aujourd'hui sa posture de dissuasion et de défense, à la lumière de l'environnement de sécurité modifié et en évolution.

  • Vers une posture de dissuasion et de défense renforcée

    Le plan d'action « réactivité » (RAP), lancé au sommet que l’OTAN a tenu au pays de Galles en 2014, a été un important facteur de changement dans la posture de dissuasion et de défense de l'Alliance. Le RAP a été élaboré pour faire en sorte que l'Alliance soit prête à répondre rapidement et fermement aux nouveaux défis de sécurité émanant de l'est et du sud. Il s'agit du renforcement le plus significatif de la défense collective de l'OTAN depuis la fin de la Guerre froide.

    Faisant fond sur le RAP, les chefs d'État et de gouvernement des pays de l'OTAN ont approuvé une posture de dissuasion et de défense renforcée au sommet de Varsovie en juillet 2016. Cette posture offre à l'Alliance une large gamme d'options qui lui permettront de faire face à toutes les menaces, d'où qu'elles viennent, afin de protéger le territoire, les populations, l'espace aérien et les lignes de communication maritimes de ses pays.

    La défense collective est la plus importante responsabilité de l'Alliance, et la dissuasion demeure un élément central de la stratégie globale de l'OTAN – prévenir les conflits et la guerre, protéger les Alliés, préserver la liberté de décision et d'action, et sauvegarder les principes et les valeurs qu'elle défend : la liberté individuelle, la démocratie, les droits de l'homme et l'état de droit. La capacité de dissuasion et de défense de l'OTAN est assurée par une combinaison appropriée de capacités. Les capacités nucléaires, conventionnelles et de défense antimissile se complètent les unes les autres. L'OTAN garde en outre la liberté d'action et la souplesse nécessaire pour réagir à l'éventail complet des défis grâce à une approche appropriée et adaptée, au niveau de force minimum.

    Les actions de l'Alliance sont défensives par nature, proportionnées et conformes aux engagements internationaux, compte tenu des menaces liées à l'environnement de sécurité modifié et en évolution et du droit de l'Alliance à la légitime défense. L'OTAN reste en outre pleinement attachée à la non-prolifération, au désarmement, à la maîtrise des armements, et aux mesures de confiance et de sécurité afin de renforcer la sécurité et de réduire les tensions militaires. Les Alliés vont par exemple au-delà de ce que prévoient le Document de Vienne et d'autres mesures de transparence dans la planification et la conduite des exercices de l'OTAN. Le Document de Vienne est un accord politiquement contraignant, établi par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et destiné à promouvoir la confiance mutuelle et la transparence sur les forces et les activités militaires d'un État.

    Plus précisément, la posture de dissuasion et de défense renforcée de l'OTAN porte sur des domaines comme les forces conventionnelles, la présence avancée, la puissance aérienne interarmées et les forces maritimes, ainsi que la cyberdéfense, l'état de préparation du secteur civil et la lutte contre les menaces hybrides, notamment en coopération avec l'Union européenne.

  • Projeter la stabilité

    Si la dissuasion et la défense collective se voient redonner davantage d'importance, l'OTAN conserve aussi sa capacité à répondre à des crises au-delà de ses frontières et continue de s'employer activement à soutenir les partenaires et à travailler avec d'autres organisations internationales, en particulier l'Union européenne. Tout ceci s'inscrit dans le cadre de la contribution de l'OTAN à l'action de la communauté internationale visant à projeter la stabilité. La dissuasion et la défense ne sont pas traitées isolément. Elles font partie d'une réponse plus large apportée par la communauté transatlantique dans son ensemble à l'environnement de sécurité modifié et en évolution.

    Projeter la stabilité consiste à renforcer la capacité de l'OTAN à former, à conseiller et à aider des forces locales. L'OTAN a une longue expérience dans ce domaine – grâce à ses opérations en Afghanistan et dans les Balkans – et dans celui du renforcement des capacités avec plus de 40 partenaires dans le monde entier. Elle intensifie ses efforts, par exemple en améliorant la connaissance de la situation, en renforçant la dimension maritime de l'Alliance, et en adoptant une approche plus stratégique des partenariats.

    Compte tenu des réalités d'aujourd'hui et de l'ampleur et de la complexité des défis et des menaces à la périphérie de l'OTAN, l'Alliance continuera à renforcer son rôle pour ce qui est de contribuer à la sécurité dans le cadre de ses trois tâches fondamentales : défense collective, gestion de crise et sécurité coopérative.