Sécurité humaine

  • Mis à jour le: 21 Jun. 2021 16:36

Au cours des dernières décennies, la nature de la guerre a considérablement évolué. La concurrence entre les grandes puissances, le terrorisme, les conflits internes, les cybermenaces et le changement climatique induisent des risques réels et ont souvent une incidence directe sur les personnes et les collectivités, entraînant une évolution dans la manière d’appréhender les questions de sécurité. La notion de sécurité humaine est l’un des résultats de ce processus. Il s’agit d’une approche multisectorielle de la sécurité qui donne la priorité à l’autonomisation des personnes. Pour l’OTAN, le terme de sécurité humaine se rapporte aux risques et aux menaces pesant sur les populations là où l’OTAN mène des opérations, des missions ou des activités, et à la manière d’atténuer ces risques et menaces et d’y répondre.

 

  • Réunis à Londres en 2019, les dirigeants des pays de l’OTAN sont convenus qu’il était nécessaire de développer le rôle de l’OTAN en matière de sécurité humaine.
  • L’OTAN reconnaît que les conflits touchent différemment les femmes, les hommes, les filles et les garçons, et elle intègre une dimension de genre à ses travaux sur la sécurité humaine, comme l’indique la politique OTAN sur les femmes, la paix et la sécurité.
  • L’OTAN a adopté plusieurs politiques et documents d’orientation en lien avec la sécurité humaine, notamment en ce qui concerne la lutte contre la traite des êtres humains (2004 – actualisation en cours en 2021), les enfants et les conflits armés (2015) et la protection des civils (2016).
  • À leur réunion du 1er juin 2021, les ministres de la Défense ont entériné la nouvelle politique OTAN visant à prévenir et à combattre la violence sexuelle liée aux conflits. 

 

Pour en savoir plus

L’OTAN reconnaît la nécessité de réduire l’incidence de son action sur les populations civiles dans les zones de conflit.

Dans le contexte de l’élaboration par l’Alliance de politiques de protection, plusieurs axes de travail (la protection des civils, les enfants et les conflits armés, la lutte contre la traite des êtres humains, la prévention et la lutte contre la violence sexuelle liée aux conflits et la protection des biens culturels) ont été regroupés sous la notion de sécurité humaine.

Pour l’OTAN, ce terme renvoie globalement aux risques et aux menaces pesant sur les populations et aux moyens d’atténuer ces risques et menaces et d’y répondre.

Politiques et orientations

Lors du sommet d’Istanbul, en 2004, les dirigeants des pays de l’OTAN ont entériné une politique de lutte contre la traite des êtres humains. Par cette politique, les pays membres de l’Alliance et les autres pays fournisseurs de troupes participant aux opérations dirigées par l’OTAN se sont engagés à intensifier leurs efforts pour prévenir et combattre la traite des êtres humains. Cette politique est en cours d’actualisation en 2021.

En 2015, les Alliés ont approuvé un document d’orientation intitulé « La protection des enfants dans les conflits armés – Voie à suivre », qui donne des directives pour mieux intégrer la résolution 1612 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les enfants et les conflits armés et les résolutions y afférentes dans la doctrine militaire, les formations, les entraînements et les exercices de l’Alliance, ainsi que dans les opérations et les missions dirigées par l’OTAN.

En 2015 également, l’OTAN a élaboré des directives militaires pour prévenir et combattre la violence sexuelle liée aux conflits. Ces directives contiennent des engagements stratégiques visant à réduire le risque de violences sexuelles liées aux conflits et à améliorer les mesures de réponse en tenant compte des besoins en matière de protection.

Au sommet de Varsovie, en 2016, les dirigeants des pays de l’OTAN ont entériné la politique OTAN de protection des civils. Cette politique définit une approche cohérente, homogène et intégrée de la protection des civils dans les opérations et missions de l’OTAN ou dirigées par l’OTAN et dans les autres activités menées en exécution d’un mandat du Conseil.

En 2019, les deux commandements stratégiques de l’OTAN (le Commandement allié Opérations et le Commandement allié Transformation) ont diffusé une directive qui expose les principes juridiques, les rôles et les responsabilités liés à la protection des biens culturels à l’OTAN, y compris pour ce qui est du partage d’informations, de l’établissement de rapports et de la formation.