home > Le nouveau concept stratégique de l’OTAN – pourquoi et comment?


Au sommet de Strasbourg-Kehl qui s’est tenu les 3 et 4 avril 2009, les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’OTAN ont chargé le secrétaire général d’établir un nouveau concept stratégique. Ce travail devra être achevé pour le prochain sommet de l’OTAN qui est prévu fin 2010. Le secrétaire général a également été chargé lors du sommet de réunir et de présider un groupe d'experts qualifiés issus d'horizons divers qui jettera les bases du nouveau concept stratégique de l'Alliance. Le Conseil de l'Atlantique Nord, la plus haute instance décisionnelle de l’OTAN, sera activement associé à ce processus.

Pourquoi l’OTAN doit-elle se doter d’un nouveau concept stratégique?

Pour que l’OTAN fonctionne de façon optimale, il est essentiel que les rôles et les missions de l’Alliance, ainsi que la stratégie qu’elle applique pour faire face aux défis de sécurité réunissent un consensus transatlantique solide. Le concept stratégique est le document fondamental de l’OTAN qui établit et reflète ce consensus transatlantique. Or, puisque l’environnement de sécurité auquel est confronté l’OTAN évolue, le concept stratégique de l’Alliance doit être régulièrement actualisé. Le concept actuel remonte à 1999 ; à l’époque l’OTAN n’avait que 19 membres (elle en compte 28 aujourd’hui) et elle s’intéressait surtout aux problèmes qui se posaient en Europe et à sa périphérie.

Il va sans dire que le nouveau concept stratégique de l’OTAN, qui doit être élaboré et approuvé par les 28 pays membres, doit tenir compte non seulement de l’évolution des défis de sécurité – l’accent est mis aujourd’hui sur la prolifération, les États faillis, la piraterie, l’approvisionnement énergétique, le terrorisme et le changement climatique – mais aussi sur la façon dont l’OTAN s’est adaptée et  transformée ces dix dernières années pour être en mesure de mieux relever ces défis. Le nouveau concept stratégique ne sera donc pas seulement un document analytique, il devra aussi donner des orientations précises aux gouvernements des pays de l’OTAN sur ce qu’ils doivent faire pour continuer de transformer l’Alliance et leurs propres structures et capacités nationales de défense afin de mener à bien les missions essentielles qui seront confiées à l’OTAN au XXIe siècle. Il faut aussi que le concept stratégique explique aux opinions publiques dans les pays de l’Alliance et dans les autres pays pourquoi l’OTAN demeure une organisation qui compte et comment elle contribue de diverses manières à renforcer la sécurité.

Comment le concept stratégique sera-t-il élaboré?

Le processus d’élaboration du nouveau concept stratégique n’exclura personne. Tous les pays membres, du plus grand au plus petit, seront activement consultés et associés. En outre, le processus devrait englober les partenaires du Conseil de partenariat euro-atlantique, ceux du Dialogue méditerranéen et de l’Initiative de coopération d’Istanbul, ainsi que les partenaires du monde entier. Le processus devrait aussi être transparent et associer d’importants acteurs internationaux (l’Union européenne et l’Organisation des Nations Unies), ainsi que des ONG et tous ceux qui, dans le secteur stratégique, pensent pouvoir apporter une contribution et offrir des compétences. Enfin, ce module web mis en place par la Division Diplomatie publique de l’OTAN va servir de support à un dialogue interactif avec le grand public.

Le groupe d’experts entamera début septembre ses travaux qui se dérouleront en deux phases. La première, qui courra de septembre à la mi-février, consistera à faire participer les décideurs et la communauté stratégique en général à un dialogue sur les défis auxquels est confrontée l’Alliance. Cette phase initiale – la phase de réflexion – s’articulera autour de quatre séminaires consacrés à différents thèmes en rapport avec le concept stratégique, qui se tiendront dans des pays de l’OTAN.

Au cours de la seconde phase, le groupe d’experts se rendra dans les capitales des pays membres de l’OTAN pour présenter directement aux gouvernements de ces pays les résultats des délibérations internes du groupe et ses conclusions préliminaires, l’objectif étant d’entendre leurs commentaires et leurs réactions. Cette seconde phase sera la phase de consultation.

Le groupe d’experts rencontrera périodiquement le secrétaire général, qui est l’autorité responsable des travaux du groupe, et il se réunira aussi avec le Conseil de l’Atlantique Nord et d’autres parties prenantes au siège de l’OTAN. Les experts se réuniront aussi entre eux pour développer leur réflexion.

Le mandat du groupe d’experts arrivera à son terme avec l’achèvement des phases de réflexion et de consultation. Le secrétaire général prendra alors le relais et soumettra aux pays membres son rapport qui tiendra compte des conclusions et des recommandations du groupe. S’appuyant sur les réponses et les orientations politiques des pays, le secrétaire général établira le premier projet du nouveau concept stratégique, qui sera examiné par les Alliés à la fin de l’été et à l’automne 2010, en prévision du prochain sommet de l’OTAN.