Jeu, reset et bon match?

En avril, "The Atlantic Initiative" a mené une étude auprès d’experts russes pour évaluer la direction que devraient prendre les relations OTAN-Russie. Nous présentons ici ses résultats.

À travers tout le pays, des experts de l’analyse politique travaillant pour les groupes de réflexion, les universités, les publications et les journaux spécialisés les plus influents ont été interrogés. Quelque 47 experts, dont des personnalités prestigieuses comme M. Panov, de l’Académie diplomatique du ministère des Affaires étrangères, et le professeur Zapesotsky, de l’Université des sciences humaines et sociales de Saint-Pétersbourg, ont participé à cette étude parrainée par l’OTAN.

Plus de la moitié des experts pense que les intérêts stratégiques à long terme de la Russie seraient le mieux servis par une coopération au niveau le plus élevé possible avec l’OTAN en tant que partenaire principal

Les résultats montrent que la communauté stratégique russe est favorable à une coopération accrue entre l’Alliance et la Russie, et est largement optimiste quant aux perspectives d’approfondissement des relations entre elles.

Plus de la moitié des experts pense que les intérêts stratégiques à long terme de la Russie seraient le mieux servis par une coopération au niveau le plus élevé possible avec l’OTAN en tant que partenaire principal. Un expert sur cinq préconise même une adhésion à l’Alliance.

Deux tiers des interrogés estiment que l’amélioration des liens entre l’OTAN et la Russie dépend de la poursuite du développement de la proposition du président Medvedev concernant une nouvelle architecture de sécurité européenne.

Quatre experts sur dix estiment que le renforcement du dialogue au sein du Conseil OTAN-Russie est la mesure de confiance la plus importante pour améliorer les relations

Trois experts sur quatre pensent qu’une évaluation conjointe des menaces et défis communs à la Russie et à l’OTAN conduirait à une amélioration des relations. Seul un quart d’entre eux se montre sceptique sur ce point.

Quatre experts sur dix estiment que le renforcement du dialogue au sein du Conseil OTAN-Russie est la mesure de confiance la plus importante pour améliorer les relations. Pour un cinquième d’entre eux, la coopération en matière de maîtrise des armements est la première priorité.

La suggestion le plus souvent formulée par les experts pour accroître l’efficacité du Conseil OTAN-Russie est la réduction de son agenda en se concentrant davantage sur les aspects pratiques.

Les nouveaux défis comprennent notamment les menaces que font peser le terrorisme international, le fondamentalisme islamique, les cyberattaques et le trafic de drogue - éléments communs susceptibles de faire l’objet d’une coopération entre l’OTAN et la Russie.

S’agissant du nouveau Concept stratégique de l’OTAN, les experts se répartissent à part égale entre ceux qui considèrent que l’Alliance est ouverte aux commentaires de la Russie et ceux qui considèrent qu’elle y est fermée.

La plupart des interrogés n’ont toutefois pas une opinion bien arrêtée ou disent qu’ils n’ont pas suffisamment d’informations à ce sujet.

À la question de savoir ce que l’OTAN devrait prendre en considération dans l’élaboration de son nouveau Concept stratégique, plus d’un tiers des experts souligne que les intérêts de la Russie doivent davantage être pris en compte.

Un nombre égal d’experts dit que l’OTAN doit réaliser que les menaces sécuritaires ne sont plus traditionnelles et doit adapter ses stratégies en conséquence. Les nouveaux défis comprennent notamment les menaces que font peser le terrorisme international, le fondamentalisme islamique, les cyberattaques et le trafic de drogue - éléments communs susceptibles de faire l’objet d’une coopération entre l’OTAN et la Russie.

Sur la question de savoir comment la Russie peut avoir l’assurance que l’OTAN n’est plus dirigée contre elle, près de la moitié des interrogés préconise l’arrêt de son élargissement. De nombreux experts ont choisi d’exprimer leur désapprobation concernant l’expansion vers l’Est de l’Alliance dans leurs réponses à diverses questions, même si ce sujet ne faisait pas partie de l’étude.

Comment les intérêts stratégiques à long terme de la Russie seraient-ils le mieux servis ?

Quelle est la mesure de confiance la plus importante que l’OTAN et la Russie devraient mettre en place ?

Pensez-vous qu’une évaluation conjointe des menaces et des défis communs à la Russie et à l’OTAN améliorera les relations entre les deux ?

L’amélioration des relations Russie-OTAN dépend-elle du développement des propositions du président Medvedev concernant un nouveau Traité sur la sécurité ?

L’OTAN a entrepris la rédaction d’un nouveau Concept stratégique dans le cadre d’un processus ouvert à tous, qui offrira à la communauté stratégique russe la possibilité de faire entendre sa voix. À votre avis, dans quelle mesure l’Alliance s’est-elle montrée réceptive aux commentaires russes jusqu’ici ?

Partager ceci:    DiggIt   MySpace   Facebook   Delicious   Permalink