La tribune des experts

Mikko Hypponen

Criminalité, ordinateurs et sécurité en 2012

Que va-t-il se passer en 2012 ? Certaines choses sont faciles à prévoir : il y aura davantage d’attaques perpétrées par des criminels et il y aura davantage d’attaques de pirates (comme le notoire collectif Anonymous). Mais surtout, nous allons constater que de nombreuses crises futures du monde réel comporteront également un élément cybernétique. Les attaques informatiques feront sans doute partie de toute guerre future entre des pays techniquement développés.

Ces changements sont en train de se produire dès aujourd’hui, sous notre génération, et il est difficile de prédire où ils nous conduiront.

Mais ce que nous savons d’ores et déjà c’est que, dans le monde réel, nous nous préoccupons en général seulement des criminels qui vivent dans notre ville. Dans le monde en ligne, il faut se soucier même des criminels qui vivent de l’autre côté de la planète. Internet ne connaît ni limites urbaines, ni frontières nationales.

Aujourd’hui, les virus informatiques et autres maliciels ne sont plus le fait de pirates amateurs en quête de félicitations de la part de leurs pairs. Les amateurs ont été rejoints par des criminels professionnels qui empochent des millions grâce à leurs attaques et qui cherchent à avoir accès à votre ordinateur, à vos mots de passe Paypal et au numéro de votre carte de crédit.

Faire partie de cybergangs est devenu une option de plus en plus attractive pour des personnes qui ont des compétences informatiques de haut niveau mais peu de perspectives d’emploi. Il existe à présent un marché mondial bien établi des logiciels criminels - virus, vers, chevaux de Troie, logiciels espions - qui sont produits et distribués sur des sites Web clandestins.

La communauté internationale ne s’est pas penchée sur la nature et la portée réelles du problème. Les polices nationales et les systèmes judiciaires s’efforcent de ne pas se laisser prendre de vitesse par la croissance rapide de la criminalité en ligne. Ils disposent de peu de ressources et d’une expertise limitée pour enquêter sur les activités de cette criminalité.

Les victimes, la police, les procureurs et les juges découvrent rarement toute l’ampleur des délits commis, qui traversent souvent les frontières. Les mesures prises contre les criminels en ligne sont souvent trop lentes, les arrestations peu nombreuses, et les sanctions très légères, surtout par rapport à la criminalité du monde réel.

Nous envoyons un mauvais message aux criminels en ligne, et c’est pour cela que la cybercriminalité continue de s’étendre rapidement. Actuellement, les cybercriminels potentiels sont encouragés par les profits élevés qu’ils sont susceptibles de recueillir et par les risques relativement limités de se faire prendre et d’être punis.

Et les questions liées à la sécurité en ligne ne se limitent pas aux criminels. De plus en plus, des gouvernements sont à l’origine d’attaques en ligne. Stuxnet, Duqu et les violations de sécurité auprès de contractants du secteur de la défense sont autant de rappels de ce qui est en jeu.

La sécurité sur Internet est confrontée à des menaces de multiples origines. Notre génération a été la première génération connectée, et il faut espérer que les générations futures pourront continuer à profiter du Net.

Nouveau sur ce site?
A propos de l'auteur

Mikko Hypponen est responsable de la recherche chez F-Secure.

citations
Aristote
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
"Le seul Etat stable est celui
dans lequel tous les hommes sont égaux devant la loi"
À PROPOS
Go to
NATO A to Z
NATO Multimedia Library
NATO Channel
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube