Les partenaires comptent.
La tribune des experts

Les partenaires comptent. Quatre ministres des Affaires étrangères s'en expliquent

Qu'est-ce qu'un partenaire ? Pourquoi les partenaires sont-ils importants ? Quatre (ex-)ministres des Affaires étrangères expliquent pourquoi les partenaires jouent un rôle clé dans la sécurité, en quoi ils peuvent aider et ce qu'ils tirent de leur collaboration.

Les partenaires comptent. Quatre ministres s'en expliquent.

Un partenaire, qu'est-ce que c'est ?

Vous voyez ici des images d'opérations de l'OTAN.

Mais aucune des troupes ne viennent de pays de l'OTAN.

Elles viennent de pays partenaires.

Et ces pays sont de plus en plus importants.

Pourquoi ? Quatre ministres des Affaires étrangères,

anciens ou actuels, jeunes ou âgés, de pays OTAN ou partenaires

nous expliquent le rôle croissant des partenaires.

Les partenariats gagnent en importance.

Est-ce une tendance durable, selon vous ?

En tant que ministre italien des Affaires étrangères,

j'ai toujours été partisan des partenariats. Ils apportent beaucoup,

parce qu'il y a de nombreuses régions du monde

où l'OTAN ne peut pas être le "gendarme",

qui intervient toujours et partout.

Nous devons compter sur des partenaires fiables.

Les partenaires sont-ils importants pour les opérations ?

Ils sont très importants

pour plusieurs raisons. La première est pratique.

Plus nos partenaires sont nombreux, plus nous sommes forts.

La deuxième, plus cruciale encore, est politique.

Ils montrent que notre vision du monde ou notre mission

sont comprises et soutenues par des pays non OTAN et non UE.

Cela renforce notre message et notre impact.

Si nous n'aidons pas ces pays

à devenir des partenaires forts,

capables de servir nos objectifs de sécurité communs,

nous manquons un objectif politique fondamental.

En Méditerranée, en Afrique,

au Moyen-Orient dit "élargi", nous avons des partenaires !

Partenariat veut dire partage des coûts.

Dans quelle mesure la crise financière

rend-elle les partenariats plus importants ?

Ne sont-ils pas une nécessité plutôt qu'un choix

parce que l'UE manque d'argent ?

C'est une nécessité, mais pas à cause de l'argent.

Nous trouverons toujours l'argent nécessaire,

mais nous devons montrer

que notre vision du monde est partagée par d'autres.

L'Europe manque d'argent. Que fait-elle pour mieux se défendre ?

Je vais vous dire...

Il y a encore beaucoup d'argent en Europe.

C'est une affaire de volonté. La vraie question est :

Sommes-nous prêts à investir plus pour notre sécurité ?

Puisque les partenaires s'impliquent à ce point dans l'OTAN,

sont-ils traités comme des Etats membres ?

Dans les faits, oui.

Sur le plan politique, non.

Politiquement, fait partie de ce club,

qui compte aujourd'hui 28 Etats,

est décisif pour la manière dont un pays est perçu à l'extérieur.

Vous êtes soit dans l'OTAN, soit en dehors.

Dans le contexte de l'Europe du Sud-Est, c'est essentiel.

Donc, je ne sous-estimerais pas

l'importance de cette formalité.

Qu'en est-il alors de l'UE, qui pourrait être

le premier partenaire de l'OTAN ?

Nous ne pouvons ignorer

qu'il n'existe pas vraiment de cadre officiel

pour la coopération et le partage d'information

entre l'OTAN et l'UE, et ce n'est pas normal.

L'OTAN et l'UE partagent les mêmes valeurs et principes,

Elles sont composées en grande partie des mêmes États.

Cependant, à cause de problèmes bilatéraux,

nous gaspillons un énorme potentiel.

Les partenaires comptent. Quatre ministres s'en expliquent.

Un partenaire, qu'est-ce que c'est ?

Vous voyez ici des images d'opérations de l'OTAN.

Mais aucune des troupes ne viennent de pays de l'OTAN.

Elles viennent de pays partenaires.

Et ces pays sont de plus en plus importants.

Pourquoi ? Quatre ministres des Affaires étrangères,

anciens ou actuels, jeunes ou âgés, de pays OTAN ou partenaires

nous expliquent le rôle croissant des partenaires.

Les partenariats gagnent en importance.

Est-ce une tendance durable, selon vous ?

En tant que ministre italien des Affaires étrangères,

j'ai toujours été partisan des partenariats. Ils apportent beaucoup,

parce qu'il y a de nombreuses régions du monde

où l'OTAN ne peut pas être le "gendarme",

qui intervient toujours et partout.

Nous devons compter sur des partenaires fiables.

Les partenaires sont-ils importants pour les opérations ?

Ils sont très importants

pour plusieurs raisons. La première est pratique.

Plus nos partenaires sont nombreux, plus nous sommes forts.

La deuxième, plus cruciale encore, est politique.

Ils montrent que notre vision du monde ou notre mission

sont comprises et soutenues par des pays non OTAN et non UE.

Cela renforce notre message et notre impact.

Si nous n'aidons pas ces pays

à devenir des partenaires forts,

capables de servir nos objectifs de sécurité communs,

nous manquons un objectif politique fondamental.

En Méditerranée, en Afrique,

au Moyen-Orient dit "élargi", nous avons des partenaires !

Partenariat veut dire partage des coûts.

Dans quelle mesure la crise financière

rend-elle les partenariats plus importants ?

Ne sont-ils pas une nécessité plutôt qu'un choix

parce que l'UE manque d'argent ?

C'est une nécessité, mais pas à cause de l'argent.

Nous trouverons toujours l'argent nécessaire,

mais nous devons montrer

que notre vision du monde est partagée par d'autres.

L'Europe manque d'argent. Que fait-elle pour mieux se défendre ?

Je vais vous dire...

Il y a encore beaucoup d'argent en Europe.

C'est une affaire de volonté. La vraie question est :

Sommes-nous prêts à investir plus pour notre sécurité ?

Puisque les partenaires s'impliquent à ce point dans l'OTAN,

sont-ils traités comme des Etats membres ?

Dans les faits, oui.

Sur le plan politique, non.

Politiquement, fait partie de ce club,

qui compte aujourd'hui 28 Etats,

est décisif pour la manière dont un pays est perçu à l'extérieur.

Vous êtes soit dans l'OTAN, soit en dehors.

Dans le contexte de l'Europe du Sud-Est, c'est essentiel.

Donc, je ne sous-estimerais pas

l'importance de cette formalité.

Qu'en est-il alors de l'UE, qui pourrait être

le premier partenaire de l'OTAN ?

Nous ne pouvons ignorer

qu'il n'existe pas vraiment de cadre officiel

pour la coopération et le partage d'information

entre l'OTAN et l'UE, et ce n'est pas normal.

L'OTAN et l'UE partagent les mêmes valeurs et principes,

Elles sont composées en grande partie des mêmes États.

Cependant, à cause de problèmes bilatéraux,

nous gaspillons un énorme potentiel.

citations
S.M. la Reine Elizabeth II
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
Quoi que la vie nous réserve, notre réaction individuelle n'en sera que plus forte
si nous unissons nos efforts et partageons le fardeau
À PROPOS
Go to
NATO A to Z
NATO Multimedia Library
NATO Channel
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube