État-major militaire international

  • Mis à jour le: 15 Jun. 2017 13:39

L'État-major militaire international (EMI) est l'organe exécutif du Comité militaire, la plus haute instance militaire de l'OTAN.


Points principaux

  • L’État-major militaire international (EMI) compte environ 500 militaires et civils venant exclusivement des pays membres de l’OTAN et travaillant au siège de l’OTAN à Bruxelles.
  • Il fournit des avis stratégico-militaires et un soutien d’état-major au Comité militaire, qui peut ainsi rendre des avis au Conseil de l’Atlantique Nord sur les aspects militaires des orientations, des opérations et de la transformation de l’Alliance.
  • L’EMI veille aussi à ce que les décisions et les orientations de l'Organisation relatives aux questions militaires soient mises en œuvre par les organismes militaires compétents de l’OTAN.
  • Placé sous l’autorité d’un directeur général, l'EMI comprend cinq divisions.
  • Rôle et responsabilités

    L'EMI est le lien essentiel entre, d'une part, les organes de décision politiques de l'Alliance et, de l'autre, les commandants stratégiques de l'OTAN (le commandant suprême des Forces alliées en Europe - SACEUR - et le commandant suprême allié Transformation - SACT) et leurs états-majors respectifs. Sa force réside dans le partage d'informations et les échanges de vues auxquels il se livre avec les représentations militaires, le Secrétariat international - qui est civil -, les commandements stratégiques, les groupes de travail multinationaux et les agences de l'OTAN, ce qui permet de travailler de la manière la plus efficace.

    L'EMI a pour rôle de fournir au Comité militaire des avis militaires stratégiques et un soutien administratif de la meilleure qualité possible.  Il est chargé de réaliser des analyses et des études sur des questions militaires intéressant l'OTAN, de recenser les domaines présentant un intérêt stratégique et opérationnel, et de proposer des lignes d'action. Ses travaux permettent aux représentants militaires des 29 pays membres de l'Alliance siégeant au Comité militaire de traiter leurs dossiers rapidement et efficacement. Le Comité militaire peut ainsi fournir au Conseil de l'Atlantique Nord, principal organe de décision politique de l'Alliance, des avis consensuels sur tous les aspects militaires des orientations, des opérations et de la transformation de l'Alliance.

  • Fonctionnement

    L'EMI est placé sous l'autorité d'un directeur général, qui est un officier général 3 étoiles (4 étoiles dans le système français). Il est assisté par 12 officiers généraux, qui dirigent les divisions et les bureaux de soutien administratif de l'État-major. L'EMI est capable de passer rapidement à un fonctionnement en mode crise et de travailler, pendant une durée limitée, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sans personnel supplémentaire.

    Plusieurs éléments clés font partie du Bureau du directeur général de l'EMI ou lui sont rattachés :

    • Bureau du coordonnateur exécutif : le coordonnateur exécutif gère les activités des services internes et contrôle les flux d'information et la communication, tant au sein de l’EMI qu’entre l’EMI et d’autres éléments du siège de l’OTAN ; il est le secrétaire du Comité militaire et est directement responsable devant le président; il prépare les visites du Comité militaire et lui fournit un soutien administratif ;

    • Bureau du conseiller en affaires publiques et en communication stratégique : le conseiller en affaires publiques et en communication stratégique donne au président et au président délégué du Comité militaire ainsi qu’au directeur général de l’EMI des avis sur la communication stratégique et les affaires publiques ; il travaille en étroite collaboration avec le Bureau du président du Comité militaire ; il est le porte-parole du président du Comité militaire et est la principale source d’informations pour tout ce qui concerne le Comité militaire et ses activités ;

    • Bureau du contrôleur des finances : le contrôleur des finances donne aux principaux responsables des avis sur toutes les questions financières et budgétaires de l’EMI ;

    • Bureau du conseiller juridique : le conseiller juridique adresse des recommandations sur toutes les questions juridiques au président et au président délégué du Comité militaire, au directeur général de l’EMI et à tous les organismes relevant du Bureau du directeur général, ainsi qu’au Comité militaire ;

    • Bureau du conseiller pour les questions de genre : le conseiller pour les questions de genre apporte aide et conseils à l’EMI sur les questions liées au genre ; il joue un rôle central permanent dans la collecte, la communication et le partage d’informations sur les programmes, les politiques et les pratiques des pays dans ce domaine, notamment l’application des résolutions 1325 et 1820 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité ; il se tient en liaison avec la représentante spéciale du secrétaire général de l'OTAN pour les femmes, la paix et la sécurité, les commandements stratégiques, le Secrétariat international et les organisations internationales traitant de l’intégration de la dimension de genre dans les opérations militaires ainsi que des questions liées au genre.

    Divisions de l'EMI

    L’EMI, qui a pour rôle principal d'apporter un soutien au Comité militaire, est organisé en divisions, chargées chacune d'un domaine.

    La Division Renseignement apporte un appui renseignement à tous les éléments du siège de l'Organisation, aux pays membres et aux commandants de l'OTAN. Elle fournit à tous les éléments du Siège des données d'alerte stratégique et de connaissance de la situation. La Division est chargée principalement de mettre en place un cadre, une architecture et des capacités de renseignement OTAN, d'établir des orientations axées sur le client et des évaluations de renseignement agréées OTAN, de rendre des avis sur les questions liées au partage du renseignement et de mener des activités de liaison pour le renseignement.

    La Division Plans et opérations assure un suivi étroit des opérations OTAN en cours, observe ce qui se fait en matière d'exercices et d'entraînements, et donne des avis sur toutes les activités militaires connexes en cours. Elle veille également à l'application des décisions prises par le Comité militaire au sujet des opérations de l'OTAN. La Division est chargée principalement  des opérations militaires de l'OTAN ou dirigées par l'OTAN, des procédures et des arrangements relatifs aux plans d'opérations et à la gestion de crise, des activités et/ou des systèmes OTAN en matière de formation, d'entraînement, d'exercices et d'évaluation, ainsi que des questions militaires relevant des domaines suivants : défense aérienne, gestion de l'espace aérien, gestion de la circulation aérienne, police du ciel, défense antimissile balistique, détection lointaine aéroportée, guerre électronique, opérations d'information, soutien météorologique et océanographique.

    La Division Politique et capacités est responsable, sur le plan militaire, de l'ensemble des questions liées à la politique de défense et à la planification de la défense de l’Alliance. Elle fournit des avis stratégico-militaires dans trois grands domaines, à savoir  les orientations et les concepts stratégiques, la politique de dissuasion nucléaire et la politique de défense contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, ainsi que la politique de contrôle des armements et de non-prolifération, la planification de la défense, le développement et la livraison de capacités, notamment d'armements, et les aspects touchant à la science et à la technologie.

    La Division Sécurité coopérative élabore et met en œuvre la politique de sécurité coopérative. Elle est responsable des aspects militaires de la coopération de l'Organisation avec les 41 pays partenaires de l'OTAN et des contacts qu'elle entretient avec eux ainsi qu'avec tous les autres pays non partenaires intéressés par une participation à des activités militaires de l'OTAN.  Elle est chargée par ailleurs de la coordination entre l'OTAN et d'autres organisations internationales et non gouvernementales, comme l'Organisation des Nations Unies, l'Union européenne, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, l'Union africaine, le Conseil de coopération du Golfe, le Comité international de la Croix-Rouge, et bien d'autres encore.

    La Division Logistique et ressources définit les orientations, les principes, les plans et les concepts pour toutes les questions ayant trait à la logistique, au domaine médical, aux plans civils d'urgence, aux fonctions du personnel militaire et civil, aux médailles de l'OTAN, ainsi qu'aux ressources OTAN financées en commun. En outre, elle est l'interface principale de l'EMI pour les questions concernant les trois piliers de ressources, à savoir le programme OTAN d'investissement au service de la sécurité, le budget militaire et les effectifs. Elle joue également le rôle de facilitateur au Comité de la logistique, au Comité médical et aux comités chargés des ressources.

    Organismes conjoints relevant à la fois du Secrétariat international et de l'EMI

    Le Secrétariat des C3 du siège de l’OTAN (NHQC3S) contribue à l'élaboration d'orientations et de normes et fournit des analyses et des conseils dans le domaine de la consultation, du commandement, du contrôle (C3). Le NHQC3S, dont le personnel est composé à la fois de civils du Secrétariat international et de militaires de l'EMI, rend compte à la fois au directeur général de l'EMI et au secrétaire général adjoint pour l'investissement de défense. Il rend des avis au Conseil par l'intermédiaire du Bureau des C3 et du Comité militaire. Il travaille également en étroite collaboration avec le secrétaire général adjoint pour les défis de sécurité émergents pour toutes les questions concernant la cyberdéfense à l'appui de l'Alliance et fournit des avis au Comité militaire pour tous les aspects militaires de ce domaine. Il prête également son concours au gestionnaire de la catégorie capacitaire C3 pour ce qui est de la coordination des capacités C3.

    Le Centre de situation du siège de l’OTAN (SITCEN) a pour vocation de fournir au Conseil de l’Atlantique Nord et au Comité militaire une connaissance situationnelle et des alertes, pour leur permettre d’accomplir leurs missions respectives en temps de paix, en période de tension ou de crise et pendant les exercices de haut niveau. Cela passe par la réception, l'échange et la diffusion de toutes les informations disponibles, qu’elles soient de source interne ou externe. Le SITCEN sert également d'interface avec les services analogues des pays membres et des commandements stratégiques, notamment le Centre de gestion globale des crises et des opérations (CCOMC), ainsi qu'avec certaines organisations internationales, selon les besoins.

    Le Bureau OTAN de normalisation (AON) est un organisme intégré unique, dont le personnel est composé de militaires et de civils, qui a autorité pour lancer, coordonner, soutenir et administrer les activités de normalisation menées sous l'autorité du Comité de normalisation. Il est le principal agent du Comité militaire pour la mise au point, la coordination et l'évaluation des activités de normalisation opérationnelle.