La tribune des experts
 

Ayman Al-Zawahiri, le numéro deux d'Oussama Ben Laden, a pris les rênes d'Al-Qaïda après la mort de son ancien chef. Né en 1951 dans une famille aisée du Caire, il était depuis longtemps considéré comme le véritable cerveau et l’organisateur d'Al-Qaïda, même avant la mort de Ben Laden.

© Reuters TV

Quand les groupes terroristes s'organisent: cette troupe d'Al-Shabab montre le danger des États en déliquescence. Ils constituent non seulement un vide où les groupes fondamentalistes échappent à la justice, mais ils servent également de base d'entraînement pour ces groupes.

© Reuters Feisal Omar

« Si vous considérez les millions de personnes qui sont tuées par des entreprises criminelles, ce sont des chiffres auxquels les terroristes ne peuvent que rêver. » Misha Glenny, auteur de McMafia, explique à la Revue de l'OTAN que les activités de la criminalité organisée font régulièrement beaucoup plus de morts que le terrorisme, mais de façon beaucoup moins spectaculaire.

© Reuters photographer

Le terrorisme endogène – un effet contradictoire. À Londres, le 7 juillet 2005, quatre Britanniques se sont fait exploser dans les transports publics, au cœur de la ville. Bien que conçu comme une protestation contre les actions du Royaume-Uni, leur acte a tué des personnes du monde entier, y compris d’autres musulmans.

© Reuters STR New

Les attentats terroristes commis par des «loups solitaires» ont pris, en 2011, un nouveau visage, qui a créé un choc. Anders Behring Breivik a perpétré un double attentat, avec des bombes et des balles. Il s’en est pris à des jeunes aussi bien qu’à des personnes âgées. Et il a profondément ébranlé l’idée selon laquelle le terrorisme ne se produit pas dans les pays stables et paisibles.

© Reuters Fabrizio Bensch

Sur le champ de bataille, l'Afghanistan a vu l'essor et le succès sanglant des EEI (engins explosifs improvisés). Les talibans, réalisant qu'ils ne pourraient jamais gagner des batailles symétriques, sont passés à une tactique qui tue sans discernement. Ce sont toujours les EEI qui font le plus grand nombre de morts tant parmi les civils afghans que parmi les soldats étrangers en Afghanistan.

© Reuters Yannis Behrakis

La menace de la terreur peut être presque aussi puissante que l'acte. Le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-il, le sait aussi. En développant une arme nucléaire, en effectuant des essais nucléaires et en faisant des déclarations belliqueuses, il sait qu'il peut utiliser la menace comme monnaie d'échange pour son pays en proie à la pauvreté.

© Reuters RIA Novosti

La connaissance c’est la puissance : le trafiquant le plus célèbre de secrets nucléaires fut A.Q. Khan. Ce n’était pas seulement les connaissances transmises qui constituaient une menace. C’était aussi le fait qu’il était apparu que l’accès à ces connaissances était facile et que de nombreux acheteurs cherchaient activement à se les procurer.

Une attaque massive peut aujourd’hui être bon marché, rapide et difficile à prévenir. Les cyberattaques telles que le déni de service distribué (DDOS) peuvent être lancées à partir d’ordinateurs dont le contrôle a été pris à l’insu de leur propriétaire. Bien que simples, de telles attaques peuvent avoir un effet de perturbation majeur sur des institutions clés.

La menace sécuritaire la plus ancienne ? La piraterie a connu une triste résurgence au cours de la première décennie de ce siècle. Alors qu’à la fin du siècle dernier elle avait considérablement diminué dans le détroit de Malacca, elle a connu un développement quasi exponentiel au large de la Corne de l'Afrique au début de ce siècle.

© Reuters Ho New

Il est impossible de mettre un terme à toutes les activités terroristes. Mais on peut leur rendre la vie dure. L'opération « Active Endeavour » de l’OTAN a pour but, depuis les 10 dernières années, de faire de la Méditerranée une zone interdite aux terroristes.

© Reuters Christian Charisius

La terreur peut sévir pendant de longues périodes. Dans la Libye du colonel Kadhafi, elle a duré plus de 42 ans. Son régime a non seulement financé le terrorisme à l'étranger, mais a aussi recouru régulièrement à la terreur contre son propre peuple. Ce fut le cas jusqu'à ses derniers jours. Mais ensuite vint le soulagement.

© Reuters Louafi Larbi

Ayman Al-Zawahiri, le numéro deux d'Oussama Ben Laden, a pris les rênes d'Al-Qaïda après la mort de son ancien chef. Né en 1951 dans une famille aisée du Caire, il était depuis longtemps considéré comme le véritable cerveau et l’organisateur d'Al-Qaïda, même avant la mort de Ben Laden.

© Reuters TV

Quand les groupes terroristes s'organisent: cette troupe d'Al-Shabab montre le danger des États en déliquescence. Ils constituent non seulement un vide où les groupes fondamentalistes échappent à la justice, mais ils servent également de base d'entraînement pour ces groupes.

© Reuters Feisal Omar

« Si vous considérez les millions de personnes qui sont tuées par des entreprises criminelles, ce sont des chiffres auxquels les terroristes ne peuvent que rêver. » Misha Glenny, auteur de McMafia, explique à la Revue de l'OTAN que les activités de la criminalité organisée font régulièrement beaucoup plus de morts que le terrorisme, mais de façon beaucoup moins spectaculaire.

© Reuters photographer

Le terrorisme endogène – un effet contradictoire. À Londres, le 7 juillet 2005, quatre Britanniques se sont fait exploser dans les transports publics, au cœur de la ville. Bien que conçu comme une protestation contre les actions du Royaume-Uni, leur acte a tué des personnes du monde entier, y compris d’autres musulmans.

© Reuters STR New

Les attentats terroristes commis par des «loups solitaires» ont pris, en 2011, un nouveau visage, qui a créé un choc. Anders Behring Breivik a perpétré un double attentat, avec des bombes et des balles. Il s’en est pris à des jeunes aussi bien qu’à des personnes âgées. Et il a profondément ébranlé l’idée selon laquelle le terrorisme ne se produit pas dans les pays stables et paisibles.

© Reuters Fabrizio Bensch

Sur le champ de bataille, l'Afghanistan a vu l'essor et le succès sanglant des EEI (engins explosifs improvisés). Les talibans, réalisant qu'ils ne pourraient jamais gagner des batailles symétriques, sont passés à une tactique qui tue sans discernement. Ce sont toujours les EEI qui font le plus grand nombre de morts tant parmi les civils afghans que parmi les soldats étrangers en Afghanistan.

© Reuters Yannis Behrakis

La menace de la terreur peut être presque aussi puissante que l'acte. Le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-il, le sait aussi. En développant une arme nucléaire, en effectuant des essais nucléaires et en faisant des déclarations belliqueuses, il sait qu'il peut utiliser la menace comme monnaie d'échange pour son pays en proie à la pauvreté.

© Reuters RIA Novosti

La connaissance c’est la puissance : le trafiquant le plus célèbre de secrets nucléaires fut A.Q. Khan. Ce n’était pas seulement les connaissances transmises qui constituaient une menace. C’était aussi le fait qu’il était apparu que l’accès à ces connaissances était facile et que de nombreux acheteurs cherchaient activement à se les procurer.

Une attaque massive peut aujourd’hui être bon marché, rapide et difficile à prévenir. Les cyberattaques telles que le déni de service distribué (DDOS) peuvent être lancées à partir d’ordinateurs dont le contrôle a été pris à l’insu de leur propriétaire. Bien que simples, de telles attaques peuvent avoir un effet de perturbation majeur sur des institutions clés.

La menace sécuritaire la plus ancienne ? La piraterie a connu une triste résurgence au cours de la première décennie de ce siècle. Alors qu’à la fin du siècle dernier elle avait considérablement diminué dans le détroit de Malacca, elle a connu un développement quasi exponentiel au large de la Corne de l'Afrique au début de ce siècle.

© Reuters Ho New

Il est impossible de mettre un terme à toutes les activités terroristes. Mais on peut leur rendre la vie dure. L'opération « Active Endeavour » de l’OTAN a pour but, depuis les 10 dernières années, de faire de la Méditerranée une zone interdite aux terroristes.

© Reuters Christian Charisius

La terreur peut sévir pendant de longues périodes. Dans la Libye du colonel Kadhafi, elle a duré plus de 42 ans. Son régime a non seulement financé le terrorisme à l'étranger, mais a aussi recouru régulièrement à la terreur contre son propre peuple. Ce fut le cas jusqu'à ses derniers jours. Mais ensuite vint le soulagement.

© Reuters Louafi Larbi

citations
Déclaration de l’IRA du 13 octobre 1984,
après l’attentat de Brighton contre Margaret Thatcher
Lettre d'information
Soyez sûr de ne rien manquer
« Aujourd’hui nous n’avons pas eu de chance, mais rappelez-vous que nous ne devrons avoir de la chance qu’une seule fois.
Vous devrez en avoir toujours ».
À PROPOS
Partager ceci
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Delicious
Delicious
Google Buzz
Google Buzz
diggIt
Digg It
RSS
RSS
You Tube
You Tube