La tribune des experts

Turquie : ce que signifient soixante années d’appartenance à l’OTAN

Turquie : ce que signifient 60 années d’appartenance à l’OTAN

Comment l'OTAN est-elle perçue en Turquie?

Je pense que la Turquie a besoin de l'OTAN

et s'agissant de l'opinion publique,

je pense que la jeune génération ne sait pas grand-chose de l'OTAN

et de ce qu'elle fait.

Pour la population turque, je ne pense vraiment pas que l'OTAN soit une grande priorité.

Les gens ont beaucoup d'autres préoccupations.

La lutte contre l'organisation terroriste du PKK est l'une d'entre elles.

Les relations avec l'OTAN ne sont pas une question à propos de laquelle

l'homme de la rue pourrait vous répondre aisément.

La population turque voit le rôle du pays au sein de l'OTAN

comme assez insignifiant, et les gens ont donc le sentiment

que la politique OTAN est essentiellement dictée,

mise en oeuvre par d'autres puissances que la Turquie.

Ce n'est pas conforme à la réalité,

mais, du côté turc comme

sans doute du côté de l'OTAN, nous n'avons pas été en mesure

de dissiper totalement cette préoccupation,

alors qu'aujourd'hui la situation est complètement différente

- la Turquie joue un rôle beaucoup plus constructif au sein de l'OTAN.

Comment les priorités de politique étrangère de la Turquie se sont-elles modifiées?

Il y a de fortes turbulences au Moyen-Orient,

où la Turquie tient à jouer un rôle plus important que jamais auparavant.

Prenons l'Iran, la Syrie,

ou l'Iraq, l'Egypte, la Libye, l'Afghanistan,

c'est à propos de ces pays que nous pouvons parler du rôle de la Turquie.

Si nous remontons aux années 1960, 1970,

la Turquie n'était pas du tout bien accueillie par les pays arabes,

parce qu'elle en était quelque peu éloignée.

Le gouvernement actuel

suit des politiques plus pro-islamiques,

plus pro-Arabes,

en ce qui concerne les relations avec eux.

Quelle a été l'importance de l'OTAN dans les relations entre la Turquie et la Grèce?

Si nous remontons à la question chypriote, les Etats-Unis et l'OTAN

ont quelque peu limité les actions de la Turquie à Chypre.

Donc je pense qu'il n'y a pas de lien direct,

mais cela a sauvé les relations entre les deux pays;

si nous remontons jusqu'à notre guerre d'indépendance,

nous n'avons pas eu d'affrontement militaire entre nous,

et je pense que l'OTAN y est aussi pour quelque chose.

La solution n'est pas près d'être trouvée.

C'est pourquoi les relations

entre nous connaîtrons encore des hauts et des bas.

Mais bien entendu, pour ce qui est des populations qui vivent en Grèce et en Turquie,

nous n'avons aucun problème.

Pour ce qui est des politiques, certains veulent des choses et d'autres veulent autre chose,

c'est pourquoi je ne pense pas qu'une solution soit proche.

Comment voyez-vous l'avenir des relations de la Turquie avec l'OTAN?

Si les obstacles persistent sur la voie de l'adhésion

de la Turquie à l'UE,

les responsables politiques turcs seront encore plus résolus

à consolider leur présence au sein de l'OTAN

parce que l'Alliance restera alors pour eux pratiquement la seule plateforme

ayant un agenda transatlantique

Turquie : ce que signifient 60 années d’appartenance à l’OTAN

Comment l'OTAN est-elle perçue en Turquie?

Je pense que la Turquie a besoin de l'OTAN

et s'agissant de l'opinion publique,

je pense que la jeune génération ne sait pas grand-chose de l'OTAN

et de ce qu'elle fait.

Pour la population turque, je ne pense vraiment pas que l'OTAN soit une grande priorité.

Les gens ont beaucoup d'autres préoccupations.

La lutte contre l'organisation terroriste du PKK est l'une d'entre elles.

Les relations avec l'OTAN ne sont pas une question à propos de laquelle

l'homme de la rue pourrait vous répondre aisément.

La population turque voit le rôle du pays au sein de l'OTAN

comme assez insignifiant, et les gens ont donc le sentiment

que la politique OTAN est essentiellement dictée,

mise en oeuvre par d'autres puissances que la Turquie.

Ce n'est pas conforme à la réalité,

mais, du côté turc comme

sans doute du côté de l'OTAN, nous n'avons pas été en mesure

de dissiper totalement cette préoccupation,

alors qu'aujourd'hui la situation est complètement différente

- la Turquie joue un rôle beaucoup plus constructif au sein de l'OTAN.

Comment les priorités de politique étrangère de la Turquie se sont-elles modifiées?

Il y a de fortes turbulences au Moyen-Orient,

où la Turquie tient à jouer un rôle plus important que jamais auparavant.

Prenons l'Iran, la Syrie,

ou l'Iraq, l'Egypte, la Libye, l'Afghanistan,

c'est à propos de ces pays que nous pouvons parler du rôle de la Turquie.

Si nous remontons aux années 1960, 1970,

la Turquie n'était pas du tout bien accueillie par les pays arabes,

parce qu'elle en était quelque peu éloignée.

Le gouvernement actuel

suit des politiques plus pro-islamiques,

plus pro-Arabes,

en ce qui concerne les relations avec eux.

Quelle a été l'importance de l'OTAN dans les relations entre la Turquie et la Grèce?

Si nous remontons à la question chypriote, les Etats-Unis et l'OTAN

ont quelque peu limité les actions de la Turquie à Chypre.

Donc je pense qu'il n'y a pas de lien direct,

mais cela a sauvé les relations entre les deux pays;

si nous remontons jusqu'à notre guerre d'indépendance,

nous n'avons pas eu d'affrontement militaire entre nous,

et je pense que l'OTAN y est aussi pour quelque chose.

La solution n'est pas près d'être trouvée.

C'est pourquoi les relations

entre nous connaîtrons encore des hauts et des bas.

Mais bien entendu, pour ce qui est des populations qui vivent en Grèce et en Turquie,

nous n'avons aucun problème.

Pour ce qui est des politiques, certains veulent des choses et d'autres veulent autre chose,

c'est pourquoi je ne pense pas qu'une solution soit proche.

Comment voyez-vous l'avenir des relations de la Turquie avec l'OTAN?

Si les obstacles persistent sur la voie de l'adhésion

de la Turquie à l'UE,

les responsables politiques turcs seront encore plus résolus

à consolider leur présence au sein de l'OTAN

parce que l'Alliance restera alors pour eux pratiquement la seule plateforme

ayant un agenda transatlantique

Nouveau sur ce site?
Lire la suite:
citations
Barack Obama
sénateur américain, 2006
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
Si nous ne sommes pas prêts à payer le prix pour nos valeurs, si nous ne sommes pas prêts à faire des sacrifices afin de
les mettre en œuvre, nous devons nous demander si nous y croyons vraiment »
À PROPOS
Go to
NATO A to Z
NATO Multimedia Library
NATO Channel
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube