Revue de l'OTAN 2009
Numéro 3: Ordre public et élections en Afghanistan
Numéro 4: La crise financière : quel est son coût en termes de sécurité ?
Présent numéro:
Les terroristes et la criminalité organisée : uniquement du business ?
Dans le prochain numéro Quels changements l’OTAN doit-elle opérer ?
 Vidéos
 RSS
 Abonez-vous
Toutes les archives - Calendrier
LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
© - À propos
  
Les terroristes et la criminalité organisée : uniquement du business ?
Les groupements terroristes et les groupes appartenant à la criminalité organisée travaillent ensemble au quotidien - dans le domaine de la contrefaçon, de la drogue, des armes, et dans ceux de la cybercriminalité et de la criminalité financière. La différence entre ces groupes est de plus en plus floue. Souvent, ils se partagent techniques, personnel, compétences, et activités lucratives. La Revue de l’OTAN demande à d’éminents spécialistes comment on en est arrivé à cette situation et où cela va conduire.
La Revue de l’OTAN se penche sur la manière dont groupements terroristes et groupes appartenant à la criminalité organisée travaillent ensemble, et s’interroge sur la question de savoir s’ils sont vraiment différents.
Les ports et le large jouent un rôle de premier plan car les groupes appartenant à la criminalité organisée et les groupements terroristes doivent transporter leurs matériels dans le monde entier. Cette vidéo montre comment les choses se déroulent.
Ce photoreportage illustre les activités dans lesquelles sont spécialisés les groupes appartenant à la criminalité organisée et certains groupes terroristes : de la contrebande de cigarettes au trafic de cartes de crédit, et de la cybercriminalité à la piraterie.
L’Afrique de l’Ouest, à la fois point de ralliement de la criminalité organisée et des groupes islamistes, point de transit névralgique et concentration d’États faibles, voit prospérer les menaces sécuritaires.
Gretchen Peters a couvert le Pakistan et l’Afghanistan pendant plus d’une décennie en tant que reporter. Elle fait valoir que le meilleur moyen de lutter contre les talibans et Al-Qaida dans cette région consiste à les priver des revenus qu’ils tirent de la drogue.
Le président des États-Unis lui-même a formulé des commentaires sur l’inquiétante guerre de la drogue qui sévit au Mexique. Mais dans le présent article, Sam Quinones, qui a vécu au Mexique pendant dix ans, fait valoir que les problèmes que ce pays connaît n’ont qu’une incidence limitée sur la sécurité américaine – pour le moment du moins.

Pendant l’enquête menée par les journalistes Carl Bernstein et Bob Woodward sur le scandale du Watergate, le conseil prodigué par leur informateur secret « Gorge profonde » était simple : suivez l’argent.

C’est ce qu’ils firent, et la piste les conduisit à la source du scandale. Le conseil est tout aussi valable aujourd’hui pour les groupes appartenant à la criminalité organisée et les groupements terroristes. Par le biais d'entretiens avec ceux qui «suivent la piste de l’argent» - notamment des journalistes d’investigation – le présent numéro de la Revue de l’OTAN montre que criminalité organisée et terrorisme se chevauchent fréquemment : même personnel, mêmes objectifs, mêmes compétences, et mêmes activités.

Il ne faut sans doute plus, dès lors, aborder ces groupes comme deux entités distinctes, d’autant que même lorsque la distinction est nette, un groupe qui mène, au départ, des activités terroristes peut très bien évoluer ensuite vers la criminalité organisée.

Nous sommes ainsi confrontés à un épineux défi : comment assurer dans les efforts menés pour lutter contre ces groupes la même synergie que celle qui prévaut dans les activités auxquelles ceux-ci se livrent. Car la criminalité relève essentiellement de la sphère de la police, alors que le terrorisme relève du domaine plus général de la sécurité. Il ne faut pas qu’il y ait de hiatus entre les deux sous peine de faciliter la tâche des criminels.

En définitive, c’est l’argent qui est au cœur de toutes les activités criminelles – que ce soit en tant que finalité ou en tant que moyen d’atteindre une finalité.

Le domaine qui nous occupe pourrait donc bien illustrer la véracité de l’adage selon lequel « l’argent est source de tous les maux ».

Paul King