Réponse de l’OTAN à l’invasion de l’Ukraine par la Russie

  • Mis à jour le: 11 Apr. 2022 12:32

L’OTAN condamne avec la plus grande fermeté l'invasion à grande échelle de l’Ukraine – pays indépendant, pacifique et démocratique, et proche partenaire de l’OTAN – par la Russie. L’Alliance appelle le président Poutine à mettre immédiatement un terme à cette guerre, à retirer sans condition toutes ses forces d’Ukraine et à s’engager dans un véritable processus diplomatique.

La présente page propose des informations sur l’OTAN et sur sa relation avec l’Ukraine et fait le point sur les réponses de l’OTAN et des Alliés dans le cadre de la crise actuelle.

 

Relations avec l'Ukraine

Relations avec l'Ukraine

Une Ukraine souveraine, indépendante et stable, fermement attachée à la démocratie et à l'état de droit, est essentielle à la sécurité euro-atlantique. Nouées au début des années 1990, les relations avec ce pays ont évolué jusqu'à constituer l'un des partenariats de l’OTAN les plus riches en substance. Conséquence du conflit qui a éclaté entre la Russie et l'Ukraine, la coopération s'est intensifiée dans plusieurs domaines d'importance critique à partir de 2014.

more

Foire aux questions


  • 2. Pourquoi l’OTAN existe-t-elle ?

    L’OTAN est là pour défendre les pays qui en sont membres et le milliard de citoyens que comptent ceux-ci. Pour ce faire, elle donne aux autorités politiques et aux forces armées des trente pays qui la composent la possibilité de travailler ensemble et elle leur offre la garantie qu’une attaque contre l’un d’entre eux sera considérée comme une attaque contre tous. 

    Pour en savoir plus : L’objectif de l’OTAN
    Pour en savoir plus : Défense collective – Article 5

  • 3. L’Ukraine est-elle membre de l’OTAN ?

    L’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN. L’Ukraine est un pays partenaire de l’OTAN, ce qui signifie qu’elle coopère étroitement avec l’OTAN mais qu’elle n’est pas couverte par la garantie de sécurité prévue dans le traité fondateur de l’Alliance.  

    Pour en savoir plus : Pays membres
    Pour en savoir plus : Partenariats

  • 4. Comment l’OTAN et les Alliés aident-ils l’Ukraine ?

    L’OTAN aide à coordonner les demandes d’assistance de l’Ukraine et soutient les Alliés dans les efforts que ceux-ci déploient pour offrir au pays une aide humanitaire et des moyens non létaux. Différents pays de l’OTAN fournissent à l’Ukraine des armes, des munitions, du matériel médical et d’autres équipements militaires essentiels, notamment des équipements de cybersécurité et de protection contre les menaces de nature chimique, biologique, radiologique et nucléaire. Ils lui apportent aussi une aide financière, qui s’élève à plusieurs millions d’euros. En outre, de nombreux Alliés fournissent une aide humanitaire à la population civile et, ensemble, accueillent des millions de réfugiés ukrainiens. Les pays de l’OTAN contribuent par ailleurs aux enquêtes internationales sur les atrocités commises, notamment en fournissant une expertise juridique à l’Ukraine. 

    Pour en savoir plus : Déclaration des chefs d'État et de gouvernement des pays de l'OTAN du 24 mars 2022
    Pour en savoir plus : Les pays de l’OTAN conviennent de renforcer encore et de pérenniser le soutien à l’Ukraine

  • 5. Quel soutien l’OTAN apporte-t-elle à l’Ukraine depuis l’annexion, illégale, de la Crimée par la Russie, en 2014 ?

    Depuis l’annexion, illégale et illégitime, de la Crimée par la Russie, en 2014, l’OTAN contribue à la formation, au financement et à la réforme des forces armées et des institutions de défense ukrainiennes. Depuis 2016, les initiatives de soutien s’inscrivent dans le cadre d'un ensemble complet de mesures d’assistance, qui regroupe toute une série de programmes de renforcement des capacités et de fonds d’affectation spéciale se rapportant à des domaines clés tels que la cyberdéfense, la logistique et la lutte contre les pratiques hybrides. Par ailleurs, les forces ukrainiennes ont participé à des exercices et à des opérations de l’OTAN, ce qui leur a permis de renforcer leurs capacités. 

    Pour en savoir plus : Relations avec l'Ukraine

  • 7. Quelles mesures l’OTAN et les Alliés prennent-ils pour faire payer à la Russie les conséquences de ses actes ?

    Face aux agissements inadmissibles de la Russie, d'une brutalité extrême, les Alliés ont adopté à l’encontre de ce pays, un ensemble sans précédent de mesures restrictives. L’OTAN, de même que l’Union européenne et d’autres partenaires, a joué un rôle de coordination à cet égard. Il y a parmi les mesures prises des sanctions sévères et massives. Les pays de l’OTAN et leurs partenaires, qui privent de ressources la machine de guerre du Kremlin, n’ont jamais fait payer à la Russie un prix aussi élevé pour les conséquences de ses actes. En quelques semaines, le président Poutine a réduit à néant des décennies de progrès économiques pour le peuple russe, et la Russie est désormais presque totalement isolée sur la scène internationale. En décidant d'attaquer l’Ukraine, le président Poutine a commis une très grave erreur stratégique, dont la Russie paiera le prix fort, économiquement comme politiquement, pendant des années.

    Pour en savoir plus : Déclaration des chefs d'État et de gouvernement des pays de l'OTAN du 24 mars 2022

  • 8. Que fait l’OTAN pour protéger ses pays membres et leurs citoyens contre d’éventuelles attaques russes ?

    En réponse aux agissements de la Russie, les Alliés ont activé les plans de défense de l’OTAN, déployé des éléments de la Force de réaction de l’OTAN et placé dans la partie orientale du territoire de l’Alliance, sous le commandement direct de l’OTAN, 40 000 soldats appuyés par d’importants moyens aériens et navals, auxquels s’ajoutent des éléments nationaux déployés par des pays de l’Alliance. L’OTAN met également sur pied quatre groupements tactiques multinationaux en Bulgarie, en Hongrie, en Roumanie et en Slovaquie, en plus de ceux qui sont déjà déployés en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne. Ces huit groupements tactiques couvriront tout le flanc est de l’OTAN, de la mer Baltique, au nord, à la mer Noire, au sud. 

    Les Alliés améliorent par ailleurs la résilience de leurs sociétés et infrastructures pour contrer l’influence malfaisante de la Russie, notamment en renforçant leurs capacités cyber et leurs moyens de cyberdéfense, et en se soutenant mutuellement en cas de cyberattaques. Ils sont prêts à faire en sorte que ceux qui leur portent préjudice dans le cyberespace en paient le prix, ils intensifient les échanges d’information et améliorent leur connaissance de la situation, ils renforcent la préparation du secteur civil et ils augmentent leur capacité à réagir à la désinformation. Ils accroîtront également le niveau de préparation et de disponibilité opérationnelle de leurs dispositifs face aux menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires.

    En plus de ces réponses immédiates, l’OTAN renforce sa posture de dissuasion et de défense à plus long terme face à une réalité stratégique qui recèle plus de dangers. À cette fin, d’importants changements seront apportés dans tous les milieux : augmentation sensible des forces à terre, en mer et dans les airs, renforcement des dispositifs de cyberdéfense et utilisation optimale des moyens spatiaux disponibles. Ces mesures s’appuieront sur des exercices renforcés, davantage axés sur la défense collective et l’interopérabilité.

    L’OTAN ne cherche pas à entrer en guerre contre la Russie. L’Alliance a une vocation défensive. Les mesures prises sont et demeurent préventives, proportionnées et non constitutives d’une escalade.

    Pour en savoir plus : Dissuasion et défense 
    Pour en savoir plus : La Force de réaction de l'OTAN
    Pour en savoir plus : Résilience et article 3

  • 9. Quelle est la réaction de l’OTAN face au dangereux discours de la Russie sur les armes nucléaires, chimiques et biologiques ?

    La décision du président Poutine de placer les forces nucléaires russes en état d’alerte au combat est une décision irresponsable et dangereuse, que rien ne saurait justifier. L'OTAN ne représente pas une menace pour la Russie et ne cherche pas la confrontation avec elle. Les Alliés agissent de manière défensive et en réaction à l'agression russe. La Russie n'a donc aucune raison de relever l'état de disponibilité opérationnelle de ses forces nucléaires. L’emploi d'armes nucléaires altérerait fondamentalement la nature du conflit. La Russie doit comprendre qu’une guerre nucléaire ne doit jamais être menée et ne peut être gagnée.

    Par ailleurs, les allégations du ministère russe des Affaires étrangères selon lesquelles l’Ukraine aurait un programme d’armes biologiques sont absurdes et sans fondement. La Russie invente, une fois de plus, de faux prétextes pour tenter de justifier son invasion de l’Ukraine. L’OTAN continuera de dénoncer à la face du monde les opérations de désinformation et les mensonges de la Russie. Tout emploi de l’arme chimique ou biologique par la Russie constituerait une violation du droit international et un crime de guerre et aurait de graves conséquences.

    Pour en savoir plus : Les armes de destruction massive
    Pour en savoir plus : La force opérationnelle multinationale interarmées de défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire