Edition Web
Vol. 46 - No. 1
Printemps 1998
pp. 19-22

Forger une paix durable
en Bosnie-Herzgovine

Gnral Wesley Clark

Commandant suprme des forces allies en Europe (SACEUR)




Le Gnral Clark rencontrant le prsident de la Prsidence bosniaque, Alija Izetbegovic, Sarajevo, en juillet dernier.
Reuters (47Kb)
En dcembre 1997, les ministres des Affaires trangres et de la Dfense de l'OTAN ont tudi l'opration conduite par la SFOR aux deux tiers de sa mission de dix-huit mois. Ils ont confirm que, sauf contrordre, elle continuerait d'agir au niveau actuel afin de poursuivre avec fermet et quit l'excution de sa mission et l'assistance la mise en uvre civile de l'Accord de paix. Dans cet article le SACEUR, qui assume la responsabilit militaire globale de la SFOR, examine la contribution que l'IFOR et la SFOR ont apporte au processus de paix pendant ces deux dernires annes ; il donne aussi un aperu des dfis qui attendent la Force de stabilisation au cours des derniers mois de sa mission.

Deux ans aprs la signature des Accords de paix de Dayton, la Bosnie-Herzgovine a profondment chang. Les combats ont cess et les forces armes des deux entits bosniaques, la Fdration bosno-croate et la Republika Srpska (RS) ont t mises sous contrle. Une partie des dgts a t rpare, certains rfugis reviennent, et des lections ont pu avoir lieu dans de bonnes conditions. La SFOR, tout comme l'IFOR avant elle, a jou un grand rle dans ces transformations.

La mission de la SFOR

La ralisation de l'Annexe 1-A (c'est--dire l'annexe militaire) des Accords de paix de Dayton demeure au centre de la mission de la SFOR. Cependant, le soutien aux organisations civiles de mise en uvre est devenue un lment de plus en plus important de son action. Suivant les orientations donnes par le Conseil de l'Atlantique Nord, la SFOR coopre troitement avec le Bureau du Haut Reprsentant, M. l'Ambassadeur Carlos Westendorp, et travaille avec de nombreux autres organismes comme le Haut Commissariat des Nations unies pour les rfugis (HCR), l'Organisation pour la scurit et la coopration en Europe (OSCE), le Tribunal pnal international pour l'ex-Yougoslavie (TPI) et le Groupe international de Police (GIP). En outre, cette coopration n'existe pas au seul niveau de leurs commandements respectifs Sarajevo; elle se reflte dans les activits menes et les initiatives prises dans tout le pays.

Permettez-moi de prsenter plus prcisment quelques-unes des contributions pratiques de la SFOR la paix en Bosnie-Herzgovine, tant dans le domaine militaire qu' travers son soutien aux organisations civiles.

Du temps de l'IFOR, les forces armes des entits taient divises, leurs armes lourdes taient stockes sur des sites de cantonnement, et leur prparation se faisait sous le contrle de l'IFOR. C'est maintenant la SFOR qui continue de veiller ce que ces forces respectent les aspects militaires des accords de paix. Toute l'anne, par tous les temps, elle patrouille dans une zone de sparation longue de 1 400 kilomtres, et ses troupes inspectent rgulirement les sites de cantonnement, raison d'environ 450 inspections par mois. Si des armes illgales sont dcouvertes, elles sont confisques et dtruites. Aucun dplacement ou entranement ne peut se faire sans l'approbation pralable de la SFOR. Toutes ces activits contribuent ce qu'aucune des parties ne se sente menace par une autre et qu'ainsi se fonde la paix.

A la suite du conflit, il est rest, aux quatre coins du pays, des millions de mines qui reprsentent un vritable danger pour les habitants de la Bosnie-Herzgovine, parmi lesquels se trouvent des enfants. La SFOR a demand aux forces des entits d'assumer leurs responsabilits en matire de dminage, faute de quoi certaines activits de prparation de leurs units pourraient leur tre interdites. Encourages par la SFOR, les entits ont produit des plans dtaills d'oprations de dminage pour 1997, et plus de 20 000 mines et 1 100 autres munitions non exploses ont pu tre limines. Il reste beaucoup faire, mais ces efforts constituent un grand pas en avant. La SFOR incitera les entits progresser davantage encore en 1998 et leur offre pour cela son assistance en proposant des stages de formation.


Silhouette d'un soldat de la SFOR se dtachant sur le ciel de Sarajevo.
Reuters (15Kb)

La SFOR prend actuellement des mesures concrtes pour faciliter la libre circulation dans tout le pays. Ainsi, des ingnieurs de la SFOR ont aid rtablir le rseau ferr. Ils entretiennent aussi plus de 2 500 km de routes et ont mis en place ou rpar 64 ponts.

Par ailleurs, la SFOR a aid le GIP concernant les postes de contrle, ce qui a permis de rduire considrablement leur nombre sur les routes de Bosnie. La SFOR comme le GIP sont intervenus pour dmanteler des postes de contrle illicites. Au cours des six derniers mois de 1997, le nombre de demandes de postes de contrle prsentes par les entits chut de plus de mille en une semaine moins de cent. Tout cela constitue une formidable contribution la libert de circulation et une vie libre de la peur pour la population.

Tout comme l'IFOR avait assist l'OSCE l'occasion des lections nationales de septembre 1996, la SFOR a activement soutenu l'OSCE lors des rcentes lections municipales et des lections l'Assemble de la Republika Srpska. Outre qu'elle a garanti la scurit de l'environnement dans lequel ces lections se sont droules, elle a apport tout un ventail d'aides concrtes et logistiques qui ont contribu de faon directe la russite des oprations lectorales. Actuellement, la SFOR travaille en liaison troite avec l'OSCE et le bureau du Haut Reprsentant dans le cadre du processus dlicat de mise en place des conseils municipaux.

Au cours de ces deux dernires annes, nombreux sont ceux qui ont critiqu la lenteur de la mise en uvre civile des Accords de paix. Personnellement, tant troitement associ ce qui se passe en Bosnie-Herzgovine, o je me suis rendu maintes reprises, je suis bien conscient des problmes auxquels les organismes civils doivent faire face, et j'admire leur opinitret, qui permet au processus de paix de progresser petit petit. Les morts tragiques de l'adjoint du Haut Reprsentant, M. l'Ambassadeur Wagner, ainsi que de plusieurs autres responsables de ce bureau et du GIP, lors d'un accident d'hlicoptre survenu le 17 septembre, montrent bien qu'ils assument pleinement leur part de risques que nous encourons tous, civils et militaires, tandis que nous uvrons ensemble pour forger une paix durable en Bosnie-Herzgovine.

Lorsque j'envisage les six prochains mois de la mission de la SFOR, je suis bien certain que nous saurons poursuivre avec succs l'accomplissement de nos tches militaires et soutenir l'effort des organismes civils. A la lumire d'vnements rcents et des discussions ministrielles Bruxelles et lors de la runion du Conseil de mise en uvre de la paix tenue Bonn, en dcembre dernier, quelques priorits se sont clairement dgages.

La scurit publique



Soldats nerlandais de la SFOR discutant avec deux policiers du GIP au centre de la Bosnie-Herzgovine, en dcembre dernier.
AP (47Kb)
La SFOR soutient activement le programme de restructuration de la police du GIP. Il a trs bien fonctionn dans la Fdration, mais a dans un premier temps t bloqu, dans la Republika Srpska, par l'attitude fort peu cooprative des autorits de Pale. Aux termes de l'Annexe 1-A de l'Accord de paix de Dayton, la SFOR est directement responsable de la " Police spcialise " - c'est--dire des forces paramilitaires. Le Commandant de la SFOR a clairement indiqu qu'il les surveillerait de prs jusqu' ce qu'elles aient t soumises la restructuration prvue par le GIP. Dans la Fdration, ce processus a t respect, et la rorganisation a galement commenc dans la Republika Srpska. La mise en place d'une force de police fiable, structure dmocratique, est une des conditions essentielles au rtablissement de la stabilit en Bosnie-Herzgovine et conditionne le retour des rfugis et des personnes dplaces dans des zones o ils feront partie de la minorit ethnique. C'est l un des objectifs majeurs pour 1998.

La criminalit organise et la corruption

Il s'agit d'un point troitement li au problme du maintien de l'ordre. Dans la Republika Srpska, en particulier, ce sont la contrebande et divers autres types de corruption qui ont permis de payer les policiers, lesquels ont fini par considrer qu'ils taient davantage au service des trafiquants que de la population. D'o une corruption accrue et l'intimidation des forces d'opposition. La communaut internationale s'est engage briser ce cercle vicieux afin de crer une socit plus libre et de contribuer assurer que les organes d'Etat lgitimes reoivent bien les fonds qui leur sont destins, pour qu'ils puissent ensuite les utiliser dans l'intrt de tous. La communaut internationale affronte aussi de plus en plus vigoureusement d'autres cas de criminalit organise, comme Mostar, la SFOR est prte lui apporter son aide, dans les limites de son mandat.

Favoriser l'impartialit des mdias

En l'absence de mdias impartiaux et de comptes rendus exacts des vnements, il sera difficile de consolider la paix. Malheureusement, une bonne partie des mdias d'Etat en Bosnie-Herzgovine manque d'impartialit, et certains prsentateurs de la radio et de la tlvision ont mme t ouvertement hostiles la SFOR et au processus de paix. Les mdias dpendant des autorits de la Republika Srpska sont tout particulirement en cause. C'est pourquoi, la demande du Haut Reprsentant, M. l'Ambassadeur Westendorp, et en vertu du mandat qui lui avait t confr par le Conseil de l'Atlantique Nord, la SFOR s'est empare de cinq tours de diffusion dans cette entit, o les mdias d'Etat continuaient d'mettre des informations hostiles en dpit de mises en garde sans ambigut de M. Westendorp. A la suite d'un acte de sabotage qui aurait coup toute rception radiotlvise dans une partie du pays, la SFOR a jou un rle crucial dans l'tablissement de liaisons satellites et hyperfrquences qui ont permis de maintenir l'mission d'informations non malveillantes depuis le studio de Banja Luka, dans la Republika Srpska. Le Bureau du Haut Reprsentant a conu un plan de restructuration des mdias qui vise liminer toute influence partisane directe sur la tlvision de la R.S. et favoriser un comportement refltant des normes de conduite des mdias reconnues l'chelle internationale. La SFOR continuera de soutenir cette importante initiative et appuie aussi directement l'extension de nouveaux mdias comme l'Open Broadcast Network.

Un engagement en faveur de la paix

Comme de rcentes dclarations ministrielles l'ont clairement indiqu, la communaut internationale demeure rsolument attache au principe selon lequel tous ceux qui ont t accuss de crimes de guerre doivent tre dfrs devant le Tribunal pnal international de La Haye. Les troupes de la SFOR continueront donc suivre les instructions qui leur sont donnes et apprhender tout accus qu'elles rencontreront en accomplissant leurs tches.

C'est avec confiance que j'envisage les dfis venir dans les prochains mois. Les troupes d'infanterie et de marine, ainsi que les armes de mer et de l'air de la SFOR - c'est--dire de Alliance atlantique, de ses partenaires et de ses amis, uvrant ensemble comme cela ne s'tait encore jamais vu dans l'histoire - ont prouv maintes reprises qu'elles mritent notre confiance et notre respect. Elles ont pay trs cher cet engagement, qui a notamment cot soixante-seize vies. Et tandis que nous poursuivrons nos efforts pour forger, avec fermet et quit, une paix durable, jamais nous n'oublierons ce sacrifice.


Back to Index Back to Homepage Go to Next Page