La défense intelligente e
La tribune des experts
Ce mois-ci dans la
Revue de l'OTAN
La défense intelligente en action
On a beaucoup parlé de la défense intelligente, de son utilité pour combler les lacunes existantes, faire des économies et s'adapter à la crise économique. Mais ce numéro de la Revue de l'OTAN va au-delà des mots: il montre ce qui se fait dans ce domaine. Présenter la défense intelligente en action, les gains et les collaborations qu'elle rend possibles, les mentalités qu'elle bouscule, telle est sans doute la meilleure publicité pour la pérenniser
BIENTÔT DANS LA
Revue de l'OTAN
On the move?
Optimized for
Smartphone and PDA
Bien que les hélicoptères soient souvent coûteux, gourmands en maintenance et délicats à piloter, les forces armées savent qu'elles ne peuvent pas s’en passer. Que ce soit pour déployer des troupes ou pour évacuer des blessés, les hélicoptères sont souvent le choix incontournable. La Revue de l'OTAN explique pourquoi les pays ont toujours besoin de ces « voilures tournantes » et ce qu’ils font pour en faciliter l’utilisation en commun.
De vastes quantités de matériels acheminés en Afghanistan pendant plus de dix ans doivent maintenant être rapatriés dans les douze mois. Pour accomplir cette tâche, des moyens spécialisés sont nécessaires, parmi lesquels des avions très gros porteurs. La Revue de l'OTAN examine comment plusieurs pays partagent ces moyens de façon à économiser temps et argent.
L’OTAN rapatrie d'Afghanistan d’énormes quantités d’équipements – en partie par voie aérienne. L’infographie ci-dessous montre comment certains pays utilisent l'avion Rouslan à cette fin – et pourquoi cela est tellement important.
Comment la défense intelligente se concrétise-t-elle ? Que va-t-elle changer en pratique ? Voici huit exemples de projets et ce qu'on peut en attendre.
L'un des projets de défense intelligente de l'OTAN concerne l'acheminement des carburants sur les théâtres d'opération. Nathalie Tocabens enquête sur la méthode adoptée par l'état-major des armées françaises pour faire avancer cette initiative.
Nouveau sur ce site?

Il est tout de même un peu étrange qu'à l'ère numérique du « partageons-presque-tout », l'un des principaux problèmes que les pays occidentaux rencontrent dans le domaine de la defense soit - justement - l'incapacité de partager plus. Pas une seule vidéo, pas une seule chanson, pas même une seule photo, n'est devenue un hit ou n'a créé le buzz sans devoir en partie son succès au fait que les gens l'ont partagée. Facebook et Twitter - deux sociétés qui n'existaient même pas il y a 10 ans - doivent leur étourdissante réussite directement au désir de partage qui anime les internautes.

Mais dès que c'est entre pays ou entre forces armées qu'il s'agit de partager, ce désir s'émousse. Les raisons de ce phénomène sont bien connues.

Il est tout de même un peu étrange qu'à l'ère numérique du « partageons-presque-tout », l'un des principaux problèmes que les pays occidentaux rencontrent dans le domaine de la defense soit - justement - l'incapacité de partager plus. Pas une seule vidéo, pas une seule chanson, pas même une seule photo, n'est devenue un hit ou n'a créé le buzz sans devoir en partie son succès au fait que les gens l'ont partagée. Facebook et Twitter - deux sociétés qui n'existaient même pas il y a 10 ans - doivent leur étourdissante réussite directement au désir de partage qui anime les internautes.

Mais dès que c'est entre pays ou entre forces armées qu'il s'agit de partager, ce désir s'émousse. Les raisons de ce phénomène sont bien connues. Certains des équipements que beaucoup veulent partager sont chers. On n'a pas tous forcément envie de dépendre d'un autre pays pour ses capacités - en particulier si l'on ne peut être sûr que cet autre pays acceptera de voir ses propres capacités utilisées dans telle ou telle opération. De plus, il est difficile d'avoir une conversation sur la défense intelligente sans que soit brandi l'étendard de la souveraineté. Après tout, que serait un gouvernement ou une armée qui ne pourrait garantir la souveraineté de son propre pays ?

Mais de plus en plus, ces raisons sont contestées. Certains pays posent avec insistance la question de savoir pourquoi deux (ou plusieurs) petits pays voisins dépensent tous des sommes astronomiques pour acquérir des équipements identiques dont ils risquent de ne meme pas avoir besoin. Pourquoi des pays amis ne partagent-ils pas des missions comme la police du ciel, qui ne constituent aucune menace mais permettent de renforcer la coopération régionale ?

Ce sont ces argument-là qui commencent à prendre le dessus - renforcés par les restrictions budgétaires et donc le manque de choix qui affectent les pays. Dans ce numéro de la Revue de l'OTAN, nous allons voir deux exemples de partage ayant déjà permis de générer des économies.

Après l'avoir « partagée », le moment ne serait-il pas venu de « liker » la défense intelligente ?

Paul King

citations
S.M. la Reine Elizabeth II
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
Quoi que la vie nous réserve, notre réaction individuelle n'en sera que plus forte
si nous unissons nos efforts et partageons le fardeau
À PROPOS
Go to
NATO A to Z
NATO Multimedia Library
NATO Channel
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube