Critique d’un ouvrage sur la médecine et la guerre moderne

Isabel Fernandez, responsable de la Bibliothèque multimédia de l’OTAN

Selon Hippocrate, « la guerre est la seule véritable école du chirurgien ». L’influence réciproque de la guerre et de la médecine fait encore débat aujourd’hui. L’un des principaux ouvrages sur le rôle de la médecine de guerre, Medicine and Modern Warfare, est paru en 1999, à l’aube du XXIe siècle.

map_03

Ce livre apporte un éclairage précieux sur la corrélation entre guerre et médecine, à travers une série de prismes nationaux sur près de cent ans (de 1850 à 1945). Ces cent ans ont peut-être bien été les plus sanglants de toute l’histoire, mais ce sont aussi ceux où les progrès de la médecine dans un contexte de guerre ont été les plus marqués.

map_13

Il arrive que la guerre fasse progresser la médecine et favorise l’innovation dans le domaine, ou ait pour effet de concentrer la recherche sur des affections précises. C’est en substance ce qui s’est passé au XXe siècle, au cours duquel les disciplines médicales se sont multipliées, tandis que les souffrances atroces endurées par les hommes ont donné lieu à des innovations médicales (avant le début du XXe siècle, la guerre frappait davantage les soldats que la population civile).

Un aspect de la médecine du temps de guerre qui intéresse plus particulièrement les historiens est le détournement de l’autorité et du savoir des médecins à des fins criminelles (des médecins ont ainsi participé délibérément à des expérimentations sur l’homme dans des camps de concentration nazis et dans des unités japonaises de guerre bactériologique). Les priorités de la recherche ont évolué en même temps que le rôle de l’armée et de la médecine – en fonction essentiellement de l’existence ou non de la conscription (une grande armée de conscrits ne requiert pas la même prise en charge médicale qu’une petite armée de professionnels).

map_23

L’ouvrage relate diverses expériences médicales sur différents champs de bataille, abordant tant la « médicalisation » de la guerre que la « militarisation » de la médecine. Il reste d’actualité aujourd’hui en ce qu’il démonte les clichés véhiculés, notamment, sur la corrélation entre guerre et maladies vénériennes ou entre guerre et traumatismes, de sorte qu’il a contribué à des études menées ultérieurement sur les traumatismes replacés dans le contexte historique.

map_33

L’un des chapitres du livre retrace l’histoire des maladies sexuellement transmissibles au Royaume-Uni à travers la guerre (de 1850 à 1950). La population craignait davantage les maladies vénériennes en période de conflit, probablement parce qu’elle les considérait comme le résultat du brassage des mondes militaire et civil en temps de guerre, brassage qui est bien moins marqué en temps de paix. Si la lutte contre ces maladies était considérée comme un problème purement militaire en temps normal, avec la guerre, on y a vu de plus en plus un problème général concernant l’ensemble de la population.

map_43

L’étude sur le sexe et le soldat-citoyen (Sex and the Citizen Soldier) exposée dans l’ouvrage dépeint la guerre comme une crise sociale. Sans contester l’idée généralement admise que la Seconde Guerre mondiale a conduit à une libéralisation de l’opinion sur les maladies sexuellement transmissibles, l’étude avance que des cercles influents de la société britannique ont cherché à reprendre le contrôle du corps des citoyens (surtout des soldats et des prostituées) au nom de la santé, de la démocratie et du civisme. La transmission de maladies vénériennes était présentée non pas tant comme une offense à Dieu que comme un outrage à l’État.

map_53

La sécularisation de la lutte contre les maladies vénériennes durant la Seconde Guerre mondiale a marqué l’apogée d’une tendance perceptible depuis la Première Guerre mondiale. Le non-respect des consignes d’hygiène par les soldats britanniques a conduit les autorités militaires du Royaume-Uni et des autres Alliés à changer de méthode après 1942. Elles ont ainsi fermé les maisons closes de l’armée et ont interdit aux soldats de fréquenter les maisons closes civiles. Cependant, ce qui préoccupait désormais les autorités militaires, ce n’étaient pas tant les conséquences des maladies vénériennes sur les opérations militaires que les répercussions politiques et disciplinaires d’un taux élevé d’infection vénérienne, qui ternissait la réputation des Britanniques et leur image (la « britannicité ») chez eux et à l’étranger.

La Première Guerre mondiale suscite bien plus que toute autre guerre l’intérêt des historiens de la médecine (qui, depuis peu, s’intéressent surtout au phénomène de l’« obusite », une forme de stress post-traumatique). La Seconde Guerre mondiale, en revanche, n’a guère été abordée sous cet angle, les aspects médicaux de la guerre ayant fait l’objet de très peu d’écrits depuis la parution des récits officiels dans les années 1950 et 1960, et ce en dépit de la contribution importante de la médecine à la victoire militaire. En effet, les technologies médicales mises au point et utilisées durant la guerre 1939-1945 (transfusions sanguines en série, nouveaux médicaments et nouvelles thérapies, etc.) ont eu leur importance, mais pas autant que la mutation des rapports entre les mondes militaire et médical, qui a fait de la médecine une ressource technique incontournable.

map_63

Le chapitre consacré à la psychiatrie américaine pendant et après la Seconde Guerre mondiale met en évidence le changement profond d’opinion qui s’est opéré entre 1945 et le début de la Guerre froide au sujet des victimes psychiatriques de la guerre. Durant la guerre, les soldats souffrant de névroses d’angoisse et d’autres troubles psychiques liés au combat étaient pris en charge par des psychiatres militaires, qui étaient au fait des conditions régnant au front et considéraient l’angoisse comme une réaction naturelle aux affres du combat. Ces médecins militaires savaient, intuitivement à l’époque, qu’il fallait considérer certains comportements supposément anormaux comme étant normaux en comparaison de la folie de la guerre, qui rendait ténue la frontière entre folie et normalité.

map_73

Après la guerre, des psychiatres-psychanalystes qui n’avaient aucune expérience du combat ont imputé les troubles mentaux des anciens soldats non pas au traumatisme subi sur le champ de bataille mais à une prédisposition innée (la faute aux mères de ces jeunes hommes, accusées de les avoir protégés à l’excès et d’avoir réprimé la masculinité de l’Américain). Les anciens soldats furent ainsi privés de la possibilité de parler de leur expérience de la guerre.

Pour illustrer les graves séquelles de ce silence contraint sur le malade, l’ouvrage évoque le roman Voyage au bout de la nuit, de L.-F. Céline, dans lequel Bardamu, soldat durant la Grande Guerre, ne peut faire part à personne de son traumatisme, de son opposition à la guerre et de sa souffrance, ni aux militaires, ni aux médecins, ni même aux civils. Il ne peut le faire en raison du discours officiel en vigueur durant la guerre, qui exalte la bravoure de l’homme, le patriotisme et le sacrifice à l’effort de guerre.

Bardamu n’a pas la possibilité d’exprimer par des mots l’effroi qu’il ressent en permanence – il ne peut que se murer dans le silence et tomber malade. C’est là un problème médical qui reste on ne peut plus d’actualité. L’épigraphe de Histoire et trauma – La folie des guerres, livre écrit par deux psychanalystes français (F. Davoine et J.-M. Gaudillière) et paru d’abord en anglais en 2004 à New York, dit ceci : « Ce qu’on ne peut pas dire, on ne peut pas le taire ». Cette maxime aide peut-être à comprendre pourquoi le thème de prédilection des études actuelles sur les guerres est le syndrome de stress post-traumatique chez les soldats et les vétérans.

map_83
A propos de l'auteur

Isabel Fernandez est responsable de la Bibliothèque multimédia de l’OTAN. Française née en Espagne, elle a décroché son diplôme d’histoire et de bibliothéconomie en France à la fin des années 1990. Cela fait cinq ans et demi qu’Isabel gère la Bibliothèque multimédia du siège de l’OTAN. Site internet : http://www.nato.int/library