NATO REVIEW 2010
Numéro 5: Les femmes et les conflits : un problème de première ligne ?
Numéro 6: Panorama d'Amérique: de nouvelles élections, de nouvelles orientations?
Présent numéro:
Numéro « sommet de l’OTAN à Lisbonne »
Dans le prochain numéro L'année écoulée passée en revue
 Vidéos
 RSS
 Abonnez-vous
Toutes les archives - Calendrier
LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
© - À propos
  
 Abonnez-vous
Numéro « sommet de l’OTAN à Lisbonne »
Le sommet de Lisbonne a été décrit comme le plus important que l’OTAN ait tenu depuis des décennies. Pourquoi ? Parce qu’il est le premier à voir l’adoption d’un nouveau Concept stratégique qui reflète l’environnement postérieur au 11 septembre, avec en toile de fond, une crise financière majeure, l’émergence de nouvelles menaces telles que les cyberattaques, une guerre hors zone de grande envergure en Afghanistan, dans un monde globalisé, avec de nouvelles menaces et aussi de nouveaux partenaires. Nous allons demander à des experts et à l’homme de la rue ce qu’est exactement la « nouvelle OTAN ».
La rédaction du premier Concept stratégique de l’OTAN depuis onze ans a souvent été décrite comme un exercice d’équilibrage. Comment instaurer, par exemple, un équilibre entre les nouvelles menaces et les anciennes ? Comment prendre en compte les intérêts des petits et des grands pays? Maintenant qu’il a été signé, comment le concept est-il perçu ?
L’un des objectifs du sommet de l’OTAN de Lisbonne était d’assurer une meilleure coordination entre organismes militaires et civils. Pourquoi ? Parce que tout le monde a à y gagner.
Au moment où certains des grands dirigeants de la planète arrivent à Lisbonne pour sceller le nouveau Concept stratégique de l’Alliance, la Revue de l’OTAN se penche sur les raisons qui font que cette ville est peut-être le cadre idéal pour une telle signature.
Le souci principal des populations des pays de l’OTAN est l’économie. Et c’est aussi celui qui prévaut au cœur de l’Alliance. Les budgets sont serrés. Les priorités doivent être claires. Mais la situation pourrait avoir certains aspects positifs, entre autres un plus grand décloisonnement en matière de défense.
De même que les menaces et les défis mondiaux ont évolué, l'OTAN a évolué elle aussi. La création d'une nouvelle division au sein de l'organisation fait rarement les gros titres. Mais cette fois, elle témoigne d'une réelle intention de faire en sorte que l'Alliance soit en adéquation avec l'évolution du monde qui l'entoure.
En avril, "The Atlantic Initiative" a mené une étude auprès d’experts russes pour évaluer la direction que devraient prendre les relations OTAN-Russie. Nous présentons ici ses résultats, dont certains peuvent se révéler surprenants.
La transition est la prochaine étape en Afghanistan. La clé du succès est donc entre les mains des formateurs. Le chef de la mission de formation dans le pays, le GCA Bill Caldwell, indique pourquoi les formateurs sont, à son sens, essentiels pour l'avenir du pays.
Malgré la concurrence de millions d'autres messages, l'OTAN bénéficie toujours d'un soutien public considérable en Europe et aux États-Unis, fait valoir Stefanie Babst, secrétaire générale adjointe déléguée de l'OTAN pour la diplomatie publique.
La formule "l'union fait la force" revient comme un leitmotiv en ces temps difficiles. Mais deux grandes organisations de sécurité constatent d'ores et déjà que, même s'il s'agit d'un lieu commun, l'expression se vérifie.

Télécharger

L’élaboration d’un nouveau Concept stratégique de l’OTAN s’apparente un peu à la réalisation d’une sculpture. À ceci près qu’il y a beaucoup de sculpteurs différents. Et cela n’a sans doute jamais été davantage le cas que pour ce dernier concept.

Le point de départ de la sculpture est une idée, qui peut évoluer, mais on sait en général au moins de quels matériaux on dispose. À mesure que l’ébauche avance, de nouvelles idées viennent à l’esprit et le travail s’affine. La sculpture s’élabore ainsi peu à peu, et non de manière rapide et spectaculaire.

Je me rappelle avoir demandé à Madeleine Albright si, à un moment de leurs travaux d’élaboration des suggestions pour le nouveau Concept, elle-même et son groupe d’experts s’étaient dit « eurêka ». Elle m’a répondu que non, que les choses s’étaient faites de manière beaucoup plus progressive.

Alors que je réfléchissais à cela, j’ai lu une citation de l’un des sculpteurs les plus célèbres du monde, Anish Kapoor, à propos de ce processus de sculpture d’une œuvre nouvelle. Une phase de travail en entraîne une autre, disait-il ; il y a très peu de moments où l’on se dit « eurêka ».

Il en a, en quelque sorte, été de même pour le nouveau Concept stratégique. Il s’appuie sur de nombreuses évolutions nouvelles, et il devra continuer à en être ainsi car ce sera une sculpture vivante, pour la sécurité d’aujourd’hui – et celle de demain.

Paul King

Télécharger