LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
À PROPOS DE LA REVUE DE L'OTAN
PROCÉDURE DE SOUMISSION
DROITS D'AUTEUR
ÉQUIPE DE RÉDACTION
 RSS
ENVOYER CET ARTICLE À UN AMI
ABONNEZ-VOUS À LA REVUE DE L'OTAN
  

Le mouvement Tea Party : seul à la maison ?

Get the Flash Player to see this player.

La Revue de l’OTAN assiste à un rassemblement Tea Party pour savoir ce qui attire les gens vers ce mouvement, et si leur opposition à l’Administration Obama sur les questions intérieures influera sur leur opinion concernant sa politique étrangère.

 Sous-titres: Oui / Non

Un rassemblement Tea Party

au cœur de la capitale américaine.

Le mouvement, considéré

au départ comme marginal,

compte maintenant des élus au Sénat et à la Chambre.

Rares sont ceux qui, politiquement, peuvent se permettre de l’ignorer.

L’Administration Obama a peut-être

déplacé l’accent vers les

questions de politique étrangère,

mais ce sont toujours les questions intérieures

qui conduisent les gens dans la rue pour protester. Ici, à ce rassemblement Tea Party à Washington,

des milliers de gens protestent

contre la politique intérieure.

C’est le dernier des rassemblements qui se sont tenus dans différentes villes de tous les États ;

il coïncide avec le « tax day », la date limite pour renvoyer sa déclaration d’impôt,

et se tient en face de

« Constitution Avenue ».

Et c’est le genre de termes qui font vibrer les gens pour le moment.

Mais qu’est-ce qui amène les gens à participer au mouvement Tea Party ?

Il attire des gens qui sont opposés à des questions

allant des plans de renflouement

à la réforme des soins de santé,

des impôts à un grand gouvernement,

et de l’immigration

aux organisations internationales.

Pouvez-vous me dire pourquoi

vous êtes ici aujourd’hui ?

Je suis ici pour soutenir le mouvement Tea Party, parce que je pense que ses principes sont ceux

avec lesquels nous avons vécu pendant un certain nombre d’années et auxquels il faut revenir.

Je suis ici parce que je suis un fervent adepte de l’équité fiscale,

une législation visant à réformer complètement la façon de collecter l’impôt.

Et j’espérais que

davantage d’orateurs

en parleraient et amèneraient les gens

à s’enthousiasmer pour ce concept.

Tout le reste ce n’est pas

vraiment ce qui m’intéresse.

Pouvez-vous me dire pourquoi

vous êtes ici aujourd’hui ?

Parce que je suis un démocrate jeffersonien

et que je crois pleinement à

la constitution, littéralement.

Et je vois mon parti divisé entre les

démocrates jeffersoniens,

comme moi, et une aile,

je pense, de socialistes

qui se sont emparés de mon parti.

Et je suis ici pour me faire l’écho

de ce que disent ces gens.

La constitution est sacro-sainte.

Merci beaucoup d’être ici.

C’est « notre moment ».

Parce que Barack Obama

sera le président d’un seul mandat.

Comment l’opposition du mouvement Tea Party

aux options intérieures du président Obama

se traduira-t-elle vis-à-vis

de sa politique étrangère ?

Pensez-vous que votre opinion à

l’égard de sa politique intérieure

influera aussi sur votre opinion à l’égard

de sa politique étrangère ?

Pas nécessairement. Je pense

qu’il s’agit de deux choses différentes,

et je pense que la plupart des Américains

se serrent en quelque sorte les coudes

lorsqu’il s’agit d’affaires internationales.

Sur le plan intérieur,

nous devons rester forts

pour que nous puissions être actifs

sur la scène internationale aussi.

Vous ne voyez aucun lien ?

Beaucoup d’argent est dépensé à l’étranger.

Cet argent ne devrait-il pas être conservé pour améliorer la situation intérieure ?

Je pense que nous avons fait du bien à pas mal de gens à l’extérieur grâce à nos dépenses.

Je voudrais qu’il soit mis fin à cette situation, mais il faut que les menaces cessent aussi.

Votre opposition à ce qui se passe en politique intérieure influera-t-elle

sur ce que le président fait à l’extérieur, au niveau de sa politique étrangère?

Absolument.

Parce que qu’on le veuille ou non, nous sommes la première puissance mondiale

en matière de défense et dans d’autres domaines.

Tout ce que nous faisons, si nous éternuons, souvent l’Europe attrape

un rhume , tout ce que nous faisons vous touche.

Parce que vous êtes contre ce

qu’il fait sur le plan intérieur…

Je m’opposerais à sa politique étrangère.

- Pour quelles raisons ?

Je crois qu’il essaie de…

Je ne sais pas ce qu’il essaie de faire exactement, mais il recule,

au lieu d’assumer la responsabilité

en tant que véritable leader mondial.

Les gens qui ont un problème avec lui

au niveau intérieur

auront-ils automatiquement un problème

avec sa politique étrangère aussi ?

S’ils prennent le temps d’y réfléchir,

probablement pas,

parce qu’il y a eu des évolutions

intéressantes sur le plan extérieur.

Mais tout le monde ici est fixé sur

les questions intérieures.

Les emplois, l’énergie et ...

maintenant, aujourd’hui les impôts. Il est

donc difficile de dresser un portrait précis du sympathisant moyen du Tea

Party, ou de décrire exactement comment ils réagiraient en matière de

politique étrangère. Ce qui est clair c’est que si ses rangs se sont gonflés,

le mouvement Tea Party demeure néanmoins un « travail en cours ».

Un rassemblement Tea Party

au cœur de la capitale américaine.

Le mouvement, considéré

au départ comme marginal,

compte maintenant des élus au Sénat et à la Chambre.

Rares sont ceux qui, politiquement, peuvent se permettre de l’ignorer.

L’Administration Obama a peut-être

déplacé l’accent vers les

questions de politique étrangère,

mais ce sont toujours les questions intérieures

qui conduisent les gens dans la rue pour protester. Ici, à ce rassemblement Tea Party à Washington,

des milliers de gens protestent

contre la politique intérieure.

C’est le dernier des rassemblements qui se sont tenus dans différentes villes de tous les États ;

il coïncide avec le « tax day », la date limite pour renvoyer sa déclaration d’impôt,

et se tient en face de

« Constitution Avenue ».

Et c’est le genre de termes qui font vibrer les gens pour le moment.

Mais qu’est-ce qui amène les gens à participer au mouvement Tea Party ?

Il attire des gens qui sont opposés à des questions

allant des plans de renflouement

à la réforme des soins de santé,

des impôts à un grand gouvernement,

et de l’immigration

aux organisations internationales.

Pouvez-vous me dire pourquoi

vous êtes ici aujourd’hui ?

Je suis ici pour soutenir le mouvement Tea Party, parce que je pense que ses principes sont ceux

avec lesquels nous avons vécu pendant un certain nombre d’années et auxquels il faut revenir.

Je suis ici parce que je suis un fervent adepte de l’équité fiscale,

une législation visant à réformer complètement la façon de collecter l’impôt.

Et j’espérais que

davantage d’orateurs

en parleraient et amèneraient les gens

à s’enthousiasmer pour ce concept.

Tout le reste ce n’est pas

vraiment ce qui m’intéresse.

Pouvez-vous me dire pourquoi

vous êtes ici aujourd’hui ?

Parce que je suis un démocrate jeffersonien

et que je crois pleinement à

la constitution, littéralement.

Et je vois mon parti divisé entre les

démocrates jeffersoniens,

comme moi, et une aile,

je pense, de socialistes

qui se sont emparés de mon parti.

Et je suis ici pour me faire l’écho

de ce que disent ces gens.

La constitution est sacro-sainte.

Merci beaucoup d’être ici.

C’est « notre moment ».

Parce que Barack Obama

sera le président d’un seul mandat.

Comment l’opposition du mouvement Tea Party

aux options intérieures du président Obama

se traduira-t-elle vis-à-vis

de sa politique étrangère ?

Pensez-vous que votre opinion à

l’égard de sa politique intérieure

influera aussi sur votre opinion à l’égard

de sa politique étrangère ?

Pas nécessairement. Je pense

qu’il s’agit de deux choses différentes,

et je pense que la plupart des Américains

se serrent en quelque sorte les coudes

lorsqu’il s’agit d’affaires internationales.

Sur le plan intérieur,

nous devons rester forts

pour que nous puissions être actifs

sur la scène internationale aussi.

Vous ne voyez aucun lien ?

Beaucoup d’argent est dépensé à l’étranger.

Cet argent ne devrait-il pas être conservé pour améliorer la situation intérieure ?

Je pense que nous avons fait du bien à pas mal de gens à l’extérieur grâce à nos dépenses.

Je voudrais qu’il soit mis fin à cette situation, mais il faut que les menaces cessent aussi.

Votre opposition à ce qui se passe en politique intérieure influera-t-elle

sur ce que le président fait à l’extérieur, au niveau de sa politique étrangère?

Absolument.

Parce que qu’on le veuille ou non, nous sommes la première puissance mondiale

en matière de défense et dans d’autres domaines.

Tout ce que nous faisons, si nous éternuons, souvent l’Europe attrape

un rhume , tout ce que nous faisons vous touche.

Parce que vous êtes contre ce

qu’il fait sur le plan intérieur…

Je m’opposerais à sa politique étrangère.

- Pour quelles raisons ?

Je crois qu’il essaie de…

Je ne sais pas ce qu’il essaie de faire exactement, mais il recule,

au lieu d’assumer la responsabilité

en tant que véritable leader mondial.

Les gens qui ont un problème avec lui

au niveau intérieur

auront-ils automatiquement un problème

avec sa politique étrangère aussi ?

S’ils prennent le temps d’y réfléchir,

probablement pas,

parce qu’il y a eu des évolutions

intéressantes sur le plan extérieur.

Mais tout le monde ici est fixé sur

les questions intérieures.

Les emplois, l’énergie et ...

maintenant, aujourd’hui les impôts. Il est

donc difficile de dresser un portrait précis du sympathisant moyen du Tea

Party, ou de décrire exactement comment ils réagiraient en matière de

politique étrangère. Ce qui est clair c’est que si ses rangs se sont gonflés,

le mouvement Tea Party demeure néanmoins un « travail en cours ».

Partager ceci:    DiggIt   MySpace   Facebook   Delicious   Permalink