Le Plan d'action pour l'adhésion (MAP)

  • Mis à jour le: 05 Mar. 2019 09:41

Le plan d'action pour l'adhésion (MAP) est un programme par lequel l'OTAN donne des avis, une aide et un soutien pratique spécialement adaptés aux besoins individuels des pays désireux d'adhérer à l’Alliance. La participation au MAP ne préjuge en rien de la décision de l'Alliance concernant l'adhésion future. Les pays qui y participent actuellement sont la Bosnie-Herzégovine et la République de Macédoine du Nord.

Les pays qui participent au MAP soumettent leur programme national annuel de préparation à une éventuelle adhésion. Ces programmes portent sur des questions politiques, économiques et juridiques, ainsi que sur des questions relatives à la défense, aux ressources et à la sécurité.

Le processus du MAP comporte un mécanisme de retour d'information franc et ciblé sur les progrès réalisés par les pays candidats. Ainsi, les candidats reçoivent des conseils d'ordre politique et technique, et des réunions sont organisées chaque année entre tous les pays membres de l'OTAN et chacun des candidats au niveau du Conseil, afin d'évaluer les progrès, sur base d'un rapport d'activité annuel. La formule de planification de la défense applicable aux pays candidats, qui prévoit l'élaboration et l'examen d'objectifs de planification agréés, constitue un élément essentiel de ce processus.

Tout au long de l'année, des réunions et des ateliers rassemblant des experts civils et militaires de l'OTAN spécialisés dans différents domaines permettent d'examiner la gamme complète des questions en rapport avec l'adhésion.

L'Alliance a lancé le MAP en avril 1999, au sommet de Washington, pour aider les pays candidats dans leurs préparatifs. Le processus s'inspirait largement de l'expérience acquise au cours du processus d'adhésion de la République tchèque, de la Hongrie et de la Pologne, qui sont devenues membres de l'OTAN en 1999, à l'occasion de la première vague d'élargissement de l'Alliance après la fin de la Guerre froide.

Participation au MAP

La participation au MAP a contribué à préparer les sept pays qui ont adhéré à l'OTAN en 2004, lors de la deuxième vague d'élargissement après la fin de la Guerre froide (la Bulgarie, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie), ainsi que l'Albanie et la Croatie qui ont rejoint officiellement l'Alliance en avril 2009. Le Monténégro, qui participait au MAP depuis décembre 2009, est devenu membre de l'Alliance en juin 2017.

Les pays qui participent actuellement au MAP sont la Bosnie-Herzégovine et la République de Macédoine du Nord.

La Bosnie-Herzégovine a été invitée à participer au MAP en 2010. À l’époque, les ministres des Affaires étrangères des pays de l’Alliance avaient demandé aux autorités bosniennes de régler la question de l’enregistrement, au nom de l’État, des biens militaires immeubles. À leur réunion de décembre 2018, les ministres des Affaires étrangères ont décidé que l’Organisation était prête à accepter que la Bosnie-Herzégovine lui soumette son premier programme national annuel dans le cadre du MAP. L’enregistrement des biens militaires immeubles au nom de l’État demeure un point fondamental.

La République de Macédoine du Nord (auparavant appelée « l’ex-République yougoslave de Macédoine ») participe au MAP depuis 1999. Au sommet de Bucarest de 2008, les Alliés sont convenus que le pays serait invité à adhérer à l'Alliance dès qu’une solution mutuellement acceptable aurait été trouvée avec la Grèce sur la question du nom. En 2018, suite à l’accord historique conclu entre Athènes et Skopje sur la question du nom, les Alliés ont invité le pays à entamer des pourparlers d'adhésion. Le protocole d'accession a été signé le 6 février 2019. Dès que le protocole aura été ratifié dans les capitales des 29 pays de l’Alliance conformément à leurs procédures nationales, le pays deviendra membre de l’OTAN. (Depuis le 15 février, la République de Macédoine du Nord est officiellement reconnue sous son nom constitutionnel, ce qui marque la mise en œuvre intégrale de l’accord entre Athènes et Skopje).