LANGUE
En raison de la traduction la version française de la Revue de l'OTAN paraît en ligne une quinzaine de jours après la version anglaise
À PROPOS DE LA REVUE DE L'OTAN
PROCÉDURE DE SOUMISSION
DROITS D'AUTEUR
ÉQUIPE DE RÉDACTION
 RSS
ENVOYER CET ARTICLE À UN AMI
ABONNEZ-VOUS À LA REVUE DE L'OTAN
  

Karadzic : de Sarajevo à La Haye

L’arrestation de Radovan Karadzic n’est pas seulement une bonne nouvelle pour ses victimes; elle pourrait aussi avoir une incidence sur la sécurité de la Bosnie.

Get the Flash Player to see this player.

Radovan Karadzic est à présent incarcéré à La Haye. La Revue de l’OTAN s’est rendue en Bosnie pour voir comment la nouvelle de son arrestation a été reçue par les deux communautés du pays, ce qu’elle signifie pour l’orientation future de la Bosnie et demande si un procès équitable peut être garanti à Karadzic.

Durée de la vidéo : 16.30

 Sous-titres: Oui / Non

© NATO Review

Radovan Karadzic, le dirigeant des Bosno-Serbes pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine.

L'homme qui avait menacé les musulmans d’anéantissement s’ils déclaraient l’indépendance.

(à l'écran): Ne pensez pas que vous n’allez pas conduire la Bosnie-Herzégovine en enfer,

(à l'écran):...et provoquer la disparition des musulmans…

(à l'écran):...car la population musulmane ne pourra pas se défendre si la guerre arrive.

Celui qui, avec son armée et ses ordres, a tenté de concrétiser cette menace pendant trois ans.

Deux villes portent particulièrement les stigmates de sa brutalité : Sarajevo et Srebrenica.

À Srebrenica, Karadzic, et le général Mladic, ont été accusés

d’avoir tué 8.000 hommes et jeunes gens après la chute de la première zone protégée de l’ONU.

Des témoignages montrant qu'il y a eu des exécutions bien planifiées seront produits au procès.

(à l'écran): N’ayez pas peur. Il ne vous sera pas fait de mal.

… mensonges et le bombardement de civils en fuite.

Des jeunes garçons et des hommes, de 12 à 77 ans,ont été tués.

À Srebrenica, le massacre a duré quelques jours; à Sarajevo, il a duré près de quatre ans.

La ville était prise sous le feu de l’artillerie, des mortiers et des snipers.

(à l'écran)>:Ces gens n’ont pas de nourriture, de lait pour les enfants, de chocolat, non rien!

Sur les 12.000 personnes qui ont trouvé la mort, plus de 1.000 étaient des enfants.

Bien qu’attaquée et encerclée par les forces serbes, Sarajevo n'est jamais tombée.

La Revue de l’OTAN retourne à Sarajevo, théâtre des

pires crimes de la guerre de Bosnie, pour voir les réactions à la capture de Karadzic.

Et nous examinons ce que cela signifie pour l’avenir et la sécurité du pays et de la région.

Depuis la guerre, Nidzara Ahmetasevic s'est consacrée à la localisation de Radovan Karadzic.

J’ai survécu à la guerre de Sarajevo. Beaucoup de mes amis ont été tués ou blessés.

J'ai été blessée. Beaucoup de membres de ma famille ont été grièvement blessés ou tués.

Quelle a été sa réaction lorsqu'elle a appris l'arrestation de Karadzic?

Lorsqu'il a été arrêté, j’ai pensé que ce serait la fin de la guerre. Malheureusement, non.

Raffi Gregorian est l’adjoint du haut Représentant pour la Bosnie-Herzégovine.

Il avait travaillé pour l’OTAN et le gouvernement américain comme spécialiste des Balkans.

Il s'est beaucoup investi dans la traque de Karadzic; comment a-t-il réagi à son arrestation?

C'était comme quand j’ai eu mon doctorat, même si dans ce cas-ci cela a été un peu plus long.

Au lieu du soulagement et de l'allégresse attendus, j’ai été envahi par une sorte de torpeur.

Pour beaucoup d'Occidentaux Sarajevo

évoque des images de ville assiégée pendant la guerre.

Mais c'est une ville qui veut aller de l’avant.

Cette semaine a lieu le Festival du film de Sarajevo, avec des visiteurs venus du monde entier.

Que signifie l’arrestation de Karadzic pour les gens qui vivent à Sarajevo aujourd’hui ?

(à l’écran): C’est un criminel et il est pire qu’Hitler.

J’ai été surpris car je croyais qu’il ne serait jamais arrêté; il y a une certaine justice ici.

Karadzic est déjà à La Haye, en attente de son procès

devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie.

Vous êtes accusé de génocide,

punissable en vertu des articles 4-3A, 7-1 et 7-3 des statuts du Tribunal.

Sir Geoffrey Nice était substitut principal du procureur lors du procès de Slobodan Milosevic.

Je veux dire à l’accusé, par le biais du témoin, ou au témoin,

je ne sais pas qui c’est, que le total de 93 prisonniers est un chiffre qui est faux,

et intentionnellement faux.

Geoffrey Nice pense-t-il que si les crimes de Karadzic ont été commis dans la région,

son procès aussi devrait avoir lieu dans la région?

Je pensais que cela aurait été l’endroit idéal pour le juger. Mais peut-être est-il trop tôt.

Il aurait été bon qu'il soit jugé sur les lieux des crimes dont il est accusé

Pour que les témoins puissent se présenter quotidiennement

et ne se retrouvent pas dans l’environnement étranger de La Haye.

Le tribunal a été créé parce que les pouvoirs de la région ne faisaient pas ce qu'il fallait.

Ce tribunal a été créé en grande partie pour les dossiers Karadzic et Milosevic.

Et je pense que si l’on veut être assuré d’une justice impartiale,

quel que soit mon sentiment personnel en la matière, le seul endroit où ce soit possible

c’est le Tribunal international de La Haye pour ces deux personnages.

L’une des difficultés évoquées à propos du jugement de Karadzic à La Haye est

la méfiance que de nombreux Serbes et Bosno-Serbes éprouvent toujours vis-à-vis du Tribunal.

Nous nous sommes rendus à Pale, le fief de Karadzic pendant et après la guerre,

pour évaluer comment la population voyait son arrestation et son prochain procès.

Et il est d'ores et déjà clair que nous sommes en territoire serbe. C’est la Republika Srpska.

Les panneaux sont souvent rédigés en caractères cyrilliques.

Il y a des drapeaux serbes accrochés à différents bâtiments,

Le premier bâtiment que nous avons vu ici porte un nom tout à fait approprié.

Inscription sur le bâtiment – Enigme

Nous sommes dans le centre de Pale, la ville d’adoption de Karadzic. Il a été arrêté en 2008,

presque 13 ans après son inculpation par le Tribunal de la Haye pour les crimes de guerre.

Il est accusé de génocide, de persécutions et de massacres

de non-Serbes lors d’attaques perpétrées contre des villes de Bosnie-Herzégovine.

Il est également accusé de détention de milliers de non-Serbes dans des camps,

où ils auraient été victimes de torture, de maltraitance, de sévices sexuels et de meurtre.

Et pourtant, durant un an après cette inculpation, en juillet 1995,

il a été vu se promenant et vivant en toute liberté dans le centre de cette ville.

Au départ, beaucoup de réponses étaient prudentes.

(à l’écran): Tous – indépendamment de leur nationalité – doivent répondre devant la justice

des crimes qu’ils ont commis.

Mais nous avons rapidement entendu certaines personnes évoquer le loyalisme

dont Karadzic avait bénéficié lorsqu’il vivait dans la ville.

Avez-vous été contente lorsque vous avez appris que Karadzic avait été arrêté?

(à l’écran): J'ai été très mal et vraiment triste. Je voudrais que le monde entier le sache.

Je ne suis absolument pas heureuse qu’il ait été arrêté.

Pour certains, la capture de Karadzic est encore un sujet trop délicat.

(à l’écran): Je ne suis pas prêt à répondre à cette question.

Le scepticisme des Bosno-Serbes à l’égard du Tribunal de La Haye ne provient pas seulement

de leur conviction que Slobodan Milosevic n’a pas eu droit à un procès équitable.

Ils attirent aussi l’attention sur l’acquittement de musulmans accusés de crimes de guerre,

comme l’ancien commandant Naser Oric.

M. Oric veuillez vous lever. Vous êtes reconnu non coupable et donc acquitté,…

au titre du chef d’accusation numéro 1, avoir manqué à votre devoir de supérieur hiérarchique

de prendre des mesures suffisantes pour empêcher des meurtres.

(à l’écran): Maintenant les gens doivent avoir peur de ce bandit. Il a fait fuir les Serbes.

Naser Oric?

(à l’écran): Oui, oui… c’est lui.

Mais cela ne tient pas compte du fait qu'il a pourtant été jugé coupable de certaines charges.

Vous êtes reconnu coupable d'avoir manqué à votre devoir de supérieur hiérarchique

de prendre les mesures nécessaires et raisonnables pour empêcher des meurtres…

Ce scepticisme des Serbes vis-à-vis de La Haye est-il justifié ?

159 accusés sur 161 ont maintenant été présentés à La Haye

ou ont vu leur dossier traité d’une manière ou d’une autre lors des séances du Tribunal.

Et certains jugements très importants ont ainsi été rendus.

D’autres accusés ont par ailleurs été disculpés.

Je pense que c'est équitable mais à cause de la politique les gens disent que le tribunal n'est

pas impartial. Le tribunal travaille sur la base des faits qui lui sont présentés.

B. McLane,successeur de Gregorian comme conseiller politique au QG OTAN de Sarajevo,acquiesce.

L’un de nos problèmes dans ce pays, s’agissant des attitudes

à l’égard des procédures, tient au fait que de nombreuses personnes,

en particulier du côté serbe, ont le sentiment que le TPIY n’est pas impartial

et que la communauté internationale tient les Serbes responsables des atrocités de la guerre.

Les procès de ce type montrent le contraire. Ils prouvent que ceux qui

ont commis les crimes sont tenus pour responsables.

Geoffrey Nice estime-t-il que La Haye peut garantir un procès équitable à Karadzic ?

C’est l’affaire des juges; il n’y a pas de raison qu’il n’en soit pas ainsi. Ils devront

se montrer fermes pour obtenir les éléments dont ils ont besoin, à la demande des parties.

Mais bien sûr ils peuvent lui assurer un procès équitable. C’est pour cela qu'ils sont là.

Je ne connais pas dans le détail les éléments du dossier, mais, du moins à première vue,

il sont plus consistants que dans le dossier Milosevic.

Il a dit lors de séances de l’Assemblée des choses qui risquent de l’accabler lourdement.

Il y a en effet des raisons qui font que le procès sera plus compact que celui de Milosevic.

Les analystes sont préoccupés par la structure politique de la Bosnie-Herzégovine

en raison du grand nombre d’élections que le pays a connues depuis 1996.

Bien plus que beaucoup d’autres pays, notamment en Europe de l’Ouest. Le second souci

c’est la tendance des gens à voter en fonction d’intérêts ethniques et non nationaux.

Et ils se demandent où cela va mener.

Craint-on que le procès Karadzic joue un rôle dans les élections de 2008 en Bosnie-Herzégovine?

Je pense qu’il ne devrait pas engendrer de problèmes importants,

même si l’on peut être certain qu’à l’approche des élections municipales d’octobre

cette question et d’autres seront utilisées par certains pour de mauvaises raisons.

Selon Raffi Gregorian, cette question ne devrait même pas figurer sur le radar électoral.

Elle n’a pas de rapport puisqu’il s’agit d’élections municipales, qui n’ont rien

à voir avec les questions concernant le statut des entités ou de l’État.

En réalité les élections municipales devraient porter sur les questions de collecte des

immondices ou de revêtement des rues.

On peut donc constater dans l'ensemble du pays que les politiciens détournent

l’attention des électeurs des vrais problèmes de gouvernance…

… et parlent de questions ridicules concernant par exemple la famille Karadzic et

ceux qui les appuient le plus, pour les élections municipales.

La capture de Radovan Karadzic a des incidences dans toute la région des Balkans.

Quelles sont-elles pour la Serbie, le pays qui l’a arrêté ?

Encore une fois, c’est un signe positif pour la Serbie, où l'on a assisté à une lutte pour

l’âme démocratique du pays, et ce sont les forces favorables à la démocratie qui l’ont emporté.

L’arrestation de Karadzic et de Mladic est une exigence de la législation nationale,

sans parler des obligations juridiques internationales dans le cadre des Nations Unies.

Je pense que c’était le bon moment politique. Pas uniquement pour la Serbie,

mais probablement surtout pour la Serbie.

Mais aussi pour la communauté internationale, l’UE et les États-Unis, parce que ce sont

les entités les plus actives dans les Balkans.

Le procès qui vient offre aussi au Tribunal de La Haye l’occasion de montrer son objectivité

dans le jugement des criminels de guerre. Sera-t-il plus satisfaisant que celui de Milosevic ?

Il n’y a pas de raison qu’il soit long. Le procès Milosevic couvrait trois guerres

et une période de dix ans, et il aurait été achevé en deux ans sans son mauvais état de santé.

Pour Raffi Gregorian, ce sont les crimes de Karadzic qui doivent être au cœur du dossier.

Il y a eu suffisamment de colonnes consacrées aux supposées

transactions, qui ont passé complètement sous silence les crimes dont cet homme est accusé…

… et pour lesquels il a déjà été reconnu coupable

devant des tribunaux américains en tant qu’organisateur de camps de viol.

Le procès de Karadzic suffira-t-il à faire avancer la région ?

Non, il faut que Mladic se retrouve à La Haye.

Sans lui ce n’est pas la fin. Ce n’est tout simplement pas la fin parce que si….

je veux dire, c’est horrible de vivre dans ce monde alors que quelqu’un comme Mladic est libre.

Ce n’est pas seulement horrible pour un Bosnien. C’est horrible pour tout être humain.

Je ne pense pas que ce sera fini tant que nous n’aurons pas Mladic. Je veux dire que Karadzic

était le leader politique. C’est lui qui a mis en place les politiques.

Mladic en a exécuté les aspects militaires. Ce sont deux personnages

différents. L’un ressemble à un tueur pathologique, l’autre à un pseudo-intellectuel.

Un comportement doucereux mais, comme je l’ai dit précédemment, un menteur pathologique.

Mais Mladic, par ses propres déclarations publiques,

a montré qu’il savait exactement ce qu’il faisait. Exactement ce qu’il faisait.

Beaucoup de ceux qui ont souffert à Sarajevo ont un regard stoïque sur l’arrestation de

Karadzic. C’est un pas vers l’oubli d’un passé douloureusement vivant.

On cite beaucoup de chiffres par rapport à la guerre de Bosnie-Herzégovine. Sarajevo

et ses 43 mois de siège ; Srebrenica et ses 8.000 hommes et jeunes gens massacrés.

Mais les chiffres ici dans ce cimetière de Sarajevo sont surtout 1992, 1993, 1994 et 1995 :

les dates de mort qui figurent sur la plupart des tombes.

Les civils et les soldats morts ici pendant la guerre. Ces cimetières ne sont pas à l’écart.

La plupart sont au cœur de la ville, car ils étaient auparavant des parcs publics de Sarajevo.

Ainsi, si l’arrestation de Karadzic peut permettre de tourner certaines pages,

elle est loin de constituer le chapitre final de l’histoire.

(à l’écran)>: Son arrestation m'a soulagé spirituellement. Mais dans la vie quotidienne, il

faut aller travailler. Et j’espère seulement que politiquement les choses vont s’améliorer.

Pour nous la guerre ne fait pas partie de l’Histoire. Nous vivons toujours ce… toujours dans

une sorte de… pas de guerre, mais dans un pays d’après-guerre.

Et je ne suis pas sure, même si l'arrestation de Karadzic a ressemblé à la fin de la guerre,

mais malheureusement ce n’est pas le cas. Nous vivons toujours avec cela.

Et nous devrons probablement vivre avec cela pendant de très nombreuses années encore.

Radovan Karadzic, le dirigeant des Bosno-Serbes pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine.

L'homme qui avait menacé les musulmans d’anéantissement s’ils déclaraient l’indépendance.

(à l'écran): Ne pensez pas que vous n’allez pas conduire la Bosnie-Herzégovine en enfer,

(à l'écran):...et provoquer la disparition des musulmans…

(à l'écran):...car la population musulmane ne pourra pas se défendre si la guerre arrive.

Celui qui, avec son armée et ses ordres, a tenté de concrétiser cette menace pendant trois ans.

Deux villes portent particulièrement les stigmates de sa brutalité : Sarajevo et Srebrenica.

À Srebrenica, Karadzic, et le général Mladic, ont été accusés

d’avoir tué 8.000 hommes et jeunes gens après la chute de la première zone protégée de l’ONU.

Des témoignages montrant qu'il y a eu des exécutions bien planifiées seront produits au procès.

(à l'écran): N’ayez pas peur. Il ne vous sera pas fait de mal.

… mensonges et le bombardement de civils en fuite.

Des jeunes garçons et des hommes, de 12 à 77 ans,ont été tués.

À Srebrenica, le massacre a duré quelques jours; à Sarajevo, il a duré près de quatre ans.

La ville était prise sous le feu de l’artillerie, des mortiers et des snipers.

(à l'écran)>:Ces gens n’ont pas de nourriture, de lait pour les enfants, de chocolat, non rien!

Sur les 12.000 personnes qui ont trouvé la mort, plus de 1.000 étaient des enfants.

Bien qu’attaquée et encerclée par les forces serbes, Sarajevo n'est jamais tombée.

La Revue de l’OTAN retourne à Sarajevo, théâtre des

pires crimes de la guerre de Bosnie, pour voir les réactions à la capture de Karadzic.

Et nous examinons ce que cela signifie pour l’avenir et la sécurité du pays et de la région.

Depuis la guerre, Nidzara Ahmetasevic s'est consacrée à la localisation de Radovan Karadzic.

J’ai survécu à la guerre de Sarajevo. Beaucoup de mes amis ont été tués ou blessés.

J'ai été blessée. Beaucoup de membres de ma famille ont été grièvement blessés ou tués.

Quelle a été sa réaction lorsqu'elle a appris l'arrestation de Karadzic?

Lorsqu'il a été arrêté, j’ai pensé que ce serait la fin de la guerre. Malheureusement, non.

Raffi Gregorian est l’adjoint du haut Représentant pour la Bosnie-Herzégovine.

Il avait travaillé pour l’OTAN et le gouvernement américain comme spécialiste des Balkans.

Il s'est beaucoup investi dans la traque de Karadzic; comment a-t-il réagi à son arrestation?

C'était comme quand j’ai eu mon doctorat, même si dans ce cas-ci cela a été un peu plus long.

Au lieu du soulagement et de l'allégresse attendus, j’ai été envahi par une sorte de torpeur.

Pour beaucoup d'Occidentaux Sarajevo

évoque des images de ville assiégée pendant la guerre.

Mais c'est une ville qui veut aller de l’avant.

Cette semaine a lieu le Festival du film de Sarajevo, avec des visiteurs venus du monde entier.

Que signifie l’arrestation de Karadzic pour les gens qui vivent à Sarajevo aujourd’hui ?

(à l’écran): C’est un criminel et il est pire qu’Hitler.

J’ai été surpris car je croyais qu’il ne serait jamais arrêté; il y a une certaine justice ici.

Karadzic est déjà à La Haye, en attente de son procès

devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie.

Vous êtes accusé de génocide,

punissable en vertu des articles 4-3A, 7-1 et 7-3 des statuts du Tribunal.

Sir Geoffrey Nice était substitut principal du procureur lors du procès de Slobodan Milosevic.

Je veux dire à l’accusé, par le biais du témoin, ou au témoin,

je ne sais pas qui c’est, que le total de 93 prisonniers est un chiffre qui est faux,

et intentionnellement faux.

Geoffrey Nice pense-t-il que si les crimes de Karadzic ont été commis dans la région,

son procès aussi devrait avoir lieu dans la région?

Je pensais que cela aurait été l’endroit idéal pour le juger. Mais peut-être est-il trop tôt.

Il aurait été bon qu'il soit jugé sur les lieux des crimes dont il est accusé

Pour que les témoins puissent se présenter quotidiennement

et ne se retrouvent pas dans l’environnement étranger de La Haye.

Le tribunal a été créé parce que les pouvoirs de la région ne faisaient pas ce qu'il fallait.

Ce tribunal a été créé en grande partie pour les dossiers Karadzic et Milosevic.

Et je pense que si l’on veut être assuré d’une justice impartiale,

quel que soit mon sentiment personnel en la matière, le seul endroit où ce soit possible

c’est le Tribunal international de La Haye pour ces deux personnages.

L’une des difficultés évoquées à propos du jugement de Karadzic à La Haye est

la méfiance que de nombreux Serbes et Bosno-Serbes éprouvent toujours vis-à-vis du Tribunal.

Nous nous sommes rendus à Pale, le fief de Karadzic pendant et après la guerre,

pour évaluer comment la population voyait son arrestation et son prochain procès.

Et il est d'ores et déjà clair que nous sommes en territoire serbe. C’est la Republika Srpska.

Les panneaux sont souvent rédigés en caractères cyrilliques.

Il y a des drapeaux serbes accrochés à différents bâtiments,

Le premier bâtiment que nous avons vu ici porte un nom tout à fait approprié.

Inscription sur le bâtiment – Enigme

Nous sommes dans le centre de Pale, la ville d’adoption de Karadzic. Il a été arrêté en 2008,

presque 13 ans après son inculpation par le Tribunal de la Haye pour les crimes de guerre.

Il est accusé de génocide, de persécutions et de massacres

de non-Serbes lors d’attaques perpétrées contre des villes de Bosnie-Herzégovine.

Il est également accusé de détention de milliers de non-Serbes dans des camps,

où ils auraient été victimes de torture, de maltraitance, de sévices sexuels et de meurtre.

Et pourtant, durant un an après cette inculpation, en juillet 1995,

il a été vu se promenant et vivant en toute liberté dans le centre de cette ville.

Au départ, beaucoup de réponses étaient prudentes.

(à l’écran): Tous – indépendamment de leur nationalité – doivent répondre devant la justice

des crimes qu’ils ont commis.

Mais nous avons rapidement entendu certaines personnes évoquer le loyalisme

dont Karadzic avait bénéficié lorsqu’il vivait dans la ville.

Avez-vous été contente lorsque vous avez appris que Karadzic avait été arrêté?

(à l’écran): J'ai été très mal et vraiment triste. Je voudrais que le monde entier le sache.

Je ne suis absolument pas heureuse qu’il ait été arrêté.

Pour certains, la capture de Karadzic est encore un sujet trop délicat.

(à l’écran): Je ne suis pas prêt à répondre à cette question.

Le scepticisme des Bosno-Serbes à l’égard du Tribunal de La Haye ne provient pas seulement

de leur conviction que Slobodan Milosevic n’a pas eu droit à un procès équitable.

Ils attirent aussi l’attention sur l’acquittement de musulmans accusés de crimes de guerre,

comme l’ancien commandant Naser Oric.

M. Oric veuillez vous lever. Vous êtes reconnu non coupable et donc acquitté,…

au titre du chef d’accusation numéro 1, avoir manqué à votre devoir de supérieur hiérarchique

de prendre des mesures suffisantes pour empêcher des meurtres.

(à l’écran): Maintenant les gens doivent avoir peur de ce bandit. Il a fait fuir les Serbes.

Naser Oric?

(à l’écran): Oui, oui… c’est lui.

Mais cela ne tient pas compte du fait qu'il a pourtant été jugé coupable de certaines charges.

Vous êtes reconnu coupable d'avoir manqué à votre devoir de supérieur hiérarchique

de prendre les mesures nécessaires et raisonnables pour empêcher des meurtres…

Ce scepticisme des Serbes vis-à-vis de La Haye est-il justifié ?

159 accusés sur 161 ont maintenant été présentés à La Haye

ou ont vu leur dossier traité d’une manière ou d’une autre lors des séances du Tribunal.

Et certains jugements très importants ont ainsi été rendus.

D’autres accusés ont par ailleurs été disculpés.

Je pense que c'est équitable mais à cause de la politique les gens disent que le tribunal n'est

pas impartial. Le tribunal travaille sur la base des faits qui lui sont présentés.

B. McLane,successeur de Gregorian comme conseiller politique au QG OTAN de Sarajevo,acquiesce.

L’un de nos problèmes dans ce pays, s’agissant des attitudes

à l’égard des procédures, tient au fait que de nombreuses personnes,

en particulier du côté serbe, ont le sentiment que le TPIY n’est pas impartial

et que la communauté internationale tient les Serbes responsables des atrocités de la guerre.

Les procès de ce type montrent le contraire. Ils prouvent que ceux qui

ont commis les crimes sont tenus pour responsables.

Geoffrey Nice estime-t-il que La Haye peut garantir un procès équitable à Karadzic ?

C’est l’affaire des juges; il n’y a pas de raison qu’il n’en soit pas ainsi. Ils devront

se montrer fermes pour obtenir les éléments dont ils ont besoin, à la demande des parties.

Mais bien sûr ils peuvent lui assurer un procès équitable. C’est pour cela qu'ils sont là.

Je ne connais pas dans le détail les éléments du dossier, mais, du moins à première vue,

il sont plus consistants que dans le dossier Milosevic.

Il a dit lors de séances de l’Assemblée des choses qui risquent de l’accabler lourdement.

Il y a en effet des raisons qui font que le procès sera plus compact que celui de Milosevic.

Les analystes sont préoccupés par la structure politique de la Bosnie-Herzégovine

en raison du grand nombre d’élections que le pays a connues depuis 1996.

Bien plus que beaucoup d’autres pays, notamment en Europe de l’Ouest. Le second souci

c’est la tendance des gens à voter en fonction d’intérêts ethniques et non nationaux.

Et ils se demandent où cela va mener.

Craint-on que le procès Karadzic joue un rôle dans les élections de 2008 en Bosnie-Herzégovine?

Je pense qu’il ne devrait pas engendrer de problèmes importants,

même si l’on peut être certain qu’à l’approche des élections municipales d’octobre

cette question et d’autres seront utilisées par certains pour de mauvaises raisons.

Selon Raffi Gregorian, cette question ne devrait même pas figurer sur le radar électoral.

Elle n’a pas de rapport puisqu’il s’agit d’élections municipales, qui n’ont rien

à voir avec les questions concernant le statut des entités ou de l’État.

En réalité les élections municipales devraient porter sur les questions de collecte des

immondices ou de revêtement des rues.

On peut donc constater dans l'ensemble du pays que les politiciens détournent

l’attention des électeurs des vrais problèmes de gouvernance…

… et parlent de questions ridicules concernant par exemple la famille Karadzic et

ceux qui les appuient le plus, pour les élections municipales.

La capture de Radovan Karadzic a des incidences dans toute la région des Balkans.

Quelles sont-elles pour la Serbie, le pays qui l’a arrêté ?

Encore une fois, c’est un signe positif pour la Serbie, où l'on a assisté à une lutte pour

l’âme démocratique du pays, et ce sont les forces favorables à la démocratie qui l’ont emporté.

L’arrestation de Karadzic et de Mladic est une exigence de la législation nationale,

sans parler des obligations juridiques internationales dans le cadre des Nations Unies.

Je pense que c’était le bon moment politique. Pas uniquement pour la Serbie,

mais probablement surtout pour la Serbie.

Mais aussi pour la communauté internationale, l’UE et les États-Unis, parce que ce sont

les entités les plus actives dans les Balkans.

Le procès qui vient offre aussi au Tribunal de La Haye l’occasion de montrer son objectivité

dans le jugement des criminels de guerre. Sera-t-il plus satisfaisant que celui de Milosevic ?

Il n’y a pas de raison qu’il soit long. Le procès Milosevic couvrait trois guerres

et une période de dix ans, et il aurait été achevé en deux ans sans son mauvais état de santé.

Pour Raffi Gregorian, ce sont les crimes de Karadzic qui doivent être au cœur du dossier.

Il y a eu suffisamment de colonnes consacrées aux supposées

transactions, qui ont passé complètement sous silence les crimes dont cet homme est accusé…

… et pour lesquels il a déjà été reconnu coupable

devant des tribunaux américains en tant qu’organisateur de camps de viol.

Le procès de Karadzic suffira-t-il à faire avancer la région ?

Non, il faut que Mladic se retrouve à La Haye.

Sans lui ce n’est pas la fin. Ce n’est tout simplement pas la fin parce que si….

je veux dire, c’est horrible de vivre dans ce monde alors que quelqu’un comme Mladic est libre.

Ce n’est pas seulement horrible pour un Bosnien. C’est horrible pour tout être humain.

Je ne pense pas que ce sera fini tant que nous n’aurons pas Mladic. Je veux dire que Karadzic

était le leader politique. C’est lui qui a mis en place les politiques.

Mladic en a exécuté les aspects militaires. Ce sont deux personnages

différents. L’un ressemble à un tueur pathologique, l’autre à un pseudo-intellectuel.

Un comportement doucereux mais, comme je l’ai dit précédemment, un menteur pathologique.

Mais Mladic, par ses propres déclarations publiques,

a montré qu’il savait exactement ce qu’il faisait. Exactement ce qu’il faisait.

Beaucoup de ceux qui ont souffert à Sarajevo ont un regard stoïque sur l’arrestation de

Karadzic. C’est un pas vers l’oubli d’un passé douloureusement vivant.

On cite beaucoup de chiffres par rapport à la guerre de Bosnie-Herzégovine. Sarajevo

et ses 43 mois de siège ; Srebrenica et ses 8.000 hommes et jeunes gens massacrés.

Mais les chiffres ici dans ce cimetière de Sarajevo sont surtout 1992, 1993, 1994 et 1995 :

les dates de mort qui figurent sur la plupart des tombes.

Les civils et les soldats morts ici pendant la guerre. Ces cimetières ne sont pas à l’écart.

La plupart sont au cœur de la ville, car ils étaient auparavant des parcs publics de Sarajevo.

Ainsi, si l’arrestation de Karadzic peut permettre de tourner certaines pages,

elle est loin de constituer le chapitre final de l’histoire.

(à l’écran)>: Son arrestation m'a soulagé spirituellement. Mais dans la vie quotidienne, il

faut aller travailler. Et j’espère seulement que politiquement les choses vont s’améliorer.

Pour nous la guerre ne fait pas partie de l’Histoire. Nous vivons toujours ce… toujours dans

une sorte de… pas de guerre, mais dans un pays d’après-guerre.

Et je ne suis pas sure, même si l'arrestation de Karadzic a ressemblé à la fin de la guerre,

mais malheureusement ce n’est pas le cas. Nous vivons toujours avec cela.

Et nous devrons probablement vivre avec cela pendant de très nombreuses années encore.

Partager ceci:    DiggIt   MySpace   Facebook   Delicious   Permalink