Initiative de coopération d’Istanbul

  • Mis à jour le: 11 Jan. 2022 14:36

L’Initiative de coopération d’Istanbul (ICI) est un forum de partenariat qui vise à contribuer à la sécurité mondiale et régionale à long terme en offrant aux pays non OTAN de la région du Moyen-Orient élargi la possibilité de coopérer avec l’OTAN. Les pays qui s'y sont joints sont Bahreïn, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis.

Photo de groupe prise lors de la réunion tenue en décembre 2019 à l’occasion du 15e anniversaire de l’ICI, où figurent les membres du Conseil de l'Atlantique Nord et les représentants des pays de l’ICI, ainsi que les représentants du Conseil de coopération du Golfe, du sultanat d’Oman et du Royaume d’Arabie saoudite.

 

  • L'Initiative de coopération d'Istanbul a été lancée au sommet de l'OTAN tenu en 2004 à Istanbul afin de favoriser la coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité entre l'OTAN et les pays partenaires de la région du Moyen-Orient élargi.
  • À l'heure actuelle, quatre pays du Conseil de coopération du Golfe (Bahreïn, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis) s'y sont joints ; Oman et l'Arabie saoudite participent également à certaines activités dans le cadre de l'ICI.
  • L'Initiative est ouverte à tous les pays intéressés du Moyen-Orient qui adhèrent à ses objectifs et à ses principes, bien que ce soit avec les membres du Conseil de coopération du Golfe que les premières consultations ont eu lieu.
  • Les activités menées dans le cadre de l'Initiative vont de la planification de défense et de l'établissement des budgets de défense à la lutte contre le terrorisme, à la non-prolifération des armes de destruction massive ou encore à la préparation du secteur civil.
  • L'Initiative repose sur six principes fondamentaux : la non-discrimination, l'autodifférenciation, la réciprocité, la non-imposition, la diversité et la complémentarité avec les autres initiatives internationales pour la région.

Dimension politique

L’ICI constitue une plateforme qui permet aux Alliés et aux pays qui y participent de se rencontrer à intervalles réguliers et de débattre de questions de sécurité d'intérêt commun, tout en bâtissant une relation de confiance. Elle permet à l’Alliance de dialoguer avec des partenaires expérimentés et compétents en vue de partager les bonnes pratiques, et elle donne aux membres du Conseil de coopération du Golfe la possibilité d’échanger avec l’OTAN sur des questions de sécurité.

Les liens noués avec les partenaires du Golfe dans le domaine de la sécurité sont importants pour la sécurité transatlantique. La tenue régulière de réunions formelles et informelles à différents niveaux (chefs d'État et de gouvernement, ambassadeurs, experts et services compétents, etc.) renforce la dimension politique de l’Initiative, tout comme les nombreuses conférences internationales organisées depuis 2005. À côté des événements très médiatisés, plusieurs réunions informelles ont permis d'avoir des débats sur des questions d'intérêt commun ayant trait à la sécurité, sur la manière dont l’OTAN est perçue dans le Golfe, ainsi que sur les moyens de développer le partenariat.


Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, reçoit l'émir du Qatar, Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, en mars 2018 au siège de l'Organisation.



L’ICI est fondée sur six principes clés :

  • la non-discrimination : tous les pays de l’ICI bénéficient des mêmes conditions de coopération et de dialogue avec l’OTAN ;
  • l’autodifférenciation : l’ICI permet une approche adaptée aux besoins spécifiques de chaque partenaire ;
  • la réciprocité : l’ICI est basée sur des échanges réciproques : l’Alliance sollicite, au moyen d’un processus de consultations régulières, des contributions des partenaires pour assurer la réussite de l’Initiative, tandis que les partenaires communiquent leurs besoins et leurs objectifs à l'OTAN ;
  • la non-imposition : les partenaires sont libres de choisir le rythme et l'ampleur de leur coopération avec l’OTAN ;
  • la diversité : l’ICI respecte et prend en compte le contexte régional, culturel et politique propre à chaque pays partenaire ;
  • la complémentarité : ce forum de partenariat vient en complément de ceux d'autres organisations internationales de la région.

Comme pour tous les partenariats, c’est au Comité des partenariats et de la sécurité coopérative de l’OTAN qu’incombe la responsabilité générale de l’ICI. Le Comité est chargé de définir les modalités d’élaboration d’un menu d'activités pratiques pouvant être menées avec les pays intéressés et d’en assurer la bonne mise en œuvre. Il rend compte au Conseil de l'Atlantique Nord - principal organe de décision politique de l’OTAN - et prépare les décisions relatives à l’ICI qui lui sont soumises pour approbation.

Coopération pratique

La coopération pratique entre l’OTAN et les pays de l’ICI revêt différentes formes et peut concerner des domaines tels que la coopération entre militaires, la lutte contre le terrorisme, la menace que représentent les armes de destruction massive, la sécurité des frontières ou encore la préparation du secteur civil.

Contribution aux missions et opérations dirigées par l’OTAN

Les pays de l’ICI ont contribué à de nombreuses opérations et missions dirigées par l'OTAN. Par exemple, Bahreïn a apporté son soutien à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan. En 2012, le Koweït a signé le tout premier accord de transit entre un pays du Golfe et l’OTAN, permettant le déplacement d’équipements militaires sur le territoire koweïtien ; il a par ailleurs adhéré au mécanisme SHADE (Shared Awareness and Deconfliction), une initiative internationale visant à lutter contre la piraterie dans l’océan Indien. Le Qatar a participé à l’opération Unified Protector, menée en Libye en 2011. Les Émirats arabes unis ont eux aussi contribué de manière substantielle aux opérations et missions de l’OTAN au fil des ans, en déployant des forces d'opérations spéciales en Afghanistan dans le cadre de l’opération Enduring Freedom, qui a débuté en 2003, et en rejoignant la FIAS en 2008 ; le pays a lui aussi pris part à l’opération Unified Protector en 2011.

Coopération avec les pays de l’ICI

Depuis la création de ce cadre de partenariat, la coopération entre l’OTAN et les pays de l’ICI s’est développée tant au niveau de son contenu que de son champ d’action. Les programmes de travail établis pour chaque pays reposent sur les domaines d’activité proposés dans le menu de coopération partenariale (PCM), tels que la transformation de la défense, la coopération civilo‑militaire, la lutte contre le terrorisme ou la préparation du secteur civil.

D’autres programmes de coopération viennent en complément de l’offre du PCM. Bahreïn et les Émirats arabes unis sont membres de l’initiative OTAN pour l'interopérabilité et participent activement au programme pour la science au service de la paix et de la sécurité. Ils prennent également part et contribuent à des stages de formation organisés au Collège de défense de l'OTAN à Rome (Italie), en particulier au stage OTAN de coopération régionale, qui a pour objectif de faire des liens entre les questions intéressant aussi bien les pays du Dialogue méditerranéen (DM) et ceux de l’ICI que l’OTAN, et de favoriser la compréhension mutuelle et l’établissement de contacts entre les participants. Par ailleurs, plusieurs pays de l’ICI ont participé, aux côtés des forces de l’OTAN, à des exercices organisés par le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe.

La dimension multilatérale du partenariat a commencé à prendre forme en novembre 2008, avec la première d’une série de réunions en configuration OTAN+4. Ces réunions étaient tenues dans le cadre du Groupe sur l'Initiative de coopération d'Istanbul, créé juste après le lancement de l’ICI ; elles sont désormais organisées par le Comité des partenariats et de la sécurité coopérative.

Le Centre régional OTAN-ICI, mis en place à Koweït City en 2017, constitue une plateforme pour l’amélioration de la coopération pratique entre l’OTAN et ses partenaires du Golfe. Il vise à améliorer la compréhension commune des défis de sécurité et, grâce à une interopérabilité et à une normalisation plus poussées, à favoriser une coopération plus étroite. Le Centre encourage la coopération pratique dans différents domaines, notamment l'analyse stratégique, la préparation du secteur civil, la coopération entre militaires et la diplomatie publique. Ses activités sont ouvertes à tous les pays de l’ICI, ainsi qu’à Oman, à l’Arabie saoudite et au Conseil de coopération du Golfe.


Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, prononce une allocution lors de la cérémonie qui s'est tenue en décembre 2019 au Centre régional OTAN-ICI, situé au Koweït, à l'occasion du15e anniversaire de l'Initiative de coopération d'Istanbul.

 

Historique

L’ICI a été lancée le 28 juin 2004 au sommet de l’OTAN tenu à Istanbul, en Turquie. Son lancement a été accompagné d’une série de consultations de haut niveau menées en mai, septembre et décembre 2004 par le secrétaire général délégué de l’époque, M. l’ambassadeur Minuto Rizzo, avec six pays de la région, à savoir Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis. Au cours de ces consultations, tous ces pays ont manifesté leur intérêt pour l’Initiative.

Au premier trimestre de 2005, trois pays – Bahreïn, le Koweït et le Qatar – ont officiellement rejoint l’ICI, suivis par les Émirats arabes unis en juin de la même année. Oman et l’Arabie saoudite participent pour leur part à certaines activités dans ce cadre.

Depuis sa création, l’ICI s’est développée tant sur le plan politique que sur le plan pratique. Si le dialogue politique a évolué et inclut désormais des réunions de haut niveau, la dimension pratique a elle aussi été progressivement renforcée grâce à de nouveaux outils et de nouvelles activités de partenariat et à la contribution des pays de l’ICI à des opérations et missions dirigées par l’OTAN.

Depuis 2007, un menu d’activités pratiques portant sur des domaines prioritaires agréés est proposé chaque année aux pays de l’ICI. À l'origine, il comprenait plus de 300 activités. Depuis, le nombre d’activités ouvertes aux pays de l’ICI au titre du PCM a triplé, pour atteindre près de 1 000.

La dimension multilatérale du partenariat a commencé à prendre forme en novembre 2008 avec la première d’une série de réunions en configuration OTAN+4. Ces réunions étaient tenues dans le cadre du Groupe sur l'Initiative de coopération d'Istanbul, créé juste après le lancement de l’ICI ; elles sont désormais organisées par le Comité des partenariats et de la sécurité coopérative.

Au sommet de l’OTAN tenu en juin 2021 à Bruxelles, les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’Alliance ont réaffirmé leur attachement à la région : « Nous sommes déterminés à accroître notre engagement de longue date dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA).Nous renforcerons notre dialogue politique et notre coopération pratique avec nos partenaires du Dialogue méditerranéen (DM) et de l'Initiative de coopération d'Istanbul (ICI) ».