NATO REVIEW 2010
Numéro 2: Les activités de prolifération nucléaire – en passe de croître comme des champignons?
Numéro 3: Le football : simple jeu ou guerre par ballon interposé ?
Présent numéro:
Yémen : danger droit devant ?
Dans le prochain numéro Dans le prochain numéro
 Vidéos
 RSS
 Abonnez-vous
Toutes les archives - Calendrier
LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
© - À propos
  
 Abonnez-vous
Yémen : danger droit devant ?
Le Yémen est l’exemple même d’un pays lointain dont nous savons peu de choses. Mais les événements qui s’y déroulent pourraient modifier notre attitude. Base d’une nouvelle branche d’Al-Qaida, camp d’entraînement de kamikazes, cet État au bord de la faillite et/ou de la guerre civile, dont la capitale sera peut-être la première à être privée d’eau, ne bénéficie pas, à l’évidence, de l’attention qu’il mérite – mais cela pourrait changer très bientôt.
Vous souhaitez un aperçu rapide des problèmes du Yémen ? Cette vidéo de trois minutes expose les caractéristiques principales de la situation du pays et montre pourquoi il y a lieu d’être inquiet, quels sont les enjeux, et comment nous risquons tous d’en subir les conséquences.
La Revue de l’OTAN s’entretient avec Marisa Porges, qui fut conseillère auprès du gouvernement américain pour la lutte antiterroriste, des menaces que le Yémen représente et des périls externes ou internes auxquels ce pays est lui-même confronté.
Si depuis son apparition en 2009, Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQAP) prospère au Yémen, c’est parce que ce pays est en proie à bien d’autres problèmes, fait valoir Chris Boucek.
Les défis multiples qui se posent au Yémen pourraient-ils se propager aux pays voisins ? Ceux-ci sont-ils préparés à une telle situation ? David Hughes se penche sur la menace d’un effet domino dans la région.
Al-Qaida dans la péninsule Arabique est une cible mobile, au sens littéral du terme. Lorsqu’elle a subi les attaques des forces occidentales, après la tentative d’attentat de Noël dernier, l’organisation a modifié sa stratégie.
Un regard yéménite sur l’expansion d’Al-Qaida au Yémen - Faris Sanabani examine les particularités nationales qui ont, à son sens, joué un rôle dans le fait que ce pays est devenu le foyer d’Al-Qaida dans la péninsule Arabique.

Après la trêve estivale (et la performance lamentable de certaines des équipes nationales de football évoquées dans le précédent numéro, en particulier la mienne – l’Angleterre), nous revenons à des questions sécuritaires plus pressantes avec ce numéro portant sur les défis que représente le Yémen et sur les périls auxquels il est lui-même confronté.

Mais avant de nous plonger dans ce dossier, un peu de promotion éhontée pour la Revue de l’OTAN. Deux récompenses ont en effet été décernées récemment à la vidéo réalisée l’an dernier par la Revue sur la crise financière: une médaille d’or au « World Media Festival » et un certificat d’excellence créative au «International Film and Video Festival ». Un grand merci, donc, à tous ceux qui ont travaillé à la réalisation de cette vidéo.

Revenons maintenant au présent numéro sur le Yémen, qui débute par un guide de trois minutes. Les recherches effectuées pour ce numéro n’ont pas constitué un exercice portant à l’optimisme : plus on en apprend sur ce pays, plus on a d’appréhensions. Même la CIA aurait indiqué récemment (au New York Times entre autres) que les activités des militants d’Al-Qaida dans la péninsule Arabique commencent à susciter autant - sinon plus – d’inquiétudes que celles de leurs homologues d’Asie méridionale.

L’attention consacrée à la question du Yémen ne va pas faiblir, mais bien s’accroître au fil du temps, j’en suis convaincu. Mais peut-être devrions-nous commencer tous à nous y intéresser dès maintenant. Si la tentative d’attentat de Noël dernier n’avait pas été déjouée, ce serait déjà le cas. Il ne doit pas suffire de l’action courageuse de quelques passagers d’avion pour considérer à nouveau que le dossier yéménite peut être relégué à l’arrière-plan.

Paul King