Coopération entre l’OTAN et la République de Corée

  • Mis à jour le: 12 Jul. 2021 14:42

L'OTAN et la République de Corée renforcent actuellement leurs relations en vue de relever les défis de sécurité communs. Ces dernières années, la coopération s'est beaucoup axée sur la stabilisation de l'Afghanistan.

Left to right: NATO Secretary General Jens Stoltenberg with President Moon Jae-in of the Republic of Korea

Moon Jae-in, président de la République de Corée, avec le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg (novembre 2017)

 

  • L'OTAN et la République de Corée entretiennent un dialogue et une coopération depuis 2005. La République de Corée figure au nombre des pays situés hors de la région euro-atlantique – souvent appelés « partenaires dans le monde » – avec lesquels l'OTAN entretient des relations.
  • Depuis 2012, l’OTAN et la République de Corée travaillent ensemble dans le cadre d'un programme individuel de partenariat et de coopération, qui a été renouvelé en novembre 2019.
  • Outre la coopération qui s’exerce entre elles en ce qui concerne l'Afghanistan, l’OTAN et la République de Corée entretiennent un dialogue politique et une coopération pratique dans une série de domaines prioritaires, parmi lesquels la non-prolifération, la cyberdéfense, la lutte contre le terrorisme, la réalisation de projets scientifiques civils liés à la sécurité, l’interopérabilité, la défense contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN), ainsi que la préparation du secteur civil, la résilience et l’aide en cas de catastrophe.

 

Principaux domaines de coopération

La coopération entre la République de Corée et l'OTAN s'exerce au bénéfice des deux parties dans les domaines énumérés ci-après.

Renforcement des capacités et de l’interopérabilité

  • Dans le cadre de l’Initiative pour l'interopérabilité avec les partenaires, la République de Corée participe depuis 2014 à la plateforme d'interopérabilité, qui rassemble les Alliés et 24 pays partenaires.
  • La République de Corée souhaite améliorer la compréhension mutuelle et l'interopérabilité par l'échange de personnels (militaires et civils), par la participation à des formations ainsi qu'à des entraînements et exercices conjoints, et par une collaboration dans les domaines de la normalisation et de la logistique.

Soutien aux opérations et missions dirigées par l'OTAN

  • La République de Corée contribue largement aux efforts de stabilisation en Afghanistan. Entre 2010 et 2013, dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité, dirigée par l’OTAN, elle a pris la tête d’une équipe de reconstruction provinciale civilo-militaire intégrée de quelque 470 personnes, qui a aidé les autorités de la province de Parwan à faire mieux en matière de santé, d'éducation, de développement rural et de gouvernance. En outre, la République de Corée contribue généreusement au fonds d'affectation spéciale pour l'armée nationale afghane (ANA), géré par l'OTAN, qui est l’un des trois mécanismes de financement utilisés par la communauté internationale pour drainer des fonds à l’appui des institutions et des forces de sécurité afghanes. Le montant total de sa contribution à ce fonds s’élevait, en mai 2021, à 319 millions de dollars. En 2020, elle a assuré la coprésidence du fonds d'affectation spéciale pour l'ANA.
  • Dans le cadre de la coopération mise en place avec l'OTAN en vue de lutter contre la piraterie dans le Golfe d'Aden, les forces navales de la République de Corée ont escorté des navires marchands passant au large de la Corne de l'Afrique.

Autres domaines de coopération

  • L’OTAN et la République de Corée continuent de coopérer dans le domaine de la non‑prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs. Les Alliés soutiennent pleinement l’objectif de dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible de la péninsule coréenne. Au sommet de Bruxelles, en 2018, ils se sont félicité des récentes rencontres et déclarations des dirigeants de la République de Corée et de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et de celles des dirigeants des États­Unis et de la RPDC, qualifiées de contribution à la réalisation, de manière pacifique, de la dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée de la RPDC. Les Alliés ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils condamnaient fermement les discours et actes provocateurs de la RPDC, qui représentent une grave menace pour la paix, la sécurité et la stabilité régionales et internationales. La République de Corée participe régulièrement à la conférence annuelle de l'OTAN sur les armes de destruction massive, dont la dernière édition s’est tenue en novembre 2020.
  • Les activités de coopération pratique menées actuellement dans le cadre du programme pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS) portent essentiellement sur les technologies avancées, la lutte contre le terrorisme et la défense contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN). Ainsi, des scientifiques de la République de Corée participent au programme pour la détection des explosifs et des armes à feu dans le cadre de la lutte contre le terrorisme (DEXTER), une initiative phare à laquelle prend part un consortium multinational de onze laboratoires et instituts de recherche dans quatre pays de l’OTAN et quatre pays partenaires. Cette initiative vise à mettre au point, pour un coût abordable, un système intégré de fusion de données multicapteurs qui permette de détecter les explosifs et les armes à feu dans les transports en commun sans perturber le flux des usagers. Dans le cadre d’autres projets pluriannuels relevant du programme SPS, des experts de la République de Corée travaillent à la conception de capteurs à haute sensibilité pour la détection de pathogènes et d’agents neurotoxiques, ainsi qu’à la mise au point de drones passifs bio-inspirés qui se déplaceraient en essaim dans l’atmosphère pour déterminer les caractéristiques d’émissions dangereuses générées en cas de catastrophe anthropique ou naturelle.
  • En décembre 2020, la République de Corée a pour la première fois participé – aux côtés de l’Australie, de la Finlande, du Japon, de la Nouvelle-Zélande, de la Suède et du haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-président de la Commission européenne – à une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN, qui était consacrée à l’évolution des rapports de force à l’échelle mondiale et à la montée en puissance de la Chine. Cette réunion n’est qu’un exemple récent et particulièrement marquant, parmi bien d’autres, des interactions politiques que l’OTAN et la République de Corée ont eues à différents niveaux ces dernières années. Au sommet qui s’est tenu à Bruxelles en juin 2021, les Alliés sont convenus d’intensifier le dialogue et la coopération pratique que l’OTAN mène avec ses actuels partenaires de la région Asie-Pacifique, parmi lesquels la République de Corée.