Siège de l’OTAN- l’heure du relookage ?

Get the Flash Player to see this player.

L’importance du nouveau concept pour l’OTAN : vidéo 2

D’aucuns estiment que les changements les plus importants que le Concept stratégique doit permettre d’apporter concernent l’action même de l’Alliance. Pour d’autres, c’est la manière dont l’OTAN mènera son action qui importe – particulièrement au niveau des rouages de l’Organisation. Nous allons voir ici quelles sont les différentes priorités.

 Sous-titres: Oui / Non

L’importance du nouveau concept pour l’OTAN

D’aucuns estiment que les changements les plus importants que le Concept stratégique doit permettre d’apporter concernent l’action même de l’Alliance. Pour d’autres, c’est la manière dont l’OTAN mènera son action qui importe – particulièrement au niveau des rouages de l’Organisation. Nous allons voir ici quelles sont les différentes priorités.

Le monde a changé.

Les menaces ont changé.

Et l'OTAN aussi.

Il nous faut - et nous l'aurons - un Concept stratégique

qui tienne compte à la fois des réalités d'aujourd'hui et des défis de demain.

Au moment où l'OTAN prépare une vision pour l'avenir,

l'occasion est donnée de modifier ce que fait l'Alliance et la manière dont elle le fait.

L'Organisation a besoin de réforme.

Il faut que le Secrétaire général ait un certain pouvoir

discrétionnaire par rapport aux personnes, aux fonds

et ait la capacité de suivre réellement la voie tracée par le Concept.

D'aucuns estiment que la bureaucratie de l'OTAN est l'un des principaux éléments à modifier.

Lorsque 400 comités sont chargés du fonctionnement

de ce qui constitue, à la base, un seul conseil, il y a un problème.

Avons-nous vraiment besoin de tous les comités

auxquels tous ceux qui se trouvent à l'OTAN doivent siéger chaque jour?

Probablement pas. Ils doivent participer quotidiennement à dix-sept réunions,

ce qui leur laisse moins de temps pour faire une pause et

réfléchir, via le prisme de leurs fonctions, aux grandes questions du jour.

Une réforme fondamentale, un nouveau regard sur la manière dont fonctionne cette organisation

dans un monde différent, où la nécessité de prendre des décisions rapides, avec souplesse

et en se basant sur une analyse qualitative, est impérative,

doit faire partie de nos objectifs. Plus de routine.

Et le Concept pourrait aider l'OTAN à devenir de nouveau un endroit, ou l'endroit,

où se tiennent les consultations clés.

Nous avons cessé d'utiliser l'OTAN comme un forum politique.

Nous avons considéré, avec des désaccords d'une telle véhémence,

qu'il est était inutile d'aller à Bruxelles pour parvenir à un consensus.

Autre conséquence: nous ne consacrons pas assez d'argent à l'OTAN car nous n'avons

pas le sentiment que l'Alliance répond aux menaces auxquelles nous sommes confrontés,

parce que les Alliés ont des points de vue tellement éloignés concernant l'OTAN.

L'OTAN a perdu sa fonction de forum transatlantique majeur

pour l'examen des préoccupations, des menaces

et des intérêts stratégiques.

L'une des choses que nous souhaiterions c'est de voir l'OTAN

redevenir l'endroit où les membres se penchent

sur leurs préoccupations en matière de sécurité internationale,

engagent des discussions à ce sujet, se consultent sur la manière d'agir et forgent peut-être leurs actions.

Le Concept devrait montrer clairement que l'Alliance n'est pas seulement un endroit

où nous adoptons des normes militaires, d'où nous commandons des opérations,

lorsque nous décidons du lancement d'une mission.

Il devrait aussi indiquer clairement que l'OTAN est avant tout une instance politique,

au sein de laquelle nous discutons

non seulement de menaces et de préoccupations qui peuvent déborder du cadre de l'article 5,

mais aussi de toute une série d'autres choses qui nous soucient.

Quels sont les domaines que le Concept pourrait modifier au niveau de l'OTAN?

Tout d'abord, trouver le bon équilibre entre les opérations,

et ensuite trouver le bon équilibre entre les points de vue

des grands et des petits pays,

pour faire en sorte qu'il s'agisse de notre Concept stratégique,

que chaque État membre puisse s'y reconnaître. C'est très important.

La chose la plus importante qu'elle doive faire...

c'est réactiver les échanges transatlantiques de bons procédés

qui ont prévalu pendant des décennies au cours de la Guerre froide.

Les Nord-Américains font quelque chose pour les Européens et vice versa.

L'une des choses auxquelles il faut veiller c'est de ne pas créer une sorte d'appartenance à l'OTAN

à deux vitesses.

Nous participons tous à la lutte. Nous participons ensemble à ces opérations.

La nature des menaces d'aujourd'hui crée un champ de bataille à 360 degrés.

Qu'est-ce que cela peut signifier pour les relations avec les partenaires?

Quel effet cela pourrait-il avoir, par exemple, sur le Conseil OTAN-Russie?

Je pense que nous devons sérieusement le renforcer, et pas par des fonctionnaires,

parce que d'après ce que je sais,

les personnes que j'ai rencontrées dans les deux ambassades à Bruxelles,

l'une à l'ambassade auprès de l'OTAN, et une autre à l'ambassade auprès de l'UE,

sont des diplomates compétents et qualifiés.

Ce qu'il nous faut c'est beaucoup plus d'experts jeunes, ayant fait de solides études,

et ayant suivi une formation occidentale s'agissant des aspects légaux.

Mais cet enrichissement mutuel doit intervenir maintenant.

Et si nous procédons de la même manière dans les négociations OTAN-Russie

au conseil et dans les négociations et la coopération UE-Russie

et les accords de partenariat, nous obtiendrons de meilleurs résultats.

Le monde a changé.

Les menaces ont changé.

Et l'OTAN aussi.

Il nous faut - et nous l'aurons - un Concept stratégique

qui tienne compte à la fois des réalités d'aujourd'hui et des défis de demain.

Au moment où l'OTAN prépare une vision pour l'avenir,

l'occasion est donnée de modifier ce que fait l'Alliance et la manière dont elle le fait.

L'Organisation a besoin de réforme.

Il faut que le Secrétaire général ait un certain pouvoir

discrétionnaire par rapport aux personnes, aux fonds

et ait la capacité de suivre réellement la voie tracée par le Concept.

D'aucuns estiment que la bureaucratie de l'OTAN est l'un des principaux éléments à modifier.

Lorsque 400 comités sont chargés du fonctionnement

de ce qui constitue, à la base, un seul conseil, il y a un problème.

Avons-nous vraiment besoin de tous les comités

auxquels tous ceux qui se trouvent à l'OTAN doivent siéger chaque jour?

Probablement pas. Ils doivent participer quotidiennement à dix-sept réunions,

ce qui leur laisse moins de temps pour faire une pause et

réfléchir, via le prisme de leurs fonctions, aux grandes questions du jour.

Une réforme fondamentale, un nouveau regard sur la manière dont fonctionne cette organisation

dans un monde différent, où la nécessité de prendre des décisions rapides, avec souplesse

et en se basant sur une analyse qualitative, est impérative,

doit faire partie de nos objectifs. Plus de routine.

Et le Concept pourrait aider l'OTAN à devenir de nouveau un endroit, ou l'endroit,

où se tiennent les consultations clés.

Nous avons cessé d'utiliser l'OTAN comme un forum politique.

Nous avons considéré, avec des désaccords d'une telle véhémence,

qu'il est était inutile d'aller à Bruxelles pour parvenir à un consensus.

Autre conséquence: nous ne consacrons pas assez d'argent à l'OTAN car nous n'avons

pas le sentiment que l'Alliance répond aux menaces auxquelles nous sommes confrontés,

parce que les Alliés ont des points de vue tellement éloignés concernant l'OTAN.

L'OTAN a perdu sa fonction de forum transatlantique majeur

pour l'examen des préoccupations, des menaces

et des intérêts stratégiques.

L'une des choses que nous souhaiterions c'est de voir l'OTAN

redevenir l'endroit où les membres se penchent

sur leurs préoccupations en matière de sécurité internationale,

engagent des discussions à ce sujet, se consultent sur la manière d'agir et forgent peut-être leurs actions.

Le Concept devrait montrer clairement que l'Alliance n'est pas seulement un endroit

où nous adoptons des normes militaires, d'où nous commandons des opérations,

lorsque nous décidons du lancement d'une mission.

Il devrait aussi indiquer clairement que l'OTAN est avant tout une instance politique,

au sein de laquelle nous discutons

non seulement de menaces et de préoccupations qui peuvent déborder du cadre de l'article 5,

mais aussi de toute une série d'autres choses qui nous soucient.

Quels sont les domaines que le Concept pourrait modifier au niveau de l'OTAN?

Tout d'abord, trouver le bon équilibre entre les opérations,

et ensuite trouver le bon équilibre entre les points de vue

des grands et des petits pays,

pour faire en sorte qu'il s'agisse de notre Concept stratégique,

que chaque État membre puisse s'y reconnaître. C'est très important.

La chose la plus importante qu'elle doive faire...

c'est réactiver les échanges transatlantiques de bons procédés

qui ont prévalu pendant des décennies au cours de la Guerre froide.

Les Nord-Américains font quelque chose pour les Européens et vice versa.

L'une des choses auxquelles il faut veiller c'est de ne pas créer une sorte d'appartenance à l'OTAN

à deux vitesses.

Nous participons tous à la lutte. Nous participons ensemble à ces opérations.

La nature des menaces d'aujourd'hui crée un champ de bataille à 360 degrés.

Qu'est-ce que cela peut signifier pour les relations avec les partenaires?

Quel effet cela pourrait-il avoir, par exemple, sur le Conseil OTAN-Russie?

Je pense que nous devons sérieusement le renforcer, et pas par des fonctionnaires,

parce que d'après ce que je sais,

les personnes que j'ai rencontrées dans les deux ambassades à Bruxelles,

l'une à l'ambassade auprès de l'OTAN, et une autre à l'ambassade auprès de l'UE,

sont des diplomates compétents et qualifiés.

Ce qu'il nous faut c'est beaucoup plus d'experts jeunes, ayant fait de solides études,

et ayant suivi une formation occidentale s'agissant des aspects légaux.

Mais cet enrichissement mutuel doit intervenir maintenant.

Et si nous procédons de la même manière dans les négociations OTAN-Russie

au conseil et dans les négociations et la coopération UE-Russie

et les accords de partenariat, nous obtiendrons de meilleurs résultats.

Vidéos L’importance du nouveau concept pour l’OTAN:

1. La grande question que doit aborder le Concept stratégique est celle…:

2. Siège de l’OTAN – l’heure du relookage?

Partager ceci:    DiggIt   MySpace   Facebook   Delicious   Permalink