Qu’est-ce que cela signifie pour les militaires ?

Get the Flash Player to see this player.

Un même concept, des angles de vue différents: vidéo 4

Comment le calendrier de ce nouveau Concept stratégique influera-t-il sur le résultat ? Le Concept permettra-t-il de faire face aux menaces des décennies à venir ? Comment va-t-il modifier la manière dont les organisations internationales travaillent ensemble ? Et que signifieront les changements apportés pour les hommes et les femmes en uniforme ? Toutes ces questions sont examinées dans la présente section.

 Sous-titres: Oui / Non

Un même concept, des angles de vue différents

Comment le calendrier de ce nouveau Concept stratégique influera-t-il sur le résultat ? Le Concept permettra-t-il de faire face aux menaces des décennies à venir ? Comment va-t-il modifier la manière dont les organisations internationales travaillent ensemble ? Et que signifieront les changements apportés pour les hommes et les femmes en uniforme ? Toutes ces questions sont examinées dans la présente section.

Le nouveau Concept stratégique ne concerne pas seulement la manière dont les nouveaux défis sont envisagés

et dont les partenariats sont développés. Il aura un rôle central à jouer

pour décider comment les forces militaires de l'OTAN vont s'adapter.

Je pense que la contribution militaire est extrêmement importante.

Prenez par exemple...

Vous avez d'abord le groupe d'experts, qui étudie la nouvelle stratégie,

puis on remonte jusqu'au Secrétaire général,

et aux pays; ils élaborent une nouvelle stratégie.

Et supposez qu'alors les militaires disent:

C'est une bonne stratégie, mais nous ne pouvons pas l'exécuter. Cela ne sert à rien.

Cela n'a plus de sens que les pays

veuillent maintenir leur propre solution militaire de bout en bout

et il faut commencer à se concentrer sur les capacités spécialisées et de créneau.

Et si nous choisissons cette voie, et je pense que c'est la bonne,

nous devons faire appel, par exemple, à la force de réaction de l'OTAN

et tirer parti de nos investissements

pour permettre à ces unités spécialisées de s'assembler.

Les coûts et les réponses collectives semblent déjà occuper une place de premier plan.

L'un des concepts les plus importants est celui de l'abordabilité des forces militaires.

Comment assurer l'abordabilité des forces militaires existantes ou de celles qui sont intégrées à l'OTAN

et qui peuvent être utilisées sur la base de la coopération?

Dans le passé, les pays ont fait appel à des sociétés pour produire les capacités

sans bien réaliser ce que serait le coût global de possession.

C'est lorsque les pays, même les États-Unis, tentent de faire tout

qu'ils se trouvent confrontés à une "crise d'abordabilité".

Les changements rendus nécessaires, notamment pendant la crise financière,

imposeront que le secteur public et le secteur privé travaillent main dans la main.

Je pense que c'est une sorte d'effort généralisé qui s'impose.

En fait...

La défense exige des ressources militaires, gouvernementales et commerciales.

Et si des réductions d'emploi sont nécessaires

cela ne doit pas impliquer que les forces soient moins disponibles.

On peut rationaliser les effectifs,

c'est-à-dire prévoir les emplois nécessaires pour assurer cette disponibilité,

et cet avenir, et rien de plus.

C'est lorsque l'on tente de faire tout, et de penser uniquement en termes d'emplois

que les problèmes se posent.

Dans l'environnement sécuritaire d'aujourd'hui, les forces armées doivent constamment être modernisées.

Je pense que... lorsque l'on envisage la modernisation d'une force,

je commencerais par le commandement, le contrôle,

le renseignement, la surveillance et la reconnaissance.

À long terme, la santé de l'Alliance, ces engagements

concernant une modernisation stable, les programmes de défense...

C'est de là que proviennent vos capacités. Si vous ne faites pas cela,

à long terme vous serez pénalisé;

et les coûts de rattrapage, comme les pays l'ont constaté, peuvent se révéler substantiels.

Et enfin, il s'agit de faire en sorte de ne pas devoir recourir aux forces militaires.

En ce qui concerne la guerre en général...

...ce à quoi l'on aspire, c'est de jamais avoir une force qui ait à combattre.

On souhaite avoir une force qui dispose des informations permettant d'éviter les combats.

L'une des raisons pour lesquelles nous devons en faire plus au sein de cette Alliance,

c'est que chacun peut investir un peu afin que l'effort collectif soit plus important.

En cette époque de rigueur financière, où les budgets de la défense régressent,

nous devons en faire davantage au sein de l'OTAN, pas moins.

C'est l'objectif fondamental de cette Alliance.

Le nouveau Concept stratégique ne concerne pas seulement la manière dont les nouveaux défis sont envisagés

et dont les partenariats sont développés. Il aura un rôle central à jouer

pour décider comment les forces militaires de l'OTAN vont s'adapter.

Je pense que la contribution militaire est extrêmement importante.

Prenez par exemple...

Vous avez d'abord le groupe d'experts, qui étudie la nouvelle stratégie,

puis on remonte jusqu'au Secrétaire général,

et aux pays; ils élaborent une nouvelle stratégie.

Et supposez qu'alors les militaires disent:

C'est une bonne stratégie, mais nous ne pouvons pas l'exécuter. Cela ne sert à rien.

Cela n'a plus de sens que les pays

veuillent maintenir leur propre solution militaire de bout en bout

et il faut commencer à se concentrer sur les capacités spécialisées et de créneau.

Et si nous choisissons cette voie, et je pense que c'est la bonne,

nous devons faire appel, par exemple, à la force de réaction de l'OTAN

et tirer parti de nos investissements

pour permettre à ces unités spécialisées de s'assembler.

Les coûts et les réponses collectives semblent déjà occuper une place de premier plan.

L'un des concepts les plus importants est celui de l'abordabilité des forces militaires.

Comment assurer l'abordabilité des forces militaires existantes ou de celles qui sont intégrées à l'OTAN

et qui peuvent être utilisées sur la base de la coopération?

Dans le passé, les pays ont fait appel à des sociétés pour produire les capacités

sans bien réaliser ce que serait le coût global de possession.

C'est lorsque les pays, même les États-Unis, tentent de faire tout

qu'ils se trouvent confrontés à une "crise d'abordabilité".

Les changements rendus nécessaires, notamment pendant la crise financière,

imposeront que le secteur public et le secteur privé travaillent main dans la main.

Je pense que c'est une sorte d'effort généralisé qui s'impose.

En fait...

La défense exige des ressources militaires, gouvernementales et commerciales.

Et si des réductions d'emploi sont nécessaires

cela ne doit pas impliquer que les forces soient moins disponibles.

On peut rationaliser les effectifs,

c'est-à-dire prévoir les emplois nécessaires pour assurer cette disponibilité,

et cet avenir, et rien de plus.

C'est lorsque l'on tente de faire tout, et de penser uniquement en termes d'emplois

que les problèmes se posent.

Dans l'environnement sécuritaire d'aujourd'hui, les forces armées doivent constamment être modernisées.

Je pense que... lorsque l'on envisage la modernisation d'une force,

je commencerais par le commandement, le contrôle,

le renseignement, la surveillance et la reconnaissance.

À long terme, la santé de l'Alliance, ces engagements

concernant une modernisation stable, les programmes de défense...

C'est de là que proviennent vos capacités. Si vous ne faites pas cela,

à long terme vous serez pénalisé;

et les coûts de rattrapage, comme les pays l'ont constaté, peuvent se révéler substantiels.

Et enfin, il s'agit de faire en sorte de ne pas devoir recourir aux forces militaires.

En ce qui concerne la guerre en général...

...ce à quoi l'on aspire, c'est de jamais avoir une force qui ait à combattre.

On souhaite avoir une force qui dispose des informations permettant d'éviter les combats.

L'une des raisons pour lesquelles nous devons en faire plus au sein de cette Alliance,

c'est que chacun peut investir un peu afin que l'effort collectif soit plus important.

En cette époque de rigueur financière, où les budgets de la défense régressent,

nous devons en faire davantage au sein de l'OTAN, pas moins.

C'est l'objectif fondamental de cette Alliance.

Vidéos Un même concept, des angles de vue différents:

1. Une bataille d'idées

2. Un calendrier déterminant?

3.

Nouvelle ère, nouvelles menaces, nouvelles réponses

4. Qu’est-ce que cela signifie pour les militaires?

Partager ceci:    DiggIt   MySpace   Facebook   Delicious   Permalink