Nato-Russia Council

Le projet de formation à la lutte antidrogue se tourne vers l'avenir

TASHKENT UNODC HEAD

Des représentants du Conseil OTAN-Russie et des pays participant au projet - Afghanistan, Kazakhstan, République kirghize, Tadjikistan, Turkménistan Ouzbékistan et Pakistan - ont célébré les succès du projet et réfléchi à son développement futur lors d'une réunion d'orientation de haut niveau, qui s'est tenue à Tachkent (Ouzbékistan).

Les participants ont également assisté à une opération d'incinération de stupéfiants organisée par le gouvernement ouzbek à l'occasion de la Journée internationale de l'ONU sur les drogues. Lors de cette opération, le gouvernement ouzbek a détruit plus de 1 600 tonnes de drogues saisies dans la région, et notamment celles saisies par les agents formés dans le cadre du projet - illustration parfaite du succès de ce projet de formation d'agents de la lutte antidrogue.

TASHKENT DRUGS BURNING

Cette réunion a été l'occasion pour les 21 pays du Conseil OTAN-Russie participant au projet et pour les pays bénéficiaires de la région de confronter leurs points de vue sur l'avancement de ce projet, lancé par le COR il y a plusieurs années déjà. En particulier, les pays du COR qui dispensent les formations ont eu l'occasion d'obtenir des informations de première main sur les besoins des pays bénéficiaires, qui souhaitent développer les compétences de leurs agents de lutte antidrogue, par le biais de cours généraux ou d'ateliers plus spécialisés, comme les techniques d'investigation. La formation d'agents à l'utilisation de chiens renifleurs, dressés au dépistage des stupéfiants, constitue un nouveau domaine intéressant les pays bénéficiaires. En ce qui concerne l'avenir, l'ONUDC travaillera de concert avec les pays du COR et les pays bénéficiaires, afin d'élaborer pour l'an prochain un programme de formation répondant à ces besoins.

Le représentant du Royaume-Uni, Dave Harry, a déclaré que cette réunion d'orientation de haut niveau était une excellente occasion de se rencontrer et d'écouter les partenaires clés de la région. Les partenaires d'Asie centrale ont pu parler des effets bénéfiques des programmes de formation à la lutte antidrogue proposés par la communauté internationale - et notamment le Conseil OTAN-Russie et l'ONUDC - et donner leur avis sur la manière dont on pourrait améliorer ces programmes. La cérémonie organisée par nos hôtes a été une magnifique façon de célébrer la Journée internationale de l'ONU contre l'abus et le trafic illicite de drogues ; elle a parfaitement illustré les succès enregistrés à ce jour et créé une atmosphère propice pour les discussions qui ont suivi. Les excellents exposés présentés par de nombreuses délégations, dont celles de l'Afghanistan, du Pakistan, de la Turquie et de la Russie, ont clairement montré que les pays sont conscients qu'il faut maintenant consolider ces succès, et qu'il faut absolument poursuivre nos efforts de prévention du trafic de stupéfiants.

TASHKENT DRUGS BURNING FIRE

Un projet qui est toujours un succès

Le projet du COR sur la formation à la lutte antidrogue a été lancé en 2006 pour mettre en place une capacité régionale face à la menace du trafic de stupéfiants. Vingt-et-un (21) pays du COR participent au projet, aux côtés des pays non membres que sont la Finlande et l'Ukraine, qui est un nouveau participant. La formation est dispensée dans des centres fixes, en Russie, en Turquie et aux États-Unis, mais aussi en différents lieux de la région. Ce projet est mis en œuvre en coopération avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), qui joue le rôle d'agent de réalisation. Ce projet est tout à fait unique, car il rassemble à la fois les pays sources et les pays de transit du trafic de stupéfiants mais aussi les pays qui sont la cible ultime du marché de la drogue. En raison de son succès, le projet s'est développé en plusieurs temps. En 2010, le Pakistan a rejoint le projet en tant que pays bénéficiaire, et il est devenu depuis lors le premier pays à accueillir un instructeur-mentor - à l'Académie pakistanaise des forces antidrogue d'Islamabad - dans le cadre du projet OTAN-Russie de formation à la lutte antidrogue. En 2008, la première évaluation indépendante du projet a conclu que le projet pilote avait été un succès et qu'il avait un impact positif sur l'amélioration de l’efficacité opérationnelle. En 2012, une deuxième évaluation indépendante a conclu de manière positive que le projet garde toute sa pertinence, car il répond aux besoins de formation à la lutte antidrogue de la région, et favorise la constitution de réseaux professionnels entre agences de lutte antidrogue des différents pays. C'est en avril 2012 que la barre des 2000 agents formés a été franchie. Le signe le plus visible de l'impact du projet est le nombre d'agents de lutte antidrogue bénéficiaires du projet qui ont participé aux plus grosses saisies de drogues dans la région.

Le projet OTAN-Russie de formation à la lutte antidrogue démontre le bilan très positif de la coopération OTAN-Russie concernant les préoccupations sécuritaires communes. Radoslava Stefanova, présidente du Comité directeur exécutif en charge du projet, a fait observer que l'OTAN et la Russie avaient démontré, avec ce projet, qu'en travaillant ensemble il était plus facile de contrer la menace liée au trafic de stupéfiants. Le projet est allé de succès en succès, et il a des résultats tangibles dans la lutte contre le trafic illicite de stupéfiants.

TASHKENT DRUGS HAUL

La menace liée au trafic des stupéfiants

La menace des stupéfiants n'est pas juste une menace pour la sécurité et la stabilité en Afghanistan, c'est aussi une menace pour tous les pays participant à ce projet du COR. Le trafic d'opiacés au départ de la région reste une préoccupation majeure, qui touche tous les pays du COR et témoigne de la nécessité d'assurer la formation à la lutte antidrogue dans la région, afin de s'attaquer au problème directement à la source des nombreuses voies de contrebande des produits opiacés. Ce projet du COR est conçu pour répondre à ce besoin spécifique. Le travail accompli au sein du Conseil OTAN-Russie démontre les avantages de la coopération pratique et du partage des ressources et de l'expertise face aux défis communs.