Défense aérienne et antimissile intégrée de l'OTAN

  • Mis à jour le: 15 Jun. 2018 15:06

La défense aérienne et antimissile intégrée (IAMD) de l'OTAN est une mission essentielle et permanente, en temps de paix comme en période de crise ou de conflit, qui sauvegarde et protège le territoire, les populations et les forces des pays de l'Alliance contre toute menace ou attaque aérienne ou de missile. Elle contribue à la dissuasion ainsi qu'à la sécurité indivisible et à la liberté d'action de l'Alliance

Points principaux

  • L’IAMD de l’OTAN est le volet défensif de la puissance aérienne interarmées de l’Alliance, qui, en coordonnant, en contrôlant et en exploitant le domaine aérien, entend garantir la stabilité et la sécurité de l’espace aérien OTAN.
  • Elle englobe l’ensemble des mesures visant à assurer la dissuasion et la défense contre toute menace aérienne et missile ou à neutraliser ou réduire l'efficacité d'une action aérienne hostile.
  • L'IAMD de l'OTAN peut permettre de réagir à des menaces aériennes, terrestres ou maritimes, voire chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) ou encore électromagnétiques et cybernétiques.
  • L'IAMD de l'OTAN offre une capacité extrêmement réactive, robuste, rapide et permanente permettant d'atteindre le niveau souhaité de maîtrise des airs, auquel l'Alliance peut accomplir toute la gamme de ses missions.
  • L’IAMD de l’OTAN est mise en œuvre au travers du système OTAN de défense aérienne et antimissile intégrée (NATINAMDS), un réseau de systèmes nationaux et OTAN interconnectés, composé de capteurs, d'installations de commandement et de contrôle, et de systèmes d’armes.
  • Le NATINAMDS est placé sous l'autorité du Commandant suprême des Forces alliées en Europe.
  • Missions

    Actuellement, deux missions du temps de paix sont menées dans le cadre de l’IAMD de l’OTAN : la police du ciel et la défense antimissile balistique (BMD) de l’OTAN.

    La police du ciel de l’OTAN a pour but de préserver la sécurité de l’espace aérien de l’Alliance. Il s’agit d’une mission collective qui implique la présence continue – 24 heures sur 24, 365 jours par an – de chasseurs d'interception capables de répondre rapidement aux violations et aux transgressions commises dans l'espace aérien.

    La BMD de l'OTAN a pour but de protéger les populations, le territoire et les forces des pays européens de l’OTAN contre la menace croissante que représente la prolifération des missiles balistiques provenant de l’extérieur de la région euro-atlantique. Il s’agit d’un investissement à long terme face à une menace à long terme, et son caractère est purement défensif.

    En période de crise, l’IAMD de l’OTAN contribue à décourager toute agression et à montrer que l’Alliance est déterminée et prête à lutter contre toute action hostile. L’IAMD de l’OTAN fait partie intégrante du système OTAN de réponse aux crises.

    Une mission IAMD de l’OTAN en période de crise ou de conflit dépend de la nature spécifique de la menace. Toutefois, on distingue cinq missions subordonnées spécifiques :

    • défense aérienne ;
    • défense antimissile balistique ;
    • défense contre les missiles balistiques de théâtre ;
    • défense contre les missiles de croisière ;
    • lutte contre la menace roquettes-artillerie-mortiers ;
    • défense contre les systèmes d’aéronefs télépilotés.

    Une capacité IAMD multicouche de l’OTAN est mise en œuvre au travers d’un ensemble de moyens aériens et de surface offrant des possibilités d’engagement multiples contre toute forme de menace aérienne ou missile.

    L’intégration est une condition essentielle pour l’IAMD étant donné qu’elle permet de coordonner et de synchroniser toutes les capacités de défense aérienne et antimissile disponibles. Un préalable indispensable pour l'intégration est l’interopérabilité (procédurale, technique et humaine).

  • Mécanismes

    Le Comité de défense aérienne et antimissile (AMDC) est l'organe de haut niveau responsable de tous les éléments de la défense aérienne et antimissile intégrée de l'OTAN et des aspects pertinents de la puissance aérienne. Il relève du Conseil de l’Atlantique Nord, le principal organe de décision politique de l'Alliance.

    Le Groupe de travail du Comité militaire sur la défense aérienne et antimissile est chargé d'examiner les aspects militaires des questions de défense aérienne et antimissile, ainsi que de donner des avis et de formuler des recommandations à ce sujet pour le Comité militaire de l'OTAN, la plus haute instance militaire de l’OTAN.

    Les autres organes s’occupant des questions liées à la défense aérienne et antimissile sont notamment le Comité de la politique et des plans de défense (renforcé) (DPPC(R)) de l’OTAN et la Conférence des directeurs nationaux des armements (CDNA), le haut comité de l’OTAN chargé de promouvoir la coopération entre les pays dans le domaine des armements.

    L'AMDC et la coopération avec les partenaires

    Depuis 1994, l'AMDC maintient un dialogue avec les pays partenaires de l’OTAN afin de promouvoir la compréhension mutuelle, la transparence et la confiance en ce qui concerne les questions de défense aérienne et de défense antimissile d’intérêt commun.

    Ce programme de coopération prévoit des réunions avec des experts de la défense aérienne et antimissile, des séminaires et des ateliers, des visites d’installations aériennes et un programme d’échange de données non classifiées sur la situation aérienne (le programme ASDE).

  • Évolution

    L’IAMD de l’OTAN est le résultat de l’évolution du concept de défense aérienne intégrée de l’OTAN. Ce concept fut à l’origine mis en œuvre en 1961 dans le cadre du recours au système OTAN de défense aérienne intégrée (NATINADS) placé sous le commandement et le contrôle du commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR).

    Durant la Guerre froide, le NATINADS était un système essentiellement statique déployé en ceintures successives pour faire face à la menace unidirectionnelle et bien définie que représentaient les aéronefs pilotés.

    Pendant plus de 50 ans, le NATINADS a évolué et est devenu le système OTAN de défense aérienne et antimissile intégrée (NATINAMDS), qui permet de relever les défis de l’environnement moins prévisible d’aujourd’hui et d’intervenir pour faire face à l’ensemble complet des menaces aériennes et missiles. Ce système est réactif, homogène et demeure une des pierres angulaires de la solidarité et de la cohésion au sein de l’Alliance.