Relations avec la Finlande

  • Mis à jour le: 11 Oct. 2018 09:48

L’OTAN et la Finlande collaborent activement dans des opérations de soutien de la paix, et elles ont mis en place une coopération pratique dans de nombreux autres domaines, dont la formation et l'entraînement ainsi que le développement des capacités militaires.

Le secrétaire général de l’OTAN, M. Jens Stoltenberg, et le président de la Finlande, M. Sauli Niinistö.

 

Points principaux

  • La coopération entre la Finlande et l’OTAN s’appuie sur la politique de non-alignement militaire que le pays applique depuis longtemps, et sur un solide consensus politique national.
  • Cette coopération se construit depuis que la Finlande a rejoint le programme Partenariat pour la paix (PPP), en 1994, et qu'elle est devenue membre du Conseil de partenariat euro­atlantique (forum multilatéral rassemblant tous les Alliés ainsi que les pays partenaires de la zone euro-atlantique), en 1997.
  • Un programme individuel de partenariat et de coopération (IPCP), qui est approuvé par les deux parties pour une période de deux ans, définit le programme de coopération entre la Finlande et l’OTAN.
  • La Finlande, qui compte parmi les partenaires les plus actifs de l’Alliance, apporte une contribution précieuse aux opérations et missions dirigées par l'OTAN dans les Balkans et en Afghanistan.
  • La Finlande est l’un des cinq pays partenaires bénéficiant du programme « nouvelles opportunités »1 (lancé au titre de l’initiative pour l'interopérabilité avec les partenaires), qui contribuent de façon particulièrement significative aux opérations de l’OTAN et à la réalisation d’autres objectifs de l’Alliance. À ce titre, elle se voit offrir de nouvelles opportunités de dialogue et de coopération avec les Alliés.
  • Dans le contexte de sécurité actuel, marqué par un regain d'inquiétude concernant les activités militaires et non militaires de la Russie, l’OTAN renforce sa coopération avec la Finlande et la Suède, en particulier pour assurer la sécurité dans la région de la mer Baltique. Cela se traduit, entre autres, par un dialogue et des consultations politiques réguliers, des échanges d’informations sur la guerre hybride, la coordination des entraînements et des exercices, et le développement d’une meilleure connaissance situationnelle conjointe, autant de mécanismes permettant de faire face aux menaces communes et de décider d’actions conjointes, si nécessaire. La Finlande et la Suède participent à la Force de réaction de l'OTAN (NRF) renforcée dans un rôle complémentaire et sous réserve de décisions nationales. Par ailleurs, elles ont signé un mémorandum d'entente sur le soutien du pays hôte, document qui, comme convenu par les deux pays, prévoit un soutien logistique aux forces alliées stationnées ou en transit sur leur territoire durant des exercices ou en période de crise.
  1. Partenaires « nouvelles opportunités » : Australie, Finlande, Géorgie, Jordanie et Suède

Principaux domaines de coopération

La coopération entre la Finlande et l'OTAN, qui profite aux deux parties, comprend les éléments suivants :

Renforcement des capacités et de l'interopérabilité

  • La Finlande participe au processus de planification et d'examen du PPP (PARP) et au concept de capacités opérationnelles, deux mécanismes qui l’aident à planifier ses contributions aux opérations de soutien de la paix dirigées par l’OTAN et à en évaluer le degré de préparation.
  • La Finlande participe aux exercices de l’OTAN et du PPP, et elle a déclaré différentes unités d’infanterie, du génie, navales et aériennes comme étant potentiellement disponibles pour des exercices et des opérations.
  • La Finlande contribue régulièrement aux groupements tactiques de l’Union européenne (UE), et elle œuvre, en collaboration avec d’autres pays, à la mise en place d'une force multinationale de réaction rapide pour les opérations de soutien de la paix dirigées par l’UE. Elle participe également à la création d'un QG interarmées multinational en Allemagne, d'un système de protection des ports, et d'un système déployable pour la surveillance des agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN).
  • La Finlande participe à deux initiatives concernant le transport aérien stratégique : le programme de transport aérien stratégique (SAC), et la solution internationale pour le transport aérien stratégique (SALIS).
  • En 2017, elle a créé à Helsinki le Centre d'excellence européen pour la lutte contre les menaces hybrides. Ce centre, qui est ouvert aux États participants, bénéficie du soutien de l’OTAN et de l’UE.
  • Depuis 2014, dans le cadre de l’initiative pour l’interopérabilité avec les partenaires, la Finlande participe à la plateforme d'interopérabilité, qui rassemble les Alliés et 24 pays partenaires actifs dans des opérations de l’OTAN.
  • La Finlande et l’OTAN ont signé en 2017 un accord-cadre politique de coopération en matière de cyberdéfense. La Finlande participe aussi aux activités du Centre d'excellence pour la cyberdéfense en coopération (homologué par l’OTAN), aux exercices de cyberdéfense de l’OTAN et à tous les projets de défense intelligente en rapport avec la cyberdéfense.
  • En juillet 2001, l’OTAN a officiellement reconnu le Centre international des forces de défense finlandaises (FINCENT) comme centre d’entraînement du PPP. Le FINCENT offre une formation à la gestion de crise militaire pour le personnel des organisations internationales comme l'OTAN, l'Organisation des Nations Unies (ONU) et l'UE.
  • La Finlande entretient des liens étroits avec d’autres pays nordiques, et elle participe à la Coopération nordique de défense (NORDEFCO), une initiative de défense régionale qui encourage la collaboration entre les différentes forces armées nordiques.

Soutien aux opérations et missions dirigées par l'OTAN

  • La première contribution de la Finlande à une opération dirigée par l'OTAN remonte à 1996, lorsqu'elle a mis un bataillon à la disposition de la force de maintien de la paix dirigée par l'OTAN en Bosnie-Herzégovine.
  • Depuis 2002, des soldats finlandais opèrent aux côtés des forces de l'Alliance en Afghanistan – d'abord dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS), dont la mission s'est achevée fin 2014, et aujourd'hui dans le cadre de la mission de suivi Resolute Support, qui vise à dispenser formation, conseil et assistance aux forces et aux institutions de sécurité afghanes. Par ailleurs, la Finlande verse plus de 14 millions de dollars au fonds d'affectation spéciale pour l'armée nationale afghane.
  • Elle met en outre des personnels à la disposition de la force de maintien de la paix dirigée par l’OTAN au Kosovo (KFOR).

Autres domaines de coopération

  • La Finlande entretient des contacts avec le Comité OTAN des plans d'urgence dans le domaine civil et coopère aussi avec les Alliés sur des évaluations régionales, la sécurité des approvisionnements, la protection des infrastructures critiques, et la fourniture d’un soutien mutuel face aux conséquences d'une catastrophe ou d'un accident majeur dans la zone euro-atlantique.
  • Une liste des ressources civiles de la Finlande a été établie avec le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC) de l’OTAN, et la Finlande a apporté des contributions au pool OTAN d'experts de la préparation du secteur civil. La Finlande dispense également aux Alliés et aux autres pays partenaires des formations sur la préparation du secteur civil.
  • Dans le cadre du programme pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS) de l’OTAN, des scientifiques finlandais ont participé à de nombreux ateliers de recherche avancée et projets pluriannuels. Les principaux domaines de coopération sont la cyberdéfense, la détection des explosifs, l’identification des agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN), le renforcement de la résilience, et les technologies avancées en rapport avec la sécurité. Parmi les projets SPS auxquels la Finlande a participé, citons la mise sur pied d’un centre multinational de télémédecine, qui permet à des spécialistes de la médecine de conseiller, en temps réel, des primo-intervenants se trouvant en zone de crise ou de combat.
  • La Finlande appuie activement la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU, sur les femmes, la paix et la sécurité, et, depuis 2008, elle a établi plusieurs plans d'action nationaux en faveur des femmes, de la paix et de la sécurité.
  • La Finlande soutient activement les projets sur fonds d'affectation spéciale menés par l’OTAN dans d'autres pays partenaires. Elle a jusqu'à présent contribué à une dizaine de ces projets, dont beaucoup sont liés à l’initiative de renforcement des capacités de défense (DCB) et des capacités de sécurité s'y rapportant. Elle contribue actuellement au fonds d'affectation spéciale DCB et à des projets menés en Géorgie, en Jordanie, en République de Moldova et en Ukraine.