Revue de l'OTAN 2009
Présent numéro:
Enjeux élevés, tensions basses
Dans le prochain numéro Dans le prochain numéro:
 Vidéos
 RSS
 Abonez-vous
Toutes les archives - Calendrier
LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
© - À propos
  
Enjeux élevés, tensions basses
La Revue de l’OTAN se penche sur les raisons qui font que le Grand Nord a soudain revêtu une haute priorité politique et sécuritaire, et sur la manière dont les changements qui interviennent dans cette région influent sur des sujets qui vont du pétrole à l’environnement, en passant par les échanges commerciaux. Dans cette vidéo des personnalités politiques et scientifiques de premier plan et de hauts responsables militaires de l’OTAN exposent leur point de vue.
Le ministre des Affaires étrangères de la Norvège, Jonas Gahr Støre, a joué un rôle de premier plan pour que le dossier du Grand Nord bénéficie d'une attention accrue. Il explique, dans cette interview, la place qu'occupent la science, la coopération - et la Russie.
Le ministre de la Défense du Danemark, Søren Gade, expose le point de vue de son pays sur les questions relatives au Grand Nord qui se font jour, et évoque des dossiers tels que le Groenland, la recherche et le sauvetage, et le pétrole.

Le Grand Nord est, au sens presque littéral, la terre que le temps a oubliée. Au XIXème siècle, après plusieurs tentatives infructueuses de traversée de ses vastes étendues de glace par des explorateurs, il fut décidé tacitement que la région n’avait pas grand-chose à offrir, sinon des engelures.

Depuis, le Grand Nord n’avait plus guère suscité l’attention, à tel point que certaines des cartes maritimes utilisées par les navires de croisière dans la région datent des années 1800.

Mais les choses changent. À l’inverse de l’Antarctique, l’Arctique est une mer gelée. Sa glace est maintenant en train de fondre, et à un rythme beaucoup plus rapide que prévu.

Cette fonte a des conséquences majeures sur le plan sécuritaire. Les frontières sont loin d’être claires et des désaccords ont fait irruption au sujet de l’appartenance des ressources naturelles. En outre, avec les changements climatiques, la situation évolue de semaine en semaine.

Pour le moment, la coopération est à l’ordre du jour. Des prétentions ont été affichées et certains « coups de pub » ont été tentés, mais toutes les parties se retrouvent par ailleurs autour de la table de négociation.

Dans le présent numéro de la Revue de l’OTAN, nous brossons un tableau de ce qui se produit dans le Grand Nord, et des conséquences qui en découlent pour les pays concernés, et pour le monde en général. Nous nous entretenons avec des personnalités politiques et scientifiques de premier plan et avec de hauts responsables militaires de l’OTAN, afin de connaître leur point de vue sur ce dossier.

Paul King