Edition Web
Vol. 46 - No. 1
Printemps 1998
pp. 10-14

La nouvelle structure de commandement militaire de l'OTAN

Gnral Klaus Naumann

Prsident du Comit militaire




Le Gnral Naumann ( gauche), avec le Gnral Wesley Clark, SACEUR, lors de l'exercice "Allied Effort '97" Mnster, Allemagne, en novembre dernier.
Photo OTAN (30Kb)
En dcembre dernier, les ministres de la Dfense de l'OTAN ont arrt une nouvelle structure de commandement militaire, cristallisant ainsi les progrs accomplis tout au long d'un processus engag en 1994. La nouvelle structure rpondra avec efficacit et rentabilit aux besoins militaires de l'Alliance au cours du sicle prochain. Cependant, il reste beaucoup faire au stade de la mise en uvre, et les questions de personnel, d'infrastructure, de tlcommunications et de ressources demandent encore tre rgles. Dans cet article, le Gnral Naumann prsente les tapes qui ont men cet accord ainsi que les grandes lignes de la configuration de la nouvelle structure.

Aprs vingt mois de travaux intenses, le Comit militaire de l'OTAN a propos une nouvelle structure de commandement militaire aux ministres de la Dfense le 2 dcembre 1997. Ceux-ci ont approuv cette nouvelle structure dans son ensemble et, en particulier le type, le nombre et l'emplacement des quartiers gnraux. Aprs cette rorganisation, les 65 quartiers gnraux seront rduits 20. La nouvelle structure comportera deux commandements stratgiques (SC), un pour l'Atlantique, et l'autre pour l'Europe, avec trois commandements rgionaux dans le cadre du SC Atlantique et deux pour le SC Europe. Des commandements de composantes et des commandements sous-rgionaux interarmes dpendront des commandements rgionaux d'Europe.

La nouvelle structure permettra l'Alliance de remplir tous ses rles et missions avec plus d'efficacit et de souplesse, tout en confrant des responsabilits appropries aux Allis participants. Elle permettra aussi un certain engagement des pays partenaires et facilitera l'intgration des futurs nouveaux membres dans les structures militaires de l'Alliance. Les ministres de la Dfense ont charg les autorits militaires de l'OTAN d'tablir un plan dtaill pour le passage cette nouvelle structure de commandement, afin que les ministres l'examinent l'automne 1998.

Le processus d'adaptation interne


AP photo (27Kb)

La conception de la nouvelle structure de commandement de l'Alliance constitue l'un des trois grands domaines interdpendants de l'adaptation interne de l'OTAN, les deux autres tant la mise en uvre du concept des Groupes de forces interarmes multinationales (GFIM) et la construction de l'Identit europenne de scurit et de dfense (IESD) l'intrieur de l'Alliance. Cette adaptation, qui s'appuie sur les rductions et la restructuration des forces militaires de l'Alliance engages ces dernires annes, lui donnera les moyens de rpondre aux dfis venir.

Ce processus remonte la Dclaration de Londres, en juillet 1990, dans laquelle les Chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'OTAN ont appel un processus d'adaptation la mesure des changements qui remodelaient l'Europe. Cela a marqu, dans l'histoire de l'Alliance, un tournant qui a men l'adoption du nouveau Concept stratgique de l'Alliance en novembre 1991, avec l'introduction d'une perspective largie de la scurit. En janvier 1994, les Chefs d'Etat et de gouvernement ont demand une nouvelle tude des structures et procdures politiques et militaires de l'Alliance afin de les laborer et de les adapter ses missions, y compris dans le domaine du maintien de la paix, mais avec davantage d'efficacit et de souplesse.

C'est ainsi qu'en septembre 1994 le Comit militaire a entam une Etude long terme pour examiner la Structure militaire intgre et pour avancer " des propositions de changement des structures de forces, des structures de commandement et des infrastructures communes de l'Alliance ". Alors que les travaux progressaient sur cette tude, les ministres des Affaires trangres donnrent d'autres directives capitales lors de leur runion de Berlin, en juin 1996, o ils dfinirent la porte des missions de l'OTAN que la nouvelle structure devra assumer.

A Berlin, les ministres des Affaires trangres ont dclar qu'une partie essentielle de l'adaptation de l'Alliance consiste construire l'intrieur de l'OTAN une Identit europenne de scurit et de dfense qui permette tous les Allis europens d'apporter une contribution plus cohrente et plus efficace aux missions et activits de l'Alliance en tant qu'expression des responsabilits partages, d'agir d'eux-mmes selon les besoins, ainsi que de renforcer le partenariat transatlantique. Ils ont galement appel au dveloppement de l'aptitude de l'OTAN remplir de nouveaux rles et de nouvelles missions touchant la prvention des conflits, la gestion des crises, et l'intensification de ses efforts contre la prolifration des armes de destruction massive et de leurs vecteurs, tout en maintenant sa capacit de dfense collective. Ces initiatives devaient tre compltes par un accroissement de la contribution de l'Alliance la scurit et la stabilit dans l'ensemble de la zone euro-atlantique en largissant et en approfondissant le dialogue et la coopration avec les Partenaires.

Le fait que cette impulsion essentielle concernant les travaux du Comit militaire sur l'adaptation interne ait t donne seize laissa penser que la France et l'Espagne dcideraient de rejoindre la nouvelle structure militaire et en effet, en dcembre 1997, l'Espagne annona son intention de le faire ds que possible. En revanche la France, qui participe pleinement aux travaux du Comit militaire sur l'adaptation interne, a indiqu n'tre pas en mesure de participer pleinement aux structures intgres de l'OTAN. Elle a nanmoins raffirm son soutien au processus d'adaptation interne engag.

La nouvelle structure de commandement militaire de l'OTAN

Dans le cadre des efforts d'adaptation de l'Alliance destins amliorer sa capacit de remplir ses rles et missions, trois objectifs fondamentaux devaient tre raliss : il fallait assurer l'efficacit militaire de l'OTAN ; prserver le lien transatlantique ; et dvelopper l'Identit europenne de scurit et de dfense (IESD) l'intrieur de l'Alliance. De surcrot, toutes ces missions devaient tre conduites par une mme entit, capable d'accomplir des fonctions multiples.

Le premier impratif dans l'laboration d'une nouvelle structure, tait qu'elle soit axe sur les missions. Elle devrait donner l'OTAN la capacit de remplir toute la gamme des rles et missions de l'Alliance, de sa mission traditionnelle de dfense collective des rles nouveaux, dans des contextes volutifs, y compris des missions ne relevant pas de l'Article 5, comme des oprations de soutien de la paix. En outre, il fallait galement prendre en compte les critres de souplesse, d'efficacit des forces, de cohsion de l'Alliance, de multinationalit et de cot.

La nouvelle structure devait par ailleurs prendre en considration les besoins relatifs l'IESD et aux Groupes de forces interarmes multinationales. Pour l'Alliance, le minimum requis afin de planifier tait le principe selon lequel au moins deux quartiers gnraux (QG) de GFIM seraient en mesure d'entreprendre des oprations grande chelle. Ce dispositif serait complt par la capacit de former un certain nombre de QG de GFIM terrestres et maritimes plus rduits, en mesure de commander des forces terrestres l'chelle de la brigade ou de la division comportant des composantes maritimes et ariennes de mme proportion. Etant donn que les essais de GFIM ne sont pas achevs, la structure propose devait pouvoir rpondre aux besoins lis aux noyaux de QG de GFIM et fournir le personnel d'tat-majors des QG de GFIM pour des missions conduites par l'OTAN ou par l'UEO.

En outre, la nouvelle structure devait prsenter un potentiel de croissance et la souplesse indispensable pour accueillir de nouveaux pays membres, au cas par cas, sans qu'une rorganisation majeure ne soit ncessaire, et devait galement permettre une participation approprie des pays partenaires. Dans ces conditions, il a t dcid que l'adhsion de la Hongrie, de la Pologne et de la Rpublique tchque n'impliquait pas la mise en place d'tats-majors supplmentaires de l'OTAN.

Les nouveaux quartiers gnraux

Le nombre et l'emplacement des quartiers gnraux des commandements stratgiques (SC), des commandements rgionaux (RC), des commandements de composante (CC) et des commandements sous-rgionaux interarmes (JSRC) de la nouvelle structure de commandement militaire sont indiqus sur le schma pages 12 et 13.

Le Commandement stratgique pour l'Atlantique, Norfolk (Virginie, E.U.), est responsable de l'ensemble de la planification, de l'orientation et de la conduite de toutes les activits/affaires militaires de l'Alliance l'intrieur de sa zone de commandement et au-del, sur mandat. Dans son cadre, les commandements rgionaux sont directement responsables de la planification et de l'excution de toutes les activits/affaires militaires de l'Alliance, y compris de tches dlgues dans la zone de responsabilit (AOR) du SC Atlantique et, le cas chant, au-del. Les commandements subordonns du SC Atlantique sont les suivants:

  • le RC Ouest, Norfolk (Etats-Unis), se concentre sur la partie occidentale de l'AOR Atlantique ;

  • le RC Est, Northwood (Royaume Uni), se concentre sur la partie nord-est et orientale de l'AOR du SC Atlantique. Il inclut l'Islande, et dpend galement du CC Nav du SC Europe ;

  • le RC Sud-Est, Lisbonne (Portugal), se concentre sur la partie sud-est de l'AOR du SC Atlantique et inclut le territoire portugais ;

  • le QG de la flotte d'intervention de l'Atlantique (STRIKFLTLANT), qui dpend directement du SC Atlantique, est une capacit de frappe navale et un QG de GFIM susceptible de rpondre rapidement aux besoins de l'Alliance sur son territoire et au-del ;

  • le QG du commandement des forces sous-marines allies de l'Atlantique (SUBACLANT) est une capacit de coordination du SC Atlantique et un lien direct avec le SC Europe en matire de gestion de la politique et de la doctrine de l'Alliance dans le domaine des sous-marins. Il s'agit essentiellement d'une autorit de coordination et de la principale source de la doctrine oprationnelle et tactique, pour les deux SC, s'agissant des activits sous-marines.

Le Commandement stratgique pour l'Europe, Mons, en Belgique, est responsable de l'ensemble de la planification, de l'orientation et de la conduite de toutes les activits/affaires militaires de l'Alliance l'intrieur de sa zone de commandement et au-del, sur mandat. Il a deux commandements rgionaux subordonns :

  • le RC Nord, Brunssum, aux Pays-Bas, commande la rgion nord du SC Europe. Il est directement responsable devant celui-ci de la planification et de l'excution de toutes les activits/affaires militaires de l'Alliance, y compris de tches dlgues dans la rgion Nord et, le cas chant, au-del. Les commandements subordonns suivants dpendent directement du commandant du RC Nord : le Commandement de composante Air Nord, Ramstein, en Allemagne, et le Commandement de composante Nav Nord, Northwood, au Royaume-Uni, ainsi que trois commandements sous-rgionaux interarmes - Centre, Heidelberg, en Allemagne, Nord-Est Karup, au Danemark, et Nord Stavanger, en Norvge.

  • le RC Sud, Naples, en Italie, commande la rgion Sud. Ses responsabilits sont semblables celles du RC Nord et il inclut les commandements subordonns suivants : deux commandements de composante, Air et Naval, Naples, en Italie, ainsi que quatre commandements sous-rgionaux interarmes - Sud-Centre Larissa, en Grce, Sud-Est Izmir, en Turquie, Sud-Ouest Madrid, en Espagne, et Sud Vrone, en Italie.

Les nouveaux concepts de
commandement et de contrle

En outre, l'OTAN a mis au point de nouveaux concepts d'interrelations afin d'organiser la dynamique de la coordination, dans l'accomplissement de tous les rles et missions de l'Alliance, entre les diffrents niveaux de commandement l'intrieur de la nouvelle structure militaire. Ils dfinissent une approche plus souple de la conduite des missions de l'OTAN avec une structure de commandement multifonctionnelle allge face au nouvel environnement de scurit. Ces nouveaux concepts incluent, entre autres :

  • La relation de commandement soutenu-soutenant, qui constitue l'un des points forts des concepts d'interrelation et donne au Conseil de l'Atlantique Nord, au Comit militaire et aux commandants tous les chelons, une plus grande souplesse dans le transfert du poids de l'effort en fonction des lments dcisifs et de l'ordonnancement de toutes les activits de l'Alliance. De plus, cette caractristique de la nouvelle structure de commandement relie les deux commandements stratgiques plus fortement qu'auparavant. Elle accrot la souplesse de l'OTAN et, surtout, lui permet de remplir son rle.

  • La conduite des activits/oprations de l'Alliance au niveau rgional, qui tiendra galement compte de l'interdpendance entre les rgions. Les travaux sur la nouvelle structure de commandement ont accentu la ncessit que les QG des rgions puissent la fois recevoir des forces et soutenir des renforts inter/intrargionaux.

  • La souplesse adopte l'gard des mesures de commandement et de contrle (C2), comme les frontires, les lignes de coordination et l'organisation en phases, qui facilitera grandement la conduite d'exercices et d'oprations. Ainsi, au SC Europe, en temps de paix, seules les mesures de C2 ncessaires pour mener les oprations quotidiennes en temps de paix au niveau du SC et des RC devront tre appliques en permanence et/ou cres. C'est pourquoi il n'y a pas besoin d'instaurer des frontires permanentes en-dessous du niveau des RC au sein du SC Europe. De mme, tant donn que le SC Atlantique ne comporte pas d'chelon de commandement subordonn, il n'y a pas de zones de responsabilit de niveau RC l'intrieur du SC Atlantique.

  • Une plus grande attention porte la multinationalit en ce qui concerne le personnel des nouveaux quartiers-gnraux. Elle pourra dboucher sur la reprsentation de tous les pays membres au niveau des SC, sur une reprsentation croise des pays proches des RC qui accrotra la capacit de renforcement initiale, et sur une plus large participation au niveau des commandements sous-rgionaux interarmes (JSRC), qui permettra une reprsentation quitable des pays voisins d'un pays hte d'un QG de JSRC.

Les GFIM et l'IESD


Le Gnral Naumann visitant le poste de commandement mobile lors de la phase d'essai de GFIM de l'exercice "Allied Effort '97".
Photo OTAN (63Kb)

D'aprs les travaux effectus ce jour sur les GFIM et en attendant le rsultat des essais de QG de GFIM, la nouvelle structure de commandement militaire devrait tre en mesure de satisfaire aux exigences prvues concernant ces groupes de forces. Les travaux de planification en cours sur les fiches descriptives de missions illustratives de l'UEO, les dispositifs de commandement europen et l'apport de moyens et de capacits pour des oprations menes par l'UEO sont galement en bonne voie. Sur ce dernier point, il faut raliser rapidement des QG de GFIM et des capacits permanentes de planification et de C2 au sein de la nouvelle structure de commandement, tous deux pouvant, sur dcision ponctuelle du Conseil, soutenir au cas par cas des oprations diriges par l'UEO faisant appel des moyens et des capacits de l'OTAN. Les travaux sur le concept des GFIM se poursuivent, et un essai de GFIM est prvu pour mars 1998 dans le cadre de l'exercice Strong Resolve.

La prochaine phase

La nouvelle structure de commandement a profondment modifi la structure militaire intgre en donnant l'Alliance les moyens de remplir toute la gamme de ses rles et missions. Il ne fait aucun doute, du point de vue politico- militaire, qu'elle sera efficace et viable sur le plan oprationnel. En outre, elle facilitera l'intgration de nouveaux membres et rpondra aux besoins du Partenariat pour la paix renforc. Il reste nanmoins beaucoup faire. En effet, lors de la phase de mise en uvre, il va falloir aborder des questions comme le personnel, les infrastructures, les tlcommunications et les ressources. Au printemps 1998, le Comit militaire en session des chefs d'tat-major tudiera un Plan prliminaire qui devrait aboutir un Plan de mise en uvre dtaill visant l'activation de tous les QG prvus dans la nouvelle structure de commandement autour du cinquantime anniversaire de l'OTAN, en avril 1999.

Considrant ce qui a dj t ralis, je peux affirmer en toute confiance que la nouvelle structure de commandement militaire de l'OTAN tiendra ses promesses en donnant l'Alliance les moyens de relever les dfis du sicle prochain.


Back to Index Back to Homepage Go to Next Page