Le Collège de défense de l'OTAN

  • Mis à jour le: 13 Oct. 2010 09:51

Le Collège de défense de l'OTAN basé à Rome propose des cours au niveau stratégique sur des questions politico-militaires dont le but est de préparer les candidats sélectionnés pour exercer des fonctions au sein de l'OTAN ou occuper des postes en rapport avec l'OTAN.

Le Collège donne également aux hauts responsables de l'OTAN un éclairage nouveau sur les questions présentant un intérêt pour l'Alliance en se fondant sur les idées d'universitaires réputés, ainsi que d'experts et d’hommes de terrain, et en étudiant les rapports de conférences et d'ateliers axés sur les grands problèmes auxquels est confrontée l'Alliance.

La quasi-totalité des activités organisées par le Collège sont ouvertes à des ressortissants des pays membres du Partenariat pour la paix et des pays du Dialogue méditerranéen, ainsi que des pays du Moyen-Orient élargi, dans le cadre de l'Initiative de coopération d'Istanbul.

Le Collège a été créé à Paris en 1951, puis transféré à Rome en 1966.

Objectifs et activités essentiels

Le Collège a pour mission de contribuer à l'efficacité et à la cohésion de l'Alliance en cultivant sa vocation de grand centre d'enseignement, d'étude et de recherche sur les questions de sécurité transatlantique.

La principale activité d'enseignement du Collège est le cours de niveau supérieur qui peut accueillir jusqu'à 90 participants, choisis par leur gouvernement sur la base d'un quota national. Il s'agit d'officiers ayant le grade de colonel ou de lieutenant-colonel, ou de fonctionnaires de rang équivalent, délégués par des services publics ou instituts nationaux.

Conformément aux orientations définies par le Conseil de l'Atlantique Nord et par le Comité militaire de l'OTAN en 2002, le Collège privilégie les trois grands domaines suivants : l'enseignement, l'ouverture et la recherche.

Enseignement

La plupart des participants aux stages sont ensuite nommés dans les commandements de l'OTAN ou à des postes en rapport avec l'OTAN dans leurs pays respectifs.

Le Collège attache une grande importance à la recherche du consensus parmi les participants pendant les travaux préparatoires et les débats, ce qui est à mettre en rapport avec l'importance que revêt le principe du consensus dans l'ensemble des structures de l'OTAN.

En outre, le Collège applique la règle de l'anonymat, qui autorise les étudiants à parler librement, étant entendu que leurs opinions ne seront pas divulguées en dehors de l'enceinte du Collège.

Certaines parties du cours de niveau supérieur s'organisent par modules, ce qui permet à certains officiers et responsables du siège de l'OTAN et des commandements stratégiques de suivre le cours de niveau supérieur pendant une semaine pour étudier telle ou telle question stratégique.

En plus des cours, des conférences sont données quotidiennement par des universitaires, des hommes politiques et des officiers et fonctionnaires de haut rang, qui sont invités par le Collège.

Politique d'ouverture

En 1991, le Collège a créé un cours de deux semaines qui s'adresse à des officiers supérieurs et à des civils de haut niveau des pays membres de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, connue aujourd'hui sous le nom d'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). L'année suivante, ce cours, qui fait partie du cours de niveau supérieur, est devenu le cours intégré du Partenariat pour la paix (PPP) et de l'OSCE. Dans le cadre du programme PPP de l'OTAN, ce cours vise à développer une conception commune de la région euro-atlantique parmi les participants habituels du cours de niveau supérieur et les représentants des pays du PPP, de l'OSCE et des pays du Dialogue Méditerranéen de l'OTAN, qui y assistent également.

Recherche

Le Collège, qui a considérablement rehaussé le niveau de son travail de recherche, a pour objectif d’offrir de nouvelles perspectives aux hauts responsables de l'OTAN en se fondant sur les idées d'universitaires réputés, ainsi que d'experts et d’hommes de terrain, et en étudiant les rapports de conférences et d'ateliers axés sur les grands problèmes auxquels est confrontée l'Alliance. En outre, le Collège organise chaque année un séminaire international de recherche sur la sécurité euro-atlantique, en coopération avec un institut universitaire d'un pays du PPP. Un autre séminaire international de recherche, avec les pays participant au Dialogue méditerranéen, a également lieu chaque année.

Le Collège offre aussi tous les ans des bourses de recherche à deux ressortissants de pays du PPP et à deux ressortissants des pays du Dialogue méditerranéen souhaitant réaliser des études dans le domaine de la sécurité afin de promouvoir les travaux de recherche sur des sujets ayant trait aux questions de sécurité dans les régions euro-atlantique, eurasiatique et méditerranéenne.

Organisation du Collège

Le Collège relève du Comité militaire, qui en nomme le commandant pour une période de trois ans. Le commandant est un officier qui possède au moins le grade de lieutenant-général ou l'équivalent. Il est secondé par un doyen civil et par un directeur militaire de la gestion, mis à disposition par le pays hôte. Le président du Comité militaire préside le Conseil académique consultatif du Collège. Le corps enseignant se compose d'officiers et de fonctionnaires généralement détachés des ministères des Affaires étrangères et de la Défense des pays membres de l'OTAN.

Évolution du Collège

Le général américain, Dwight D. Eisenhower, premier Commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), s'est rendu compte en 1951 qu'il fallait trouver, dans l'OTAN, qui était encore à l'état embryonnaire, des officiers et des fonctionnaires capables de s'adapter au nouvel environnement de sécurité de l'Europe.

Le 25 avril 1951, il écrivait :

« La formation des civils et des militaires est absolument nécessaire ; elle leur permettra d'avoir une connaissance approfondie des nombreux facteurs complexes qui interviennent dans la problématique de la mise en place d'un dispositif de défense adéquat pour la zone du Traité de l'Atlantique Nord. L'entreprise dans laquelle nous nous sommes engagés est si nouvelle pour nous tous et les problèmes qu'elle pose sont d'une dimension si différente de ceux que les pays membres ont rencontrés jusqu'à présent que nous sommes confrontés en permanence à la nécessité d'analyser de nouvelles approches et d'élargir nos points de vue. Cela signifie que nous devons en permanence rechercher des personnes capables de s'adapter à ce nouvel environnement et qui soient en mesure, dans des délais relativement courts, d'élargir leurs perspectives et de saisir l'essentiel de ce difficile problème pour assumer les responsabilités propres à ce nouveau domaine. »

Ces idées nouvelles ont mené à la création du Collège de défense de l'OTAN à Paris où le premier cours a été donné le 19 novembre 1951.

Le Collège s'est rapidement taillé une réputation d'établissement dans lequel les hauts responsables de l'OTAN apprenaient à opérer efficacement dans des états-majors et des services multinationaux de haut niveau.

Déplacement à Rome

Le Collège est resté à Paris jusqu'en 1966, lorsque le président Charles de Gaulle a décidé que la France se retirerait de la structure militaire intégrée de l'OTAN, le Collège devant alors déménager.

L'Italie a proposé de l'héberger temporairement dans un immeuble de Rome et le Collège est resté dans ces locaux pendant plus de 30 ans.

Dans les années 90, il est devenu de plus en plus évident qu'il fallait trouver un nouveau bâtiment digne de la réputation que le Collège avait acquise au sein de l'OTAN et dans le monde universitaire.

L'Italie a proposé de fournir un endroit adéquat et les travaux de construction d'un Collège adapté ont été entrepris dans la ville militaire de Cecchignola. Le Collège a emménagé dans ses nouveaux locaux à l'été 1999 et l'inauguration a eu lieu le 10 septembre.

Au fil des années, environ 7 000 officiers de haut rang, diplomates et responsables ont suivi les cours du Collège pour se préparer à travailler sur des questions liées à l'Alliance.