Remarques liminaires publiques

par le Secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen lors de la réunion de la Commission OTAN-Ukraine au niveau des ministres des affaires étrangères

  • 25 Jun. 2014
  • |
  • Mis à jour le: 25 Jun. 2014 12:10

Head of the table - Pavlo Klimkin (Minister of Foreign Affairs, Ukraine); NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen and Thrasyvoulos Terry Stamatopoulos (NATO Assistant Secretary General for Political Affairs and Security Policy)

Mesdames et Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs,

L'Ukraine est à un tournant de son histoire. Et l'OTAN est à ses côtés en cette période difficile.

Nous soutenons la souveraineté de l'Ukraine, son intégrité territoriale, et le droit du peuple ukrainien à déterminer librement son avenir, sans ingérence extérieure.

À cet égard, l'élection présidentielle a constitué une étape importante. Les Ukrainiens ont montré clairement leur attachement à un pays uni, indépendant et souverain. Nous saluons les initiatives du président Porochenko en faveur de la stabilisation du pays. Et la présente réunion nous offre l'occasion de faire le point sur les priorités du président.

L'OTAN et certains Alliés ont déjà fourni des conseils, ainsi qu'un soutien technique et matériel.

Nous venons d'entériner un ensemble de mesures supplémentaires. Ainsi, il est notamment prévu de créer de nouveaux fonds d'affectation spéciale pour faciliter le renforcement de la capacité de défense dans des domaines aussi importants que le commandement et le contrôle par exemple, et d'aider le personnel militaire retraité à se réadapter à la vie civile. Les pays de l'OTAN continueront de soutenir les efforts de l'Ukraine en faveur de l'établissement d'une armée forte et d'une réforme du secteur de la sécurité, pour que l'Ukraine puisse défendre sa souveraineté, son unité et sa démocratie.

Dans le même temps, l'OTAN demeure ferme dans sa condamnation de l'annexion illégale et illégitime de la Crimée, annexion que nous ne reconnaissons pas. Nous continuons d'exhorter la Russie à achever le retrait des forces qui se trouvent à la frontière avec l'Ukraine, à mettre un terme à l'envoi d'armes et de combattants dans ce pays, et à user de son influence auprès des séparatistes armés pour les amener à déposer les armes et à renoncer à la violence. Nous appelons la Russie à honorer les engagements qu'elle a pris à Genève et à coopérer avec le gouvernement ukrainien pour la mise en œuvre de ses plans visant à promouvoir la paix, l'unité et la réforme.

Sur ces considérations, je voudrais maintenant conclure la partie publique de notre réunion. Je remercie les représentants des médias pour leur présence.