LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
À PROPOS DE LA REVUE DE L'OTAN
PROCÉDURE DE SOUMISSION
DROITS D'AUTEUR
ÉQUIPE DE RÉDACTION
 RSS
ENVOYER CET ARTICLE À UN AMI
ABONNEZ-VOUS À LA REVUE DE L'OTAN
  
 

Craintes grandissantes : le regain de crainte concernant les intentions de la Corée du Nord qu’avait suscité son essai nucléaire souterrain de mai 2009 est allé croissant. Le pays a par la suite procédé à des essais de tirs de missiles de courte portée, coulé une corvette sud-coréenne et bombardé une île appartenant à la Corée du Sud, entraînant la mort de militaires et de civils. On s’accorde à considérer que la Corée du Nord est en plein processus de succession, ce qui la rend d’autant plus imprévisible.

En avril, des dirigeants du monde entier se sont rendus à Washington pour se réatteler à la lutte contre les menaces en matière de sécurité nucléaire. La réunion s’est soldée par des accords sur une meilleure sécurisation des matières nucléaires, de premières décisions concernant une réduction des arsenaux nucléaires et des mesures sur les moyens d’empêcher les terroristes de se procurer des capacités nucléaires.

Les craintes sécuritaires liées au Yémen, concernant des événements organisés à partir de ce pays ou dans celui-ci, ont persisté en 2010. On a compté parmi les nouvelles menaces des explosifs cachés dand des cartouches d'imprimantes, après des attentats tels que celui perpétré à Fort Hood en 2009. Les religieux islamiques radicaux avaient vu leur influence se concrétiser dans un carnage sur cette base américaine, où Nidal Malik Hassan, qui y travaillait, avait ouvert le feu sur ses collègues, faisant 13 morts. Avant l’attentat, il avait échangé plusieurs courriels avec le religieux intégriste Anouar al-Aoulaki (surnommé « le Ben Laden de l’internet »), qui est basé au Yémen.

© REUTERS

Octobre 2010 a marqué le dixième anniversaire de l’action lancée par les Nations Unies en vue d’une meilleure intégration des femmes en matière de sécurité (la « résolution 1325 » du Conseil de sécurité). Des avancées majeures ont été réalisées. En Espagne, par exemple, un membre des forces armées sur huit est une femme. Et le concours des femmes s’est révélé extrêmement précieux en Afghanistan pour combler les écarts culturels. Mais il reste que les femmes continuent de payer un tribut disproportionné dans les guerres.

L’un des slogans électoraux célèbres du président Obama avait été « Le changement arrive en Amérique ». Mais en 2010 il a vu se produire un changement d’un genre très différent. Un retour de flamme dû au ralentissement économique et à certaines réformes intérieures a conduit à l’émergence du nouveau mouvement radical Tea Party (et à l’élection de certains de ses membres). Et maintenant, des accords sécuritaires clés, comme le nouveau Traité Start, sont devenus un enjeu de la bataille politique qui se livre aux États-Unis.

Novembre a marqué l’adoption, au sommet de Lisbonne, d’un nouveau Concept stratégique de l’OTAN. Ce sommet a également vu la participation de dirigeants de l’ONU, de l’UE, de la Russie et de l’Afghanistan. Il a fourni de nombreux exemples de l’émergence d’un nouvel esprit de collaboration pour relever les grands défis sécuritaires mondiaux.

© NATO

Et enfin, 2010 a vu la dernière édition de la Coupe du monde de football. Dans notre numéro spécial sur les liens existant entre la sécurité et ce sport que l’on appelle « the beautiful game », nous révélions qu’Oussama Ben Laden était supporter d’Arsenal. Il avait assisté à plusieurs matches au stade Highbury lors d’un séjour à Londres en 1994. Le club de football d’Arsenal, lorsqu’il a appris qu’il avait un nouveau supporter célèbre après le 11 septembre, a publié une déclaration indiquant qu’il était persona non grata au stade.

Craintes grandissantes : le regain de crainte concernant les intentions de la Corée du Nord qu’avait suscité son essai nucléaire souterrain de mai 2009 est allé croissant. Le pays a par la suite procédé à des essais de tirs de missiles de courte portée, coulé une corvette sud-coréenne et bombardé une île appartenant à la Corée du Sud, entraînant la mort de militaires et de civils. On s’accorde à considérer que la Corée du Nord est en plein processus de succession, ce qui la rend d’autant plus imprévisible.

En avril, des dirigeants du monde entier se sont rendus à Washington pour se réatteler à la lutte contre les menaces en matière de sécurité nucléaire. La réunion s’est soldée par des accords sur une meilleure sécurisation des matières nucléaires, de premières décisions concernant une réduction des arsenaux nucléaires et des mesures sur les moyens d’empêcher les terroristes de se procurer des capacités nucléaires.

Les craintes sécuritaires liées au Yémen, concernant des événements organisés à partir de ce pays ou dans celui-ci, ont persisté en 2010. On a compté parmi les nouvelles menaces des explosifs cachés dand des cartouches d'imprimantes, après des attentats tels que celui perpétré à Fort Hood en 2009. Les religieux islamiques radicaux avaient vu leur influence se concrétiser dans un carnage sur cette base américaine, où Nidal Malik Hassan, qui y travaillait, avait ouvert le feu sur ses collègues, faisant 13 morts. Avant l’attentat, il avait échangé plusieurs courriels avec le religieux intégriste Anouar al-Aoulaki (surnommé « le Ben Laden de l’internet »), qui est basé au Yémen.

© REUTERS

Octobre 2010 a marqué le dixième anniversaire de l’action lancée par les Nations Unies en vue d’une meilleure intégration des femmes en matière de sécurité (la « résolution 1325 » du Conseil de sécurité). Des avancées majeures ont été réalisées. En Espagne, par exemple, un membre des forces armées sur huit est une femme. Et le concours des femmes s’est révélé extrêmement précieux en Afghanistan pour combler les écarts culturels. Mais il reste que les femmes continuent de payer un tribut disproportionné dans les guerres.

L’un des slogans électoraux célèbres du président Obama avait été « Le changement arrive en Amérique ». Mais en 2010 il a vu se produire un changement d’un genre très différent. Un retour de flamme dû au ralentissement économique et à certaines réformes intérieures a conduit à l’émergence du nouveau mouvement radical Tea Party (et à l’élection de certains de ses membres). Et maintenant, des accords sécuritaires clés, comme le nouveau Traité Start, sont devenus un enjeu de la bataille politique qui se livre aux États-Unis.

Novembre a marqué l’adoption, au sommet de Lisbonne, d’un nouveau Concept stratégique de l’OTAN. Ce sommet a également vu la participation de dirigeants de l’ONU, de l’UE, de la Russie et de l’Afghanistan. Il a fourni de nombreux exemples de l’émergence d’un nouvel esprit de collaboration pour relever les grands défis sécuritaires mondiaux.

© NATO

Et enfin, 2010 a vu la dernière édition de la Coupe du monde de football. Dans notre numéro spécial sur les liens existant entre la sécurité et ce sport que l’on appelle « the beautiful game », nous révélions qu’Oussama Ben Laden était supporter d’Arsenal. Il avait assisté à plusieurs matches au stade Highbury lors d’un séjour à Londres en 1994. Le club de football d’Arsenal, lorsqu’il a appris qu’il avait un nouveau supporter célèbre après le 11 septembre, a publié une déclaration indiquant qu’il était persona non grata au stade.

Partager ceci:    DiggIt   MySpace   Facebook   Delicious   Permalink