Irlande : entre neutralit
La tribune des experts

Irlande : entre neutralité et OTAN

L'Irlande est partenaire de l'OTAN depuis les années 1990. Cette situation est-elle compatible avec la fameuse neutralité irlandaise ? Quels avantages les deux parties en retirent-elles ? Pour répondre à ces questions, la Revue de l'OTAN a interviewé le ministre irlandais de la Défense.

Irlande : entre neutralité et OTAN

Monsieur le ministre, en quoi un partenariat avec l’OTAN

est-il important pour un pays neutre comme l’Irlande ?

L'Irlande a une tradition de neutralité

sur certains aspects des questions internationales.

Mais cette neutralité n’est pas d’une grande utilité

pour faire face aux menaces terroristes ou cybernétiques

et aux autres dangers réels

qui pèsent sur l'Europe et sur l'Irlande.

Pour nous, il est important de participer

au Partenariat pour la paix de l’OTAN.

Depuis 1999, il nous permet d'opérer

au niveau de compétences OTAN. Et nous aide...

à participer à des missions ONU de maintien de la paix.

Les insurgés en Afghanistan font un usage intensif

d’engins explosifs improvisés, ou EEI.

Comment l’expérience unique de l’Irlande

dans la lutte anti-EEI y est-elle utilisée ?

Il s’agit selon moi d’une expertise très précieuse.

Nous dispensons des formations,

et faisons le nécessaire pour neutraliser les EEI.

C’est hélas un art que nous avons dû développer

pendant 30 ans de troubles en Irlande du Nord

et de lutte conte les groupes subversifs

qui utilisaient des EEI.

Bien sûr la paix est largement revenue

mais il reste des contestataires, actifs

dans ce que j’appelle le terrorisme criminel.

Cela nous pose encore un problème,

parce que les EEI sont devenus une arme

pour certains membres de la criminalité organisée,

notamment lors de règlements de comptes entre bandes.

C’est pourquoi nos forces de défense

sont parfois appelées en renfort par la police

pour neutraliser ces armes.

Près de 90 interventions ont eu lieu en 2012.

L’OTAN a un problème d’image dans certains pays neutres.

Et en Irlande ?

Je pense que les Irlandais soutiennent fortement

l’engagement de nos troupes dans des missions de paix.

Notre participation à un partenariat OTAN

n’a donné lieu à aucune difficulté.

À vrai dire, la grande majorité du public

ne s'intéresse pas à tout ça.

Il y a toujours, en Irlande, un petit nombre de gens

qui voient tout sous l’angle idéologique,

et qui montent au créneau à la seule mention de l’OTAN.

Mais nous avons apprécié la présence en Irlande

du secrétaire général de l’OTAN

lors de la réunion informelle

des ministres UE de la Défense,

où ont été abordées des questions d’intérêt commun.

Et c’est bien, car 21 des pays de l'UE sont membres de l’OTAN.

Il a été dit aujourd’hui qu’il faut passer

d’une optique nationale à une optique plus internationale.

Y a-t-il une volonté politique en ce sens ?

Les difficultés financières actuelles

contraignent les pays de l’UE

à chercher comment réduire et maîtriser les dépenses.

Tous les secteurs Défense des ministères

savent que les prochaines années seront marquées

par un gel, voire une diminution des ressources.

Cela donne une impulsion bénéfique pour plus de coopération.

Nous pouvons selon moi être beaucoup plus efficaces,

mieux utiliser les ressources en coopérant plus qu'avant

et en nous focalisant

sur les intérêts communs des États membres européens.

Irlande : entre neutralité et OTAN

Monsieur le ministre, en quoi un partenariat avec l’OTAN

est-il important pour un pays neutre comme l’Irlande ?

L'Irlande a une tradition de neutralité

sur certains aspects des questions internationales.

Mais cette neutralité n’est pas d’une grande utilité

pour faire face aux menaces terroristes ou cybernétiques

et aux autres dangers réels

qui pèsent sur l'Europe et sur l'Irlande.

Pour nous, il est important de participer

au Partenariat pour la paix de l’OTAN.

Depuis 1999, il nous permet d'opérer

au niveau de compétences OTAN. Et nous aide...

à participer à des missions ONU de maintien de la paix.

Les insurgés en Afghanistan font un usage intensif

d’engins explosifs improvisés, ou EEI.

Comment l’expérience unique de l’Irlande

dans la lutte anti-EEI y est-elle utilisée ?

Il s’agit selon moi d’une expertise très précieuse.

Nous dispensons des formations,

et faisons le nécessaire pour neutraliser les EEI.

C’est hélas un art que nous avons dû développer

pendant 30 ans de troubles en Irlande du Nord

et de lutte conte les groupes subversifs

qui utilisaient des EEI.

Bien sûr la paix est largement revenue

mais il reste des contestataires, actifs

dans ce que j’appelle le terrorisme criminel.

Cela nous pose encore un problème,

parce que les EEI sont devenus une arme

pour certains membres de la criminalité organisée,

notamment lors de règlements de comptes entre bandes.

C’est pourquoi nos forces de défense

sont parfois appelées en renfort par la police

pour neutraliser ces armes.

Près de 90 interventions ont eu lieu en 2012.

L’OTAN a un problème d’image dans certains pays neutres.

Et en Irlande ?

Je pense que les Irlandais soutiennent fortement

l’engagement de nos troupes dans des missions de paix.

Notre participation à un partenariat OTAN

n’a donné lieu à aucune difficulté.

À vrai dire, la grande majorité du public

ne s'intéresse pas à tout ça.

Il y a toujours, en Irlande, un petit nombre de gens

qui voient tout sous l’angle idéologique,

et qui montent au créneau à la seule mention de l’OTAN.

Mais nous avons apprécié la présence en Irlande

du secrétaire général de l’OTAN

lors de la réunion informelle

des ministres UE de la Défense,

où ont été abordées des questions d’intérêt commun.

Et c’est bien, car 21 des pays de l'UE sont membres de l’OTAN.

Il a été dit aujourd’hui qu’il faut passer

d’une optique nationale à une optique plus internationale.

Y a-t-il une volonté politique en ce sens ?

Les difficultés financières actuelles

contraignent les pays de l’UE

à chercher comment réduire et maîtriser les dépenses.

Tous les secteurs Défense des ministères

savent que les prochaines années seront marquées

par un gel, voire une diminution des ressources.

Cela donne une impulsion bénéfique pour plus de coopération.

Nous pouvons selon moi être beaucoup plus efficaces,

mieux utiliser les ressources en coopérant plus qu'avant

et en nous focalisant

sur les intérêts communs des États membres européens.

citations
S.M. la Reine Elizabeth II
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
Quoi que la vie nous réserve, notre réaction individuelle n'en sera que plus forte
si nous unissons nos efforts et partageons le fardeau
À PROPOS
Go to
NATO A to Z
NATO Multimedia Library
NATO Channel
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube