LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
À PROPOS DE LA REVUE DE L'OTAN
PROCÉDURE DE SOUMISSION
DROITS D'AUTEUR
ÉQUIPE DE RÉDACTION
 RSS
ENVOYER CET ARTICLE À UN AMI
ABONNEZ-VOUS À LA REVUE DE L'OTAN
  
 

La Chambre de commerce internationale estime que le trafic de contrefaçons représente environ 650 milliards de dollars par an. Le PIB de la plupart des pays n’atteint pas ce chiffre.

© Reuters/Bogdan Cristel

La cigarette est l’un des principaux produits de contrefaçon. En 2007, elle représentait 34% des saisies de contrefaçons dans l’UE.

© Reuters/Chaiwat Subprasom

La fraude aux cartes bancaires est l’une des nouvelles activités privilégiées des syndicats du crime et des groupes terroristes. Elle est en hausse et a représenté, rien qu’au Royaume-Uni, 609,9 millions de livres sterling (environ 700 millions d’euros) en 2008.

© Reuters/Andy Clark

Le cannabis génère peut-être moins de profits que l’héroïne, mais son marché est plus vaste. L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime estime qu’en 2007 entre 143 et 190 millions de personnes avaient consommé au moins une fois de la marijuana dans le monde.

© Reuters/Enrique Marcarian

C’est avec la cocaïne que l’on trouve l’un des exemples les plus nets de franchissement de la ligne entre terrorisme et criminalité organisée: les FARC colombiennes, dont les opérations s’étendent maintenant jusqu’en Afrique de l’Ouest, point de transit actif vers le marché européen.

© Reuters/Edwin Montilva

Malheureusement, les FARC ne sont pas les seules. Les talibans sont également un groupe hybride spécialisé à la fois dans la criminalité organisée et dans le terrorisme. On estime que le trafic d’héroïne et d’opium leur rapporte plusieurs centaines de millions de dollars par an.

© Reuters/Goran Tomasevic

La piraterie est l’une des méthodes de vol les plus anciennes – mais l’ampleur qu’elle a atteinte dans les eaux névralgiques au large des côtes somaliennes suscite une inquiétude généralisée. Le nombre de navires attaqués a fortement augmenté depuis 2004, de même que le rayon d’action des pirates, qui, auparavant, se limitait en général à une cinquantaine de milles nautiques.

© Reuters/Ho New

La cybercriminalité attire à la fois les terroristes et la criminalité organisée. C’est un moyen facile de se faire de l’argent, grâce à des activités telles que la fraude aux comptes et aux cartes bancaires. Mais elle peut comprendre aussi des cyberattaques contre des sociétés, des institutions, voire des pays. Même les plus sécurisés.

© Reuters/Vincent West

La Chambre de commerce internationale estime que le trafic de contrefaçons représente environ 650 milliards de dollars par an. Le PIB de la plupart des pays n’atteint pas ce chiffre.

© Reuters/Bogdan Cristel

La cigarette est l’un des principaux produits de contrefaçon. En 2007, elle représentait 34% des saisies de contrefaçons dans l’UE.

© Reuters/Chaiwat Subprasom

La fraude aux cartes bancaires est l’une des nouvelles activités privilégiées des syndicats du crime et des groupes terroristes. Elle est en hausse et a représenté, rien qu’au Royaume-Uni, 609,9 millions de livres sterling (environ 700 millions d’euros) en 2008.

© Reuters/Andy Clark

Le cannabis génère peut-être moins de profits que l’héroïne, mais son marché est plus vaste. L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime estime qu’en 2007 entre 143 et 190 millions de personnes avaient consommé au moins une fois de la marijuana dans le monde.

© Reuters/Enrique Marcarian

C’est avec la cocaïne que l’on trouve l’un des exemples les plus nets de franchissement de la ligne entre terrorisme et criminalité organisée: les FARC colombiennes, dont les opérations s’étendent maintenant jusqu’en Afrique de l’Ouest, point de transit actif vers le marché européen.

© Reuters/Edwin Montilva

Malheureusement, les FARC ne sont pas les seules. Les talibans sont également un groupe hybride spécialisé à la fois dans la criminalité organisée et dans le terrorisme. On estime que le trafic d’héroïne et d’opium leur rapporte plusieurs centaines de millions de dollars par an.

© Reuters/Goran Tomasevic

La piraterie est l’une des méthodes de vol les plus anciennes – mais l’ampleur qu’elle a atteinte dans les eaux névralgiques au large des côtes somaliennes suscite une inquiétude généralisée. Le nombre de navires attaqués a fortement augmenté depuis 2004, de même que le rayon d’action des pirates, qui, auparavant, se limitait en général à une cinquantaine de milles nautiques.

© Reuters/Ho New

La cybercriminalité attire à la fois les terroristes et la criminalité organisée. C’est un moyen facile de se faire de l’argent, grâce à des activités telles que la fraude aux comptes et aux cartes bancaires. Mais elle peut comprendre aussi des cyberattaques contre des sociétés, des institutions, voire des pays. Même les plus sécurisés.

© Reuters/Vincent West

Partager ceci:    DiggIt   MySpace   Facebook   Delicious   Permalink