Relations avec la Nouvelle-Zélande

  • Mis à jour le: 08 Jul. 2024 17:20

L’OTAN et la Nouvelle-Zélande consolident leurs relations afin de faire face aux défis de sécurité communs dans des domaines comme la science et la technologie, la cyberdéfense et les incidences du changement climatique sur la sécurité, et de défendre l’ordre international fondé sur des règles. Leur coopération s’inscrit également dans le cadre plus large des relations qu’entretient l’OTAN avec ses partenaires de l’Indo-Pacifique. La Nouvelle-Zélande apporte de précieuses contributions aux opérations et aux missions dirigées par l’OTAN.

NATO + New Zealand flag on black

 

  • La Nouvelle-Zélande est l’un des partenaires OTAN de la région Indo-Pacifique, aux côtés de l’Australie, du Japon et de la République de Corée. Cette région est importante pour l’Alliance, car ce qui se passe dans cette partie du monde est susceptible d’avoir des incidences directes sur la sécurité euro-atlantique.
  • L’OTAN et la Nouvelle-Zélande dialoguent et coopèrent depuis 2001. En 2012, elles ont approuvé leur premier document-cadre de coopération, à savoir le programme individuel de partenariat et de coopération.
  • Depuis le tout début de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, en 2022, la Nouvelle-Zélande soutient résolument l'Ukraine dans l’exercice de son droit de légitime défense. Elle a notamment contribué à l’ensemble complet de mesures d'assistance en faveur de l'Ukraine et apporté un soutien bilatéral à ce pays.

 

Dialogue politique

  • Au sommet que l’OTAN a tenu à Bruxelles en 2021, les Alliés sont convenus d’intensifier le dialogue et la coopération pratique que l’Organisation mène avec ses partenaires actuels, et notamment avec la Nouvelle-Zélande, l’un de ses partenaires de l’Indo-Pacifique. Cet engagement a été renouvelé dans le concept stratégique 2022, principal document d’orientation de l’Alliance. La coopération avec les partenaires de cette région est essentielle pour pouvoir faire face à un environnement de sécurité mondial de plus en plus complexe, notamment en raison de la guerre d’agression menée par la Russie contre l’Ukraine, des ambitions affichées par la République populaire de Chine et des politiques coercitives menées par celle-ci dans divers domaines, de l’approfondissement du partenariat stratégique entre la Chine et la Russie, et de la situation en matière de sécurité dans la péninsule coréenne.
  • En juin 2022, la première ministre néo-zélandaise a participé au sommet de l’OTAN à Madrid, aux côtés des dirigeants des autres pays partenaires de l’Indo-Pacifique (Australie, Japon et République de Corée). En juillet 2023, au sommet de Vilnius, le pays a pris part à sa deuxième réunion OTAN au niveau des chefs d’État et de gouvernement.
  • Depuis 2022, la Nouvelle-Zélande participe régulièrement aux réunions des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN. Sa toute première participation à une réunion ministérielle OTAN date de décembre 2020.
  • En outre, la Nouvelle-Zélande participe régulièrement aux réunions qui se tiennent au siège de l’OTAN au niveau des ambassadeurs des pays de l’Alliance et des quatre pays partenaires de l’Indo-Pacifique. Les récentes réunions étaient axées sur la cyberdéfense, la technologie et les menaces hybrides.

 

Principaux domaines de coopération

La coopération entre la Nouvelle-Zélande et l’OTAN s’exerce au bénéfice des deux parties et couvre bon nombre de défis de sécurité communs, dont ceux énumérés ci-après.

  • Renforcement des capacités et de l’interopérabilité - La coopération est notamment axée sur le développement des capacités de l’OTAN et de la Nouvelle-Zélande, ainsi que sur le renforcement des capacités d’autres pays. Cela englobe la participation à des opérations, à des exercices et à des formations, les échanges d’informations, de personnel et d’enseignements tirés, ainsi que la contribution à l’élaboration de normes et la coopération en matière de science et de technologie.
  • Science et technologie - Dans le cadre du programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité, la coopération avec la Nouvelle-Zélande porte sur la lutte contre le terrorisme et sur la manière dont les petits États répondent aux grands enjeux de sécurité.

 

Soutien aux opérations et missions dirigées par l’OTAN

  • La Nouvelle-Zélande a apporté une contribution significative à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS), que l’OTAN a dirigée en Afghanistan jusqu’à ce que la mission de cette force prenne fin, en décembre 2014. La Nouvelle-Zélande a notamment dirigé une équipe de reconstruction provinciale dans la province de Bamyan. Entre 2015 et le printemps 2021, elle a contribué à la mission Resolute Support, une mission de formation, de conseil et d’assistance en faveur des forces et institutions de sécurité afghanes.
  • La Nouvelle-Zélande a contribué à deux reprises à l’opération Ocean Shield, aujourd’hui terminée, par laquelle l’OTAN a lutté contre la piraterie au large de la Corne de l’Afrique.
  • Le pays a contribué à l’opération Active Endeavour, une opération de sûreté maritime en mer Méditerranée.
  • Plusieurs officiers néo-zélandais ont servi au sein de la Force de stabilisation (SFOR) dirigée par l’OTAN en Bosnie-Herzégovine.