Nato-Russia Council

Recherche et sauvetage en mer : 10 Histoires Illustrant 10 Années du COR

NRC BM2

Un domaine important de coopération entre les pays membres du COR concerne la recherche et le sauvetage en mer (SAR). Historiquement, les marins, et plus particulièrement les sous-mariniers du monde entier, ont tissé des liens profonds du fait de leur perception commune des dangers qui les guettent au-dessus et en dessous de la surface. Les pays du COR travaillent ainsi ensemble depuis le mois de février 2003 sur ce dossier important, qui constitue toujours un volet essentiel du plan de travail du COR-RM. Cela s'explique par le fait que, s'il est vrai que l'organisation de la recherche et du sauvetage en mer est déjà régie par des lois, des règlements et des accords internationaux et par une institution mondiale non militaire, seules les forces armées ont généralement les moyens nécessaires pour mener une opération SAR.

C'est pourquoi l'objectif général de la coopération au niveau du COR est de faire en sorte que la collaboration soit suffisante pour conduire conjointement des opérations SAR en mer lors d'un incident majeur. 

NRC BM3

Dangers en mer

Malgré le perfectionnement constant des techniques et des mesures de sécurité, des accidents se produisent encore en mer. Les catastrophes donnent cependant souvent lieu à des améliorations de la sécurité. Cela s'est vérifié tout au long de l'histoire de la SAR, en particulier lorsqu'il s'agit d'évacuation de sous-marins. 

L'essor généralisé du transport aérien entraîne également le risque accru de voir un appareil s'abîmer au large. Lors d'une telle catastrophe, la zone étendue à couvrir pendant les recherches exige que l'ensemble des pays aient une vision commune des capacités SAR des uns et des autres. C'est pour cette raison que cette question est aussi examinée dans le cadre du COR. 

NRC BM1

Coopération dans le cadre du COR

La coopération dans ce domaine a débuté au niveau des officiers de marine siégeant au COR, qui partageaient des valeurs et des expériences communes. Après une évaluation des possibilités, ces officiers ont présenté leur vision de la coopération SAR aux représentants militaires du COR. Cette initiative a débouché sur la signature, en février 2003, du document-cadre OTAN-Fédération de Russie sur l'évacuation et le sauvetage des équipages de sous-marin, devenu depuis lors un domaine clé de la coopération militaire. Les travaux spécifiques entrepris à ce niveau vont de l'échange de meilleures pratiques SAR à des exercices conjoints visant à tester le niveau d'interopérabilité en conditions réelles.

En 2005, plusieurs sous-mariniers russes ont été sauvés après que leur bâtiment, l'AS-28, se fut pris dans des filets de pêche et des câbles au large de la péninsule du Kamtchatka. Les travaux du COR visant à se préparer à ce type d'incident ont permis aux pays membres d'être les premiers à répondre à la demande d'aide. Le sauvetage a été rendu possible grâce à l'équipement que les pays du COR ont acheminé par les airs de l'autre côté du globe, et a été mené sous la coordination de la Marine russe.

L'année 2011 a marqué un tournant important dans la coopération SAR au niveau du COR : la Russie prenait part à l'exercice Bold Monarch aux côtés de nombreux autres pays membres. Cet exercice, le plus grand jamais organisé pour l'évacuation et le sauvetage d'équipages de sous-marin, avait pour objectif de mettre en œuvre, de manière coordonnée, différents systèmes de sauvetage venant des quatre coins du monde. Dans le cadre de la simulation d'accident, le général Nikolaï Makarov, chef d'état-major des forces armées russes, et l'amiral di Paola, alors président du Comité militaire de l'OTAN, ont été « sauvés » d'un sous-marin en mer par des sous-mariniers du NRC travaillant ensemble.

NRC BM5

Mise au point de systèmes visant à faciliter l'évacuation et le sauvetage des sous marins

Il serait impossible de prévoir des bâtiments dédiés d'évacuation et de sauvetage des sous-marins en nombre suffisant, permettant de couvrir les océans partout dans le monde et capables d'intervenir rapidement sur place en cas d'accident. La solution consiste donc à disposer d'un équipement d'évacuation et de sauvetage qui puisse être acheminé rapidement par les airs, où que ce soit dans le monde, et mis en service à partir d'un navire approprié. C'est pourquoi les travaux initiaux portaient sur l'interopérabilité technique des systèmes d'évacuation et de sauvetage des sous-marins.

Les officiers de marine siégeant au COR se sont lancés dans un projet ambitieux, aux côtés de la compagnie d'assurances Lloyds of London, pour répertorier les navires dans le monde capables de transporter les différents systèmes de sauvetage et pour suivre les mouvements de ces bâtiments. Cela permet aux équipes de sauvetage de mettre rapidement en service le navire le plus proche et le mieux à même d'intervenir en cas d'accident. Ce dispositif, combinant navires les plus proches et moyens aériens pour l'acheminement de l'équipement, réduit considérablement le temps de réaction,  condition essentielle car la fenêtre de temps pendant laquelle les sous-mariniers en détresse peuvent être sauvés est limitée. 

NRC BM4

L'importance de la coopération dans le cadre du COR

Le commandant Gavin Short, de la Royal Navy, a participé au développement de la coopération dans le domaine de la recherche et du sauvetage en mer, notamment au volet évacuation de sous-marin, entre 2004 et 2007, alors qu'il était en service à l'État-major militaire international de l'OTAN. « Grâce à la coopération au niveau du COR et aux efforts intenses déployés depuis 2003, nous sommes parvenus à un niveau élevé d'interopérabilité qui a été mis à l'épreuve avec succès à l'occasion de crises réelles et qui a permis de sauver la vie de nombreux sous-mariniers. Cela renforce le lien qui unit tous les sous-mariniers face aux dangers auxquels ils sont exposés lorsqu'ils sont en plongée », explique-t-il. 

Les pays s'emploient à poursuivre, et même à intensifier, la coopération dans ce domaine important.

Bold Monarch 2011

Vous trouverez sur notre chaîne YouTube une vidéo sur l’exercice « Bold Monarch 2011 ».

NRC BM6