NATO REVIEW 2011
Numéro 2: Les médias sociaux : le pouvoir au peuple ?
Numéro 3: Pourquoi les partenaires de l’OTAN comptent
Présent numéro:
Armes de petit calibre, grand impact
Dans le prochain numéro Relations Russie-OTAN
 Vidéos
 RSS
 Abonnez-vous
Toutes les archives - Calendrier
LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
© - À propos
  
 Abonnez-vous
Armes de petit calibre, grand impact
Explosions accidentelles dans des villes et des villages, activités criminelles clandestines et source de terrorisme potentiel – quel élément commun retrouve-t-on dans ces trois cas de figure ? La réponse est la suivante : des armes légères et de petit calibre. Dans le présent numéro, nous examinons comment 200 millions d’armes de cette nature dans le monde affectent les individus et les sociétés – et comment la communauté internationale fait face.
Pourquoi l'action concernant les armes de petit calibre est-elle si importante? Ce photoreportage présente les faits et les chiffres relatifs à la dissémination, aux effets et aux dangers des armes de petit calibre
Chuck Parker, de l’OTAN, a vu de près l’impact des armes légères lorsqu’il servait au Vietnam. Aujourd’hui, il est l’un de ceux qui œuvrent contre le mauvais usage et la mauvaise gestion de ces armes, qui sévissent toujours.
À l’été 2011, on célébrera le dixième anniversaire du Programme d’action des Nations Unies en vue de prévenir, combattre et éradiquer le commerce illicite des armes légères et de petit calibre. Sarah Parker demande : quels effets ce programme a-t-il réellement eus ?
David Towndrow et Fred Peugeot, de l’agence de l’OTAN qui traite des dangers que représentent les armes légères et de petit calibre, exposent les progrès qui ont été réalisés jusqu’ici et les défis de l’avenir
La disponibilité des armes de petit calibre accroît les violences sexuelles faites aux femmes et une action internationale doit donc être menée, fait valoir Rebecca Gerome
Plus de 50 explosions accidentelles au sein de dépôts de munitions dans 34 pays depuis 2009 – cela ne peut pas être attribué à la malchance, font valoir Eric Berman, Pilar Reina et Pierre Gobinet
Comment éviter que les munitions ne tombent aux mains de terroristes

Avant sa mort, Albert Einstein avait fait une prédiction célèbre: «J’ignore quelles seront les armes de la troisième guerre mondiale», avait-il dit, «mais je suis sûr que celles de la quatrième guerre mondiale seront des massues et des pierres.»

À l’époque où il a vécu, la menace d’une destruction massive imminente pesait lourdement. Les armes nucléaires avaient fait leur entrée dans l’histoire de l’homme et ce nouvel élément faisait craindre, pour la première fois, la fin de l’humanité.

Mais aujourd’hui, les craintes de déclenchement de frappes nucléaires instantanées se sont dissipées, et l'on pourrait être tenté de penser que les armes dont Einstein ignorait ce qu’elles seraient sont peut-être les armes de petit calibre.

Avant sa mort, Albert Einstein avait fait une prédiction célèbre: «J’ignore quelles seront les armes de la troisième guerre mondiale», avait-il dit, «mais je suis sûr que celles de la quatrième guerre mondiale seront des massues et des pierres.»

À l’époque où il a vécu, la menace d’une destruction massive imminente pesait lourdement. Les armes nucléaires avaient fait leur entrée dans l’histoire de l’homme et ce nouvel élément faisait craindre, pour la première fois, la fin de l’humanité.

Mais aujourd’hui, les craintes de déclenchement de frappes nucléaires instantanées se sont dissipées, et il est tentant de penser que les armes dont Einstein ignorait ce qu’elles seraient sont peut-être les armes de petit calibre. En effet, dans le monde entier, celles-ci font des victimes – morts et blessés – au quotidien, comme peuvent en témoigner les familles des 750 000 personnes qu’elles ont tuées l’an dernier.

Et leurs effets se font sentir bien au-delà du contexte des guerres. Sur ces 750 000 victimes, deux tiers environ ont été tuées en dehors du cadre de conflits. En d’autres termes, les armes de petit calibre tuent davantage « dans les rues que sur les champs de bataille ».

Dans ce numéro de la Revue de l’OTAN, nous nous entretenons avec des experts de ce domaine. Et l’un des thèmes qui reviennent chez la plupart d’entre eux est qu’il est impératif de mieux suivre le parcours de ces armes, ainsi que leurs modes de transport et de stockage. Ce suivi contribuera non seulement à éviter qu’elles ne tombent entre les mains de criminels, mais permettra aussi de réduire le nombre d’explosions accidentelles de stocks de munitions qui se produisent dans pratiquement toutes les régions du monde (y compris dans beaucoup de pays de l’OTAN).

Il est évident que, comme pour la plupart des tâches, une meilleure coordination internationale permettrait de faire évoluer les choses. Ceux qui se livrent au commerce illicite d’armes manœuvrent aisément entre les failles des différentes administrations et réglementations. Ce numéro contient un article des Nations Unies sur la manière dont cette organisation fait face au problème.

Et enfin, le présent numéro contient également l’article d’une jeune consultante qui a récemment remporté un concours international. Dans cet article, elle lance un vigoureux plaidoyer pour que l’on tienne mieux compte du fait que les femmes sont souvent, au final, davantage victimes que les hommes des souffrances infligées par les armes de petit calibre.

Ces armes sont sans doute moins médiatisées que les armes de destruction massive, mais la destruction silencieuse de nombreuses vies humaines qu’elles entraînent chaque jour fait d’elles des engins presque aussi meurtriers.

Paul King