La tribune des experts
 

Janvier : le printemps arabe bat son plein. En Tunisie, les manifestants campent devant les bureaux du premier ministre. Le 14 janvier 2011, le gouvernement était renversé. Les manifestations, qui avaient commencé suite à l’immolation individuelle d’un contestataire, ont conduit un pays à évincer un président au pouvoir depuis 23 ans. © Reuters

Février : l’Égypte s’est engagée sur la même voie que la Tunisie. Le pays le plus vaste, et sans doute le plus important, du monde arabe a renversé le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans. La victoire des contestataires a eu un prix – quelque 365 personnes sont mortes au cours des 18 jours qu’a duré le soulèvement. © Reuters

Mars : le tremblement de terre et le tsunami survenus dans la région du Tohoku, au Japon, ont fait des ravages. Voici une image « avant-après » le passage dévastateur du tsunami. Le séisme de magnitude 9 fut le plus puissant jamais enregistré au Japon. Près de 16.000 personnes ont perdu la vie. Les dégâts occasionnés à la centrale de Fukushima ont donné lieu à la catastrophe nucléaire la plus importante depuis Tchernobyl.

Avril : un autre président qui privait son peuple de démocratie tombe en Afrique. Cette fois il s’agit de Laurent Gbagbo, en Côte d’Ivoire. Après avoir refusé d’admettre sa défaite à l’élection présidentielle de 2010, il s’est maintenu illégitimement au pouvoir jusqu’à son arrestation, en avril 2011. Les violences commises pendant cet intervalle lui ont valu d’être transféré, en novembre 2011, devant la CPI de La Haye, où il doit répondre de quatre chefs d’accusation de crimes contre l’humanité.

Mai : mort d’Oussama Ben Laden. Sur cette image, à Times Square, au cœur de New York, les Américains descendent dans la rue pour célébrer la mort de celui qui avait été à l’origine, dix ans plus tôt, des pires jours que la ville ait connus. Il avait été découvert qu’il se cachait dans une maison à Abbottabad, au Pakistan. Un commando des « Navy Seals » américains a pris le bâtiment d’assaut le 2 mai dans le cadre de l’opération « Neptune Spear ». Ben Laden a trouvé la mort au cours du raid. © Reuters

Juin : c’est l’économie, idiot. La Grèce plonge dans la crise économique, avec des conséquences majeures tant au plan international qu’au plan intérieur. Ici, un manifestant s’en prend à la police devant le parlement, pendant les émeutes de la place Syntagma, à Athènes, en juin 2011. Le parlement avait voté des mesures d’austérité impopulaires, malgré les violentes manifestations, afin d’obtenir les fonds internationaux nécessaires pour éviter le premier défaut de paiement souverain dans la zone euro. © Reuters

Juillet : le massacre norvégien. Après avoir fait exploser une voiture piégée à Oslo, tuant 8 personnes, un fondamentaliste d’extrême droite de 32 ans se rend sur l’ile d’Utoya, où 650 jeunes participent à une université d’été. Revêtu d’une tenue de policier, l’homme ouvre le feu sur les jeunes et fait 69 morts, dont 55 n’avaient pas 20 ans. © Reuters

Août : embrasement urbain. Des émeutes éclatent au Royaume-Uni pendant l’été. Des bandes de jeunes émeutiers se livrent au pillage et s’attaquent aux biens et aux forces de police dans certains quartiers de grandes villes comme Londres, Birmingham et Bristol. À l’origine de ces violences, la mort d’un homme abattu par erreur au cours d’une opération de police. Lors des émeutes et des incendies criminels qui ont suivi, cinq personnes ont trouvé la mort. Il y a eu plus de 3.000 arrestations. © Reuters

Septembre : dix ans après. Les États-Unis, et le monde, commémorent le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre qui ont frappé New York, Washington et la Pennsylvanie. C’était la première commémoration après la mort d’Oussama Ben Laden. © Reuters

Octobre : la fin d’un autre dictateur sanguinaire. L’étau dans lequel le colonel Kadhafi tenait la Libye s’est finalement desserré à Syrte, son dernier bastion. Le colonel se terrait dans sa ville natale, encerclé, avec les forces qui lui étaient demeurées loyales, par les forces d’opposition. Ce fut le dernier acte d’un scénario qui avait commencé par la répression impitoyable qu’il avait organisée contre son propre peuple, qu’il traitait de « rats », qui s’est poursuivi par la protection internationale que l’OTAN a assurée à ce peuple, et qui s’est achevé par la capture du dictateur par ce même peuple.

Novembre : à quand le changement ? Les négociations sur le changement climatique se sont éternisées lors de la Conférence de l’ONU sur le climat tenue en 2011 à Durban. L’accord intervenu a satisfait tout le monde – ou personne. Du côté positif, il a été convenu qu’un accord juridiquement contraignant incluant tous les pays devra être signé en 2015, pour entrer en vigueur en 2020. Du côté négatif, de nombreux écologistes ont estimé que c’était trop peu, et trop tard.

Décembre (1) : adieu à lui. Kim Jong-il, le dictateur qui dirigeait la Corée du Nord depuis 1994, est mort. La télévision d’État retransmet des images de civils hystériques en pleurs. L’agence de presse officielle rapporte qu’une violente tempête de neige s’est levée au moment de son décès. Le pays, dont des millions d’habitants restent pauvres et, pour certains, malnutris, est dorénavant dirigé par son fils, Kim Jung-un, un jeune homme d’environ 25 ans. © Reuters

Décembre (2) : et adieu à lui. Et enfin, un autre homme dont la vie a eu un impact - mais positif - sur des millions de personnes est décédé. Vaclav Havel, poète, auteur dramatique et homme politique, était devenu le premier président démocratique de son pays après la « révolution de velours » en 1989. Sous le régime communiste tchécoslovaque, il fut emprisonné à de nombreuses reprises pour ses convictions et son action. Son incarcération la plus longue alla de juin 1979 à janvier 1984. Des dirigeants du monde entier et des centaines de milliers de personnes ont assisté à ses funérailles. Au moment où son cercueil quittait la cathédrale de Prague, il a longuement été applaudi par la foule. © Reuters

Janvier : le printemps arabe bat son plein. En Tunisie, les manifestants campent devant les bureaux du premier ministre. Le 14 janvier 2011, le gouvernement était renversé. Les manifestations, qui avaient commencé suite à l’immolation individuelle d’un contestataire, ont conduit un pays à évincer un président au pouvoir depuis 23 ans. © Reuters

Février : l’Égypte s’est engagée sur la même voie que la Tunisie. Le pays le plus vaste, et sans doute le plus important, du monde arabe a renversé le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans. La victoire des contestataires a eu un prix – quelque 365 personnes sont mortes au cours des 18 jours qu’a duré le soulèvement. © Reuters

Mars : le tremblement de terre et le tsunami survenus dans la région du Tohoku, au Japon, ont fait des ravages. Voici une image « avant-après » le passage dévastateur du tsunami. Le séisme de magnitude 9 fut le plus puissant jamais enregistré au Japon. Près de 16.000 personnes ont perdu la vie. Les dégâts occasionnés à la centrale de Fukushima ont donné lieu à la catastrophe nucléaire la plus importante depuis Tchernobyl.

Avril : un autre président qui privait son peuple de démocratie tombe en Afrique. Cette fois il s’agit de Laurent Gbagbo, en Côte d’Ivoire. Après avoir refusé d’admettre sa défaite à l’élection présidentielle de 2010, il s’est maintenu illégitimement au pouvoir jusqu’à son arrestation, en avril 2011. Les violences commises pendant cet intervalle lui ont valu d’être transféré, en novembre 2011, devant la CPI de La Haye, où il doit répondre de quatre chefs d’accusation de crimes contre l’humanité.

Mai : mort d’Oussama Ben Laden. Sur cette image, à Times Square, au cœur de New York, les Américains descendent dans la rue pour célébrer la mort de celui qui avait été à l’origine, dix ans plus tôt, des pires jours que la ville ait connus. Il avait été découvert qu’il se cachait dans une maison à Abbottabad, au Pakistan. Un commando des « Navy Seals » américains a pris le bâtiment d’assaut le 2 mai dans le cadre de l’opération « Neptune Spear ». Ben Laden a trouvé la mort au cours du raid. © Reuters

Juin : c’est l’économie, idiot. La Grèce plonge dans la crise économique, avec des conséquences majeures tant au plan international qu’au plan intérieur. Ici, un manifestant s’en prend à la police devant le parlement, pendant les émeutes de la place Syntagma, à Athènes, en juin 2011. Le parlement avait voté des mesures d’austérité impopulaires, malgré les violentes manifestations, afin d’obtenir les fonds internationaux nécessaires pour éviter le premier défaut de paiement souverain dans la zone euro. © Reuters

Juillet : le massacre norvégien. Après avoir fait exploser une voiture piégée à Oslo, tuant 8 personnes, un fondamentaliste d’extrême droite de 32 ans se rend sur l’ile d’Utoya, où 650 jeunes participent à une université d’été. Revêtu d’une tenue de policier, l’homme ouvre le feu sur les jeunes et fait 69 morts, dont 55 n’avaient pas 20 ans. © Reuters

Août : embrasement urbain. Des émeutes éclatent au Royaume-Uni pendant l’été. Des bandes de jeunes émeutiers se livrent au pillage et s’attaquent aux biens et aux forces de police dans certains quartiers de grandes villes comme Londres, Birmingham et Bristol. À l’origine de ces violences, la mort d’un homme abattu par erreur au cours d’une opération de police. Lors des émeutes et des incendies criminels qui ont suivi, cinq personnes ont trouvé la mort. Il y a eu plus de 3.000 arrestations. © Reuters

Septembre : dix ans après. Les États-Unis, et le monde, commémorent le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre qui ont frappé New York, Washington et la Pennsylvanie. C’était la première commémoration après la mort d’Oussama Ben Laden. © Reuters

Octobre : la fin d’un autre dictateur sanguinaire. L’étau dans lequel le colonel Kadhafi tenait la Libye s’est finalement desserré à Syrte, son dernier bastion. Le colonel se terrait dans sa ville natale, encerclé, avec les forces qui lui étaient demeurées loyales, par les forces d’opposition. Ce fut le dernier acte d’un scénario qui avait commencé par la répression impitoyable qu’il avait organisée contre son propre peuple, qu’il traitait de « rats », qui s’est poursuivi par la protection internationale que l’OTAN a assurée à ce peuple, et qui s’est achevé par la capture du dictateur par ce même peuple.

Novembre : à quand le changement ? Les négociations sur le changement climatique se sont éternisées lors de la Conférence de l’ONU sur le climat tenue en 2011 à Durban. L’accord intervenu a satisfait tout le monde – ou personne. Du côté positif, il a été convenu qu’un accord juridiquement contraignant incluant tous les pays devra être signé en 2015, pour entrer en vigueur en 2020. Du côté négatif, de nombreux écologistes ont estimé que c’était trop peu, et trop tard.

Décembre (1) : adieu à lui. Kim Jong-il, le dictateur qui dirigeait la Corée du Nord depuis 1994, est mort. La télévision d’État retransmet des images de civils hystériques en pleurs. L’agence de presse officielle rapporte qu’une violente tempête de neige s’est levée au moment de son décès. Le pays, dont des millions d’habitants restent pauvres et, pour certains, malnutris, est dorénavant dirigé par son fils, Kim Jung-un, un jeune homme d’environ 25 ans. © Reuters

Décembre (2) : et adieu à lui. Et enfin, un autre homme dont la vie a eu un impact - mais positif - sur des millions de personnes est décédé. Vaclav Havel, poète, auteur dramatique et homme politique, était devenu le premier président démocratique de son pays après la « révolution de velours » en 1989. Sous le régime communiste tchécoslovaque, il fut emprisonné à de nombreuses reprises pour ses convictions et son action. Son incarcération la plus longue alla de juin 1979 à janvier 1984. Des dirigeants du monde entier et des centaines de milliers de personnes ont assisté à ses funérailles. Au moment où son cercueil quittait la cathédrale de Prague, il a longuement été applaudi par la foule. © Reuters

citations
Aristote
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
"Le seul Etat stable est celui
dans lequel tous les hommes sont égaux devant la loi"
À PROPOS
Go to
NATO A to Z
NATO Multimedia Library
NATO Channel
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube