OTAN-Russie : bis repetit
La tribune des experts

OTAN-Russie : bis repetita reset ?

Pour Konstantin von Eggert, les gros titres sur les tensions entre les pays de l’OTAN et la Russie ne doivent pas retenir l’attention. Selon lui, c’est la coopération discrète que mènent régulièrement l’Alliance et la Russie en coulisse qui leur permettra d’améliorer leurs relations à long terme.

OTAN-Russie : bis repetita reset ?

Y a-t-il eu un « reset du reset » ?

Je n’aime pas le mot reset.

Il est trop politisé à mes yeux.

Les Russes aiment à dire

qu’il a été inventé

par l’administration Obama.

Nous n’avons jamais

parlé de reset.

Les Russes prennent conscience

que l’OTAN va perdurer,

et l’OTAN que la Russie

ne risque guère d’adhérer

à l’Alliance dans un avenir proche.

Il leur faut pourtant collaborer.

Plus de 15 ans se sont écoulés

depuis la signature, en 1997,

de l’acte fondateur qui régit

les relations OTAN-Russie.

Et je pense, en dépit

de ce qui se passe

dans la sphère politique,

qu’il faut agir sur le terrain,

pas à pas, par exemple

avec un exercice,

un échange de délégations...

Cette coopération va se poursuivre,

chaque avancée apportant

peu à peu une pierre à un édifice

qui pourrait, in fine, évoluer

lorsque le changement politique

interviendra en Russie.

Son rôle à l'échelle mondiale

convient-il à la Russie ?

Oui, elle n’est plus la 2e

puissance mondiale,

mais elle reste un acteur majeur.

Le gouvernement russe finira bien

par revenir à

une idée plus concrète,

plus réaliste, de ce qu’il peut faire

ou ne pas faire à l’échelle

du monde.

Ses crises économiques et politiques

des toutes dernières années

lui ont fait ramener ses ambitions

à un niveau plus réaliste,

mais avec l’évolution

de sa politique intérieure,

la Russie va probablement

gagner en respect de soi

et elle sera davantage en paix

avec ses voisins et le reste du monde,

mais aussi avec elle même.

OTAN-Russie : bis repetita reset ?

Y a-t-il eu un « reset du reset » ?

Je n’aime pas le mot reset.

Il est trop politisé à mes yeux.

Les Russes aiment à dire

qu’il a été inventé

par l’administration Obama.

Nous n’avons jamais

parlé de reset.

Les Russes prennent conscience

que l’OTAN va perdurer,

et l’OTAN que la Russie

ne risque guère d’adhérer

à l’Alliance dans un avenir proche.

Il leur faut pourtant collaborer.

Plus de 15 ans se sont écoulés

depuis la signature, en 1997,

de l’acte fondateur qui régit

les relations OTAN-Russie.

Et je pense, en dépit

de ce qui se passe

dans la sphère politique,

qu’il faut agir sur le terrain,

pas à pas, par exemple

avec un exercice,

un échange de délégations...

Cette coopération va se poursuivre,

chaque avancée apportant

peu à peu une pierre à un édifice

qui pourrait, in fine, évoluer

lorsque le changement politique

interviendra en Russie.

Son rôle à l'échelle mondiale

convient-il à la Russie ?

Oui, elle n’est plus la 2e

puissance mondiale,

mais elle reste un acteur majeur.

Le gouvernement russe finira bien

par revenir à

une idée plus concrète,

plus réaliste, de ce qu’il peut faire

ou ne pas faire à l’échelle

du monde.

Ses crises économiques et politiques

des toutes dernières années

lui ont fait ramener ses ambitions

à un niveau plus réaliste,

mais avec l’évolution

de sa politique intérieure,

la Russie va probablement

gagner en respect de soi

et elle sera davantage en paix

avec ses voisins et le reste du monde,

mais aussi avec elle même.

citations
S.M. la Reine Elizabeth II
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
Quoi que la vie nous réserve, notre réaction individuelle n'en sera que plus forte
si nous unissons nos efforts et partageons le fardeau
À PROPOS
Go to
NATO A to Z
NATO Multimedia Library
NATO Channel
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube