Quelles seront les plus g
La tribune des experts

Quelles seront les plus grandes menaces dans les 10 ans à venir ?

Lancer un produit de défense sur le marché prend jusqu'à 10 ans. Alors, selon les chefs de file de l'industrie, de quoi devrions-nous dès à présent nous inquiéter ? Nous avons demandé à six hauts responsables du secteur privé d'où viendraient, à leurs yeux, les menaces majeures.

Full video transcript

Quelles seront les plus grandes menaces

dans les 10 ans à venir ?

Nous avons demandé à

six entreprises-phares de la défense

quelles seraient les plus grandes

menaces dans les 10 ans à venir.

Voici leurs réponses.

Nous ne cernons pas encore

comment protéger les infrastructures

ni comment internet peut leur nuire.

Nous voici à l'entrée

du Bosphore,

voyez toute cette navigation maritime,

il suffirait de peu pour l'altérer,

la gêner,

pour perturber les allées et venues.

C'est donc une menace sérieuse

que nous devons surveiller.

En tant qu'avionneur,

je suis très préoccupé.

Les avions étant de plus en plus

numérisés et électroniques,

nous avons commencé à équiper

d'une cyberprotection

les logiciels de bord.

Car lorsqu'ils approchent

d'un aéroport,

ils commencent à échanger des informations.

Nous devons donc pouvoir protéger

le logiciel de l'avion lui-même.

Beaucoup de problèmes à venir,

rien que pour l'aspect cyber.

Pour moi...

les cybermenaces.

Les nouveaux espaces mondiaux

sont l'internet, les réseaux.

Le moindre de nos objets

dépend de l'informatique.

Toute transaction financière

dépend d'une synchronisation

par satellite.

Toute infrastructure critique

est contrôlée par un réseau ou un autre.

Forcément,

c'est le domaine où

nous aurons des problèmes.

Et nous allons devoir dépenser

une fortune.

Il va y avoir une arrivée massive

de systèmes sans pilote,

pas juste les avions,

mais toute sorte de systèmes.

Il y aura une énorme augmentation

de l'interopérabilité,

de l'interconnectivité de ces systèmes

à mesure qu'ils se déploieront

sur la planète.

Certains ont appelé ça

"l'internet des objets".

Chaque dispositif ou presque

pourra être connecté,

et partager des données sur la toile.

Pas juste votre smartphone :

tout dans votre quotidien

pourra avoir un certain degré de connectivité.

On verra plus de produits à double usage.

Ce qui ne servait qu'à

repérer des cibles ennemies,

peut aujourd'hui vous aider,

comme avec nos satellites,

à mieux comprendre le milieu -

prenons l'Arctique,

où quelqu'un en détresse

pourrait avoir besoin d'être sauvé -

à mieux percevoir les choses.

Je pense qu'on s'appuiera

davantage sur ces outils,

comme on le fait avec un iPhone.

Il y a 10 ans, on n'avait qu'un téléphone.

Nous étudions tous les domaines permettant

à des forces plus réduites

d'être plus efficaces

partout où un conflit est nécessaire.

Que ce soit le commandement,

le renseignement interarmées

ou les réseaux,

tout ce qui "connecte les forces"

et leur permet

de démultiplier les capacités,

est notre priorité.

Du matériel réactif,

une bonne capacité de surveillance,

des moyens mobiles de ciblage précis,

voilà les clés pour l'avenir.

Ce qui, bien sûr,

est lié à l'informatique.

Je pense que c'est probablement

ce vers quoi nous allons

d'après la tendance actuelle.

Le problème, c'est que

les tendances changent vite.

Quelles seront les plus grandes menaces

dans les 10 ans à venir ?

Nous avons demandé à

six entreprises-phares de la défense

quelles seraient les plus grandes

menaces dans les 10 ans à venir.

Voici leurs réponses.

Nous ne cernons pas encore

comment protéger les infrastructures

ni comment internet peut leur nuire.

Nous voici à l'entrée

du Bosphore,

voyez toute cette navigation maritime,

il suffirait de peu pour l'altérer,

la gêner,

pour perturber les allées et venues.

C'est donc une menace sérieuse

que nous devons surveiller.

En tant qu'avionneur,

je suis très préoccupé.

Les avions étant de plus en plus

numérisés et électroniques,

nous avons commencé à équiper

d'une cyberprotection

les logiciels de bord.

Car lorsqu'ils approchent

d'un aéroport,

ils commencent à échanger des informations.

Nous devons donc pouvoir protéger

le logiciel de l'avion lui-même.

Beaucoup de problèmes à venir,

rien que pour l'aspect cyber.

Pour moi...

les cybermenaces.

Les nouveaux espaces mondiaux

sont l'internet, les réseaux.

Le moindre de nos objets

dépend de l'informatique.

Toute transaction financière

dépend d'une synchronisation

par satellite.

Toute infrastructure critique

est contrôlée par un réseau ou un autre.

Forcément,

c'est le domaine où

nous aurons des problèmes.

Et nous allons devoir dépenser

une fortune.

Il va y avoir une arrivée massive

de systèmes sans pilote,

pas juste les avions,

mais toute sorte de systèmes.

Il y aura une énorme augmentation

de l'interopérabilité,

de l'interconnectivité de ces systèmes

à mesure qu'ils se déploieront

sur la planète.

Certains ont appelé ça

"l'internet des objets".

Chaque dispositif ou presque

pourra être connecté,

et partager des données sur la toile.

Pas juste votre smartphone :

tout dans votre quotidien

pourra avoir un certain degré de connectivité.

On verra plus de produits à double usage.

Ce qui ne servait qu'à

repérer des cibles ennemies,

peut aujourd'hui vous aider,

comme avec nos satellites,

à mieux comprendre le milieu -

prenons l'Arctique,

où quelqu'un en détresse

pourrait avoir besoin d'être sauvé -

à mieux percevoir les choses.

Je pense qu'on s'appuiera

davantage sur ces outils,

comme on le fait avec un iPhone.

Il y a 10 ans, on n'avait qu'un téléphone.

Nous étudions tous les domaines permettant

à des forces plus réduites

d'être plus efficaces

partout où un conflit est nécessaire.

Que ce soit le commandement,

le renseignement interarmées

ou les réseaux,

tout ce qui "connecte les forces"

et leur permet

de démultiplier les capacités,

est notre priorité.

Du matériel réactif,

une bonne capacité de surveillance,

des moyens mobiles de ciblage précis,

voilà les clés pour l'avenir.

Ce qui, bien sûr,

est lié à l'informatique.

Je pense que c'est probablement

ce vers quoi nous allons

d'après la tendance actuelle.

Le problème, c'est que

les tendances changent vite.

citations
Ernest Hemingway
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
"Pour savoir si vous pouvez faire confiance à quelqu'un,
le mieux c'est de lui faire confiance."
À PROPOS
Go to
NATO A to Z
NATO Multimedia Library
NATO Channel
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube