Relations avec la Suède

  • Mis à jour le: 26 Sep. 2022 12:16

L'OTAN et la Suède partagent des valeurs communes, entretiennent un dialogue politique ouvert et régulier et mènent une coopération pratique dans un large éventail de domaines. Elles collaborent activement dans le cadre d’opérations de soutien de la paix, elles participent ensemble à des exercices et elles échangent des éléments d’analyse et des informations. En mai 2022, la Suède a remis sa lettre officielle de demande d’adhésion à l’OTAN. Le 4 juillet 2022, au siège de l'Organisation, à Bruxelles, la Suède a mené à bien, conjointement avec la Finlande, les pourparlers d'adhésion, confirmant sa volonté et sa capacité d'honorer les obligations et engagements politiques, juridiques et militaires liés au statut de membre de l’OTAN. Le 5 juillet, les Alliés ont signé le protocole d'accession de la Suède, laquelle est alors devenue un « pays invité », autorisé à ce titre à assister aux réunions de l'OTAN. Une fois que tous les Alliés auront ratifié le protocole d’accession conformément à leurs procédures nationales, le secrétaire général invitera la Suède à accéder au traité de Washington, après quoi ce pays deviendra membre de l’OTAN.

NATO and Sweden relations - flags

 

  • L’OTAN a pleinement respecté la politique de non-alignement militaire que la Suède a de tout temps appliqué.
  • La coopération a débuté en 1994, lorsque la Suède a rejoint le programme de partenariat pour la paix (PPP). En 1997, le pays est devenu membre du Conseil de partenariat euro­atlantique (forum de dialogue multilatéral rassemblant tous les Alliés et tous les pays partenaires de la zone euro-atlantique).
  • L’OTAN et la Suède ont défini précisément les domaines de coopération et le calendrier d'exécution dans le programme individuel de partenariat et de coopération (IPCP) de la Suède, approuvé par les deux parties tous les deux ans.
  • La Suède – l'un des partenaires les plus actifs de l'OTAN – a apporté une contribution précieuse à la mission Resolute Support, dirigée par l’OTAN en Afghanistan, à la Force pour le Kosovo (KFOR) au Kosovo et à la mission OTAN en Iraq (NMI).
  • Faisant partie des six pays dénommés « partenaires nouvelles opportunités1 » dans le cadre de l’initiative pour l’interopérabilité avec les partenaires qui contribuent de façon particulièrement significative aux opérations de l’OTAN et à d’autres objectifs de l’Alliance, la Suède s’est vu offrir davantage d’opportunités de dialogue et de coopération avec les Alliés.
  • Dans le contexte de l’invasion, qui a débuté en février 2022, de l’Ukraine par la Russie en l’absence de provocation, la Suède (conjointement avec la Finlande) a remis sa lettre officielle de demande d’adhésion à l’OTAN. 
  • Le 4 juillet 2022, à l’issue du sommet que les dirigeants des pays de l’OTAN ont tenu à Madrid, la Suède et la Finlande ont mené à bien – au siège de l’Organisation, à Bruxelles – les pourparlers d'adhésion. Le lendemain, les Alliés ont signé les protocoles d'accession de ces pays, documents qui devront être ratifiés par tous les membres de l’OTAN conformément à leurs procédures nationales.

  1. Partenaires « nouvelles opportunités » : Australie, Finlande, Géorgie, Jordanie, Suède et Ukraine.

Principaux domaines de coopération

La coopération entre la Suède et l'OTAN a bénéficié aux deux parties dans les domaines énumérés ci-après :

Renforcement des capacités et de l’interopérabilité

  • La Suède a participé au processus de planification et d'examen du PPP (PARP), qui aide divers pays à développer leurs capacités militaires et à renforcer l'interopérabilité entre les forces des Alliés et celles des partenaires.
  • La Suède a adhéré au concept de capacités opérationnelles (OCC) de l’OTAN, qui fait appel à un programme d’évaluation et de retour d’information devant permettre le développement et la formation des forces terrestres, maritimes, aériennes ou des forces d’opérations spéciales des pays partenaires qui entendent se conformer aux normes de l’OTAN.
  • La Suède a pris part à de nombreux exercices du PPP, ainsi qu’aux exercices Cyber Coalition de l'OTAN.
  • La Suède coopère avec plusieurs autres pays à la mise en place d'une force multinationale de réaction rapide pour les opérations de soutien de la paix dirigées par l’Union européenne (UE).
  • Début 2014, dans le cadre de l’initiative pour l'interopérabilité avec les partenaires, la Suède a rejoint la plateforme d'interopérabilité, qui rassemble les Alliés et des pays partenaires actifs dans les opérations de l’OTAN.
  • La Suède participe à deux initiatives dans le domaine du transport aérien stratégique : le programme pour la capacité de transport aérien stratégique (SAC) et la solution internationale pour le transport aérien stratégique (SALIS).
  • Le rôle de la Suède dans la formation des forces de pays partenaires de l’OTAN est grandement apprécié par les Alliés. Le Centre international des forces armées suédoises (SWEDINT) organise des exercices et des entraînements ciblant en particulier l’aide humanitaire, les services de secours, les opérations de soutien de la paix, la préparation du secteur civil et le contrôle démocratique des forces armées. Le SWEDINT accueille par ailleurs le Centre nordique pour les questions de genre dans les opérations militaires (NCGM).
  • La Suède entretient des liens étroits avec d’autres pays nordiques, et elle participe à la Coopération nordique de défense (NORDEFCO), une initiative régionale de défense qui favorise la collaboration entre forces armées nordiques.

 

Soutien aux opérations et missions dirigées par l'OTAN

  • La première contribution de la Suède à une opération dirigée par l’OTAN remonte à 1995, lorsqu'elle a déployé un bataillon en Bosnie-Herzégovine au sein de la force de maintien de la paix dirigée par l'OTAN.
  • Depuis 1999, la Suède apporte son soutien à la force de maintien de la paix au Kosovo (KFOR), dirigée par l’OTAN.
  • Des troupes suédoises ont servi aux côtés des forces des pays de l’Alliance dans le cadre de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan, de 2003 jusqu'à l'achèvement de la mission de la FIAS, en 2014. La Suède a également contribué à la mission de suivi Resolute Support (RSM), qui visait à continuer de dispenser formation, assistance et conseil aux forces et aux institutions de sécurité afghanes jusqu’à son achèvement, en septembre 2021. Elle a par ailleurs versé plus de 13 millions de dollars au fonds d'affectation spéciale pour l'armée nationale afghane.
  • En avril 2011, la Suède a participé à l'opération Unified Protector (OUP), l'opération militaire menée par l'OTAN en Libye en vertu des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU.
  • Elle participe aussi à la mission OTAN en Iraq (NMI), qui est une mission OTAN de conseil et de renforcement des capacités en Iraq.
  • La Suède a rejoint la force de réaction de l'OTAN (NRF) renforcée, dans un rôle complémentaire et sous réserve de décisions nationales. En outre, elle a signé un mémorandum d'entente sur le soutien du pays hôte, en vertu duquel elle peut, moyennant une décision nationale, fournir un soutien logistique aux forces alliées stationnées ou en transit sur son territoire pour les besoins d’un exercice ou en temps de crise.

Autres domaines de coopération

  • La Suède coopère avec le Comité pour la résilience de l’OTAN et avec les Alliés sur des évaluations régionales, la protection des infrastructures critiques, et la fourniture d'un soutien face aux conséquences d’une catastrophe ou d'un accident majeur dans la zone euro-atlantique.
  • La Suède a participé à de nombreux exercices OTAN de gestion de crise, et des ressources civiles suédoises figurent sur la liste des moyens disponibles pour les besoins du Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC), notamment des équipes de recherche et sauvetage, des experts médicaux et des unités de protection et de décontamination. La Suède mène régulièrement des exercices multifonctionnels majeurs rassemblant des membres de la police civile et de la police militaire (les exercices « Viking »), auxquels prennent part de nombreux autres pays, ainsi que des organisations internationales, des organisations non gouvernementales et diverses agences.
  • Au titre du programme pour la science au service de la paix et de la sécurité (programme SPS), des scientifiques suédois contribuent activement à un certain nombre d’activités dans les domaines suivants : lutte contre le terrorisme, défense contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) et sécurité environnementale. Des experts suédois participent notamment à un projet descendant, dont le principal objectif est de mettre en place une capacité pérenne d’évaluation des programmes de lutte contre l’extrémisme violent.
  • La Suède appuie activement la mise en application de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, et, depuis 2012, elle accueille le Centre nordique pour les questions de genre dans les opérations militaires au Centre international des forces armées suédoises, pour s’assurer que la dimension de genre est toujours prise en compte dans les opérations militaires.
  • La Suède soutient aussi un certain nombre de projets sur fonds d'affectation spéciale menés par l’OTAN dans divers pays partenaires, axés sur des domaines tels que la formation et l’évaluation d’unités militaires, la réadaptation médicale de personnels militaires blessés, le traitement des dispositifs explosifs, la lutte contre les engins explosifs improvisés, et le perfectionnement professionnel des personnels du secteur de la sécurité.