Transport aérien stratégique

Permettre aux forces de l’Alliance de se déployer partout dans le monde

  • Mis à jour le: 31 Mar. 2020 10:34

Les pays membres de l'OTAN mutualisent leurs ressources pour affréter des aéronefs spéciaux grâce auxquels l'Alliance sera en mesure de transporter des troupes, du matériel et du ravitaillement partout dans le monde. De solides capacités de transport aérien stratégique sont essentielles pour permettre aux pays de l'OTAN de déployer rapidement leurs forces et leurs équipements partout où cela est nécessaire.

 

Points principaux

  • En mutualisant leurs ressources, les pays de l'OTAN réalisent des économies considérables et sont en mesure d'acquérir collectivement des moyens qui seraient excessivement coûteux pour chaque pays individuellement.
  • Il existe actuellement deux initiatives visant à doter l’Alliance de moyens de transport aérien stratégique : la solution internationale pour le transport aérien stratégique (SALIS) et la capacité de transport aérien stratégique (SAC).

Pour en savoir plus

  • Solution internationale pour le transport aérien stratégique

    Contexte

    Un consortium multinational de neuf pays assure l'affrètement d’avions Antonov AN-124-100 dans le cadre de la solution internationale pour le transport aérien stratégique (SALIS). SALIS offre un accès garanti à un maximum de cinq AN-124-100 (prêts à exécuter leur mission en quelques jours en cas de crise) pour appuyer des opérations de l’OTAN et de l’Union européenne (UE).

    En décembre 2018, l’Agence OTAN de soutien et d’acquisition (NSPA) a signé un contrat avec Antonov Logistics Salis, une entreprise basée en Allemagne. Outre l’AN-124, le contrat actuel prévoit également une capacité de fret sur d’autres avions de transport gros porteurs, à savoir l’AN-225, l’AN-22 et l’IL-76 (OACI, chapitre IV), sous réserve de disponibilité.

    Aux termes de ce contrat, les pays participant à SALIS bénéficient d'une garantie d’accès à une capacité de transport aérien stratégique de fret hors gabarit à raison d'un nombre convenu d'heures de vol par an. Le contrat actuel est en vigueur jusqu’en 2021, avec possibilité de reconduction des accords pour cinq années supplémentaires.

    Il remplace les deux précédents contrats SALIS, venus à échéance en décembre 2018.

    Composantes

    Le contrat SALIS prévoit une garantie d’accès à deux appareils AN-124-100 sous contrat d’affrètement, à deux autres sur préavis de six jours, et à un autre AN-124-100 encore sur préavis de neuf jours. Les pays du consortium se sont engagés à louer les avions pour un minimum de 1 600 heures de vol par an. En 2019, un total de 1 900 heures de vol ont été effectuées dans le cadre du contrat SALIS.

    La capacité d'emport d'un AN-124-100 est de 120 tonnes. Dans le passé, les pays participant à SALIS ont déjà utilisé des appareils Antonov pour transporter des équipements à destination et en provenance d'Afghanistan, pour acheminer des secours d'urgence aux victimes du tremblement de terre au Pakistan en octobre 2005 et pour emmener ou ramener les troupes de maintien de la paix de l'Union africaine au Darfour. À côté des missions et opérations actuelles de l’OTAN et de l’UE, SALIS joue un rôle vital s’agissant d’aider certains des pays participants à transporter du matériel médical d’urgence depuis l’étranger pour faire face à la crise liée à la COVID-19.

    Participants

    Le consortium regroupe neuf pays de l’OTAN : la Belgique, la République tchèque, la France, l'Allemagne, la Hongrie, la Norvège, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie.

    Mécanismes

    La coordination quotidienne de cette capacité est assurée par la Cellule de coordination du transport aérien stratégique (SALCC), qui partage ses installations avec le Centre de coordination des mouvements Europe (MCCE), basé à Eindhoven, aux Pays-Bas.

    La NSPA assure la gestion du contrat SALIS pour le compte des pays et vient en aide à l’association de soutien SALIS.

    Évolution

    • En juin 2003, les ministres de la Défense des pays de l'OTAN ont signé des lettres d'intention sur le transport stratégique par voie aérienne et maritime.
    • En janvier 2006, quinze pays ont chargé l'Agence OTAN d'entretien et d'approvisionnement (devenue la NSPA) de passer un contrat avec la société Ruslan SALIS GmbH, basée à Leipzig (Allemagne), une coentreprise formée par la compagnie russe Volga-Dnepr Airlines et la société ukrainienne Antonov Design Bureau (selon son ancienne dénomination).
    • En mars 2006, lors d'une cérémonie organisée à Leipzig pour marquer l’entrée en vigueur de ce contrat multinational, la Suède est venue se joindre au groupe des quinze signataires. Cette étape a marqué également le lancement de la solution intérimaire pour le transport aérien stratégique (SALIS), initiative visant à mettre à la disposition des pays membres du consortium une capacité de transport aérien stratégique dans l'attente d'une solution d'acquisition à long terme.  La durée initiale du contrat était de trois ans. La Finlande et la Pologne ont également rejoint le programme SALIS.
    • En 2012, le marché SALIS a fait l'objet d'un nouvel appel d'offres, remporté par Ruslan SALIS GmbH, qui a obtenu un nouveau contrat  (2013/2014). Ce contrat a ensuite été renouvelé et est venu à échéance fin décembre 2016.
    • Fin 2016, les pays participant à SALIS ont signé un mémorandum d'entente donnant le jour à la solution internationale pour le transport aérien stratégique, un consortium de dix pays.  
    • En décembre 2016, la NSPA a passé deux contrats avec les entreprises Antonov SALIS GmbH et Ruslan SALIS GmbH, basées à l'aéroport de Leipzig-Halle (Allemagne), assurant ainsi l'accès à une capacité de transport aérien stratégique de fret hors gabarit à raison d'un nombre convenu d'heures de vol par an. Ces contrats sont venus à échéance le 31 décembre 2018.
    • Depuis janvier 2019, Antonov Logistics Salis est le seul contractant à donner une garantie d’accès à des capacités de transport aérien stratégique aux neufs pays participants actuels.
    • En septembre 2019, la nouvelle base d’opérations SALIS a été inaugurée sur le site d’Antonov Logistics Salis, à l’aéroport de Leipzig-Halle, et est donc désormais pleinement opérationnelle.
  • Capacité de transport aérien stratégique

    Contexte

    La deuxième initiative destinée à doter les pays membres et les pays partenaires de l'OTAN de moyens long-courriers est la capacité de transport aérien stratégique (SAC), au titre de laquelle un groupe de dix pays membres et de deux pays partenaires ont fait l'acquisition de plusieurs gros porteurs Boeing C-17.

    Le premier C-17 a été livré en juillet 2009, suivi par deux autres en septembre et en octobre de la même année. La composante opérationnelle, l’escadre de transport lourd (HAW) implantée sur la base aérienne de Pápa, en Hongrie, exploite ces aéronefs.

    L'escadre est constituée de personnel issu de tous les pays participants et mène des missions à l’appui des besoins nationaux. Elle a notamment apporté un soutien à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan, à la Force pour le Kosovo (KFOR), à l'opération Unified Protector (OUP) en Libye, aux missions de secours humanitaire en Haïti et au Pakistan, aux opérations de maintien de la paix en Afrique et aux autorités polonaises suite à la catastrophe aérienne en Russie. Plus récemment, deux vols humanitaires ont été organisés dans le cadre de la SAC pour venir en aide aux victimes de l'ouragan Irma à la Barbade et en Guadeloupe. 

    Les capacités de transport aérien sont également renforcées au travers de programmes nationaux, tels que l'initiative lancée par sept pays de l'OTAN pour l'acquisition de 180 Airbus A400M et l'achat par le Canada, le Royaume-Uni et les États-Unis de C-17 à usage national.

    Composantes

    Le C-17 est un gros porteur stratégique dont la capacité d'emport est de 77 tonnes et le rayon d'action de 4 450 km (2 400 milles nautiques), et qui peut opérer dans des environnements et des conditions difficiles.

    Il s'agit d'appareils configurés et équipés aux mêmes normes générales que les C-17 exploités par l'armée de l'air des États-Unis. Les équipages et le personnel technique sont entraînés selon les exigences et les profils de mission fixés par les pays.

    Prévus initialement pour répondre aux besoins de transport stratégique des pays, ces avions peuvent cependant être aussi affectés à des missions de l'OTAN, de l'ONU ou de l'UE, ou à d’autres activités internationales.

    Participants

    Dix pays membres de l'OTAN (Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lituanie, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Roumanie, Slovénie et États-Unis) et deux pays partenaires (Finlande et Suède) participent à la capacité de transport aérien stratégique.  La participation à la SAC reste ouverte à d'autres pays moyennant l'accord des membres du consortium.

    Mécanismes

    Le Comité directeur multinational SAC a la responsabilité générale de l’orientation et de la supervision du programme et en établit les besoins. Le programme OTAN de gestion du transport aérien fournit un soutien administratif à l'escadre de transport lourd sur la base aérienne de Pápa.

    Évolution

    • Le 12 septembre 2006, treize pays membres de l'OTAN ont rendu publique une lettre d'intention annonçant l'ouverture de négociations contractuelles. Par la suite, la Finlande et la Suède ont rejoint le consortium et la participation OTAN est passée à dix membres.
    • En juin 2007, le Conseil de l'Atlantique Nord a approuvé la charte d'une organisation de production et de logistique de l'OTAN (OPLO), ouvrant la voie à la mise en place de l'Organisation OTAN de gestion du transport aérien (NAMO). 
    • La charte est entrée en vigueur après la signature du mémorandum d’entente et sa notification au Conseil de l’Atlantique Nord, en septembre 2008.  C’est en vertu de cette charte qu’a été créée l’Agence OTAN de gestion du transport aérien (NAMA), qui s’est chargée de l'acquisition des moyens de transport aérien et en assure la gestion et le maintien en condition opérationnelle pour le compte des pays participant à la SAC.
    • Le 1er juillet 2012, conformément aux décisions prises dans le cadre de la réforme des agences de l’OTAN, la NAMO/NAMA a été intégrée à la nouvelle Agence OTAN de soutien et d’acquisition (NSPA).